Je pars ensuite avec Jane, en début d’après midi. On commencera par une petite promenade en voiture dans Berkeley, une ville qui me plaît vraiment beaucoup. Il y a beaucoup de petits quartiers, extrêmement agréable, plein de petits commerces, de petites boutiques. En Californie, la mode est au « mangez local, mangez bio » ; les restaurants et les épiceries ne fournissent quasiment que ça. Je me demande, d’ailleurs, les conditions de productions des produits bio en Californie. Il y a quelques temps, mon père m’en avait parlé un peu, et ça ressemblait un peu à un pillage d’autres régions du globe… je me demande si ça a évolué, ou si c’est toujours pareil. Parce que franchement, trouver une telle quantité de produits bio partout, ça fait envie et c’est agréable. Tant qu’on ne se demande pas ce qui se cache en arrière. Ça, c’est sans parler des conditions de travail des ouvriers mexicains, qui ne doit pas être terrible non plus. Père, quand vous lirez ceci, si vous avez des compléments d’infos, des détails, et autre, je suis preneur. Rameen et Jane sont très intéressés par tout ça également, et je pense que des infos plus précises les intéresseraient.

Oui, ce sont les joies de la mondialisation : un français vivant à Montréal en voyage sur la côte ouest qui demande à son père vivant dans le Dauphiné et en voyage en Roumanie des informations sur l’agriculture biologique californienne pour transmettre à un couple de californiens, dont un d’origine iranienne. Qui dit mieux ? Bref… trêve de parenthèses internationales, et revenons en à la beauté de Berkeley :

IMG_7174.jpg IMG_7177.jpg IMG_7178.jpg IMG_7182.jpg

IMG_7183.jpg IMG_7185.jpg IMG_7186.jpg  IMG_7190.jpg

On en profite pour s’arrêter et manger une pizza, avant de se diriger vers la Trumer Brauerie.