Aperçu géographique

Dans un premier temps, Vancouver par rapport à Montréal, histoire de bien comprendre où tout va commencer : 

carte1

Soit 4583 kilomètres d’après Google Map. Un road trip à faire un jour, assurément, mais pas seul. Une traversée à faire en train aussi, mais là encore, en étant accompagné. Dans les conditions actuelles, j’opterais donc pour l’option la moins romantique (au sens aventuresque du terme) : 5h dans les bras d’Air Canada. 

Continuons ensuite par un petit zoom sur la côte ouest, histoire de bien situer les Rocheuses. Je faisais l’erreur de les placer uniquement en Colombie-Britannique et sur le bord de l’océan, avant de regarder la carte avec plus d’intérêt.

carte2

La ligne rouge marque la limite entre la Colombie-Britannique et l’Alberta (tandis que la petite ligne blanche horizontale en bas sert de frontière avec les États Unis). Les « Rocky Mountain » en tant que telles ne sont pas sur le bord de l’océan, même si j’imagine que l’on peut peut-être considérer les « Coastal Mountain » comme faisant partie des Rocheuse également. Tout cela restant à vérifier d’un point de vue géographique et géologique. Ce n’est, évidemment, pas mon propos. D’ailleurs, si l’on regarde plus vers le sud, on voit bien que ce sont les « Rocky Mountain » qui sont continuées ensuite vers le Montana, l’Idaho, le Wyoming, le Colorado etc… jusqu’au Mexique.

C’est donc ainsi que j’ai appris que je ne voyagerais pas uniquement en Colombie-Britannique, mais que je ferais également un petit passage en Alberta.  

J’ai découvert dans le même temps que Vancouver, que je croyais ville ouverte sur l’océan, a en fait une île (l’Île de Vancouver) qui lui cache la vue. Enfin, petit détail administratif pour ceux qui ne le savent pas, la capitale de la Colombie-Britannique n’est pas Vancouver, contrairement à ce qu’il est facile de croire, mais bien Victoria (qui se trouve à la pointe sud de l’Île de Vancouver). 

Les choses étant ainsi placées, mon objectif étant de voir Vancouver et les montagnes, je me suis plongé plus en profondeur dans Google Map, mon planificateur de voyage préféré, afin d’établir un premier itinéraire. Il se trouve qu’après plusieurs discussions, échanges, conseils et lecture de guides touristiques, mon itinéraire initiale ne sera que très peu modifié, si ce n’est quelques petits détours. Voilà donc à quoi les choses devraient ressembler : 

Agrandir le plan

Vous reconnaîtrez bien évidemment mon itinéraire en bleu (une première estimation de 2200 kilomètres). Un passage à la vue « carte » vous permettra de remarquer que cette ligne bleue à tendance à aller de zone verte en zone verte (il s’agit bien évidemment de parcs provinciaux et nationaux). Vous comprendrez bien évidemment que c’est voulu. Ensuite, et bien quelques étapes importantes sur le long du parcours : 

A (H) : Vancouver
B : Whistler
C : Kamloops
D : Jasper
E : Banff
F : Invernere
G : Kelowna

Et voilà. Tout étant en place, je vais donc pouvoir passer à la suite.

Leave a Reply

FireStats icon Powered by FireStats