Pourtant, à peine rentrés dans le restaurant, le sujet dérivera. Nous sommes trois grands amateurs de nourriture, dans un temple de la gastronomie. Nous passerons donc quasiment toute la soirée à parler nourriture. Jusqu’au moment où je demande à Dawn si je peux rester une soirée de plus. Pas de problèmes pour elle, mais elle avait un souper de planifié avec ses amis. Je peux, évidemment, me joindre à eux. J’accepte à la condition que je puisse moi aussi faire à manger. Elle a bien compris que j’aimais ça cuisiner, et elle accepte de me déléguer une partie du repas. La quelle ? Elle est comme moi ; pour le moment, elle n’a pas la moindre idée de ce qu’elle fera le lendemain. Elle se décidera à la dernière minute. Parfait, j’irais faire les courses avec elle, comme ça on pourra se décider à la dernière minute, ensemble. Ça sera mieux pour équilibrer tout ça.

Le repas est particulièrement excellent. Si j’aime, en général, la nourriture asiatique, et en moins général, la nourriture japonaise (qui, il est vraiment, se présente très souvent sous forme de sushis), j’ai l’occasion de découvrir plein de plats différents, et des goûts vraiment intéressants. Un vrai régal, donc. Y compris ces bébés crabes fris, qui m’inquiète un tout petit peu quand je les vois apparaître. Moi, la nourriture qui ressemble à quelque chose de vivant, ça m’inquiète toujours un peu. Mais en fait, ça va. Ça craque sous la dent, mais c’est pas si pire. C’est même plutôt bon. Le repas se fera donc dans la joie et la bonne humeur. Pour diminuer un peu le prix de l’ensemble (parce qu’il est vrai que la haute gastronomie japonaise à un certains pris) on décide d’aller prendre une glace en dessert.