Tête en bas

Down under wandering. Archipelagoes to islands; beaches to deserts; mountains to cities.

Archive for the ‘Nostalgia’ Category

Darwin Airport

  • English: Darwin Airport
  • Français: Darwin Airport

An interesting experience is waiting for me on the following day. I’ve been saying for a little while that I was going to use my swag as a backpack when I’ll leave Australia. It was a nice thing to say, but I still had to try it. So I tried.

It worked well. Little bit big, but it’s still working. I’m not sure how heavy the swag is. I’ve 25 kg allowed with Jetstar, and 30 after Singapore with Saoudic Airline. I think that it’s going to be okay.

We have a last breakfast with Jaap and Louise, before jumping in the car, heading back to Darwin. We don’t have to say bye. They have to go to Darwin too, and will stop at the airport.

We don’t have any problem on the way back, and the car is back a little while after that. We’ve driven 530 kilometers. That’s okay. We are at the airport. We are ready. We are waiting.

Japp and Louise arrive a little bit later. Hripsime’s flight is at 4:10. Mine at 6:20. I can drop my swag early. To discover that it weight 28 kilos. “So, it’s 75$ for the 3 extra kilos. 25$ per kilos with Jetstar”. I look at the girl who’s telling me that. “Hum… do you mind if I come back in 10 minutes?” “Of course not”. I go outside of the airport, unroll the swag. There’s my photo tripod inside. That’s heavy. I also remove two pieces of cloths, just in case. Come back to the counter. “24,5 kilos. Perfect”. I just have a little question. Between Bali and Sydney, Jetstar told me that it was out of question that I carry my flute with me. It was a 1m long piece of bamboo. So a really dangerous weapon. But what about my tripod? “A tripod is a piece of photographic equipment, you can take it with you, no problem”. Perfect… a 3 kilos metallic telescopic tripod is way less dangerous than a flute. Maybe, one day, I will understand flight companies…

We finally say goodbye to Jaap and Louise. This time for good. We’re not going to see them before a long long time. I go through the security check with Hripsime, before we start waiting again. It’s strange. It’s not the first time I’m with a friend in an airport. But it’s the first time I’m waiting with someone I know… while we are taking two different flights!

It’s time for Hripsime to go. It’s always strange to say goodbye to someone with whom you’ve been almost continuously for a little bit more than one month. Well, we know we’ll see each other in France and Italia in october. Still strange…

I’m alone in the airport. I look. I wait. I don’t realize that I’m leaving. It’s a strange feeling. And finally, it’s time for me to board the plane. I’m trying to understand what I’m doing in a place… I guess that Singapore is waiting for me now…

The absolute perfection of a night in a swag

  • English: The absolute perfection of a night in a swag
  • Français: The absolute perfection of a night in a swag

I’m losing my words. I just don’t know how to describe this amazing feeling I have, every night, when comes the time to go to sleep. I was used to go to bed; sometime reading a little before trying to fall asleep, watching a blank roof. For the last ten days or so, my roof is made of thousands of stars. I stare at the most amazing starry skys I’ve ever seen. Milky way is there, night after night. So intense that I’ve been wondering a few time if it was not a cloud… Every evening, I’m not counting sheep to fall asleep, but shooting stars. Only two or three some evening, up to fifteen during other nights. It’s always magic. Each time I’m watching the sky, I have this little down, already knowing that it’s going to be one of the thing I’ll be missing the most after Australia. These never ending sky, sparkling with thousands of stars.

But the magic doesn’t stop there. There’s always those moment where we wake up, in the middle of the night, for no reason. Instead of trying to find an other position to go back to sleep as soon as possible, I just enjoy taking my time again. Being amazed by the show. And then, you have the moon, that always rise at sometime. It was full not so long ago. I’ve been watching her, getting smaller, day after day. Today, it was nothing less than a thin line in the sky. Tomorrow, she’ll be new.

Sometime, you also have the howling of the dingos, in the middle of the night. They sound a lot like wolves. You can hear them for a little while, before they stop. It reminds me the coyotes, I seldom heard while traveling in North America. In Kings Canyon, I heard them welcoming the moon in the sky, in a way no man would ever be able to copy. At the Devil Marbles, there’s only a lonely dingo. He still howls, from time to time, in the middle of the night.

The show ends with the rising of the sun. I always wake up a few minutes before. Just on time to see this amazing ball of light rising over the horizon. Sometime, I fall asleep, and wake up again later. Today, I wake up long before. The sky was black, with this amazing orange gradient. I’ve seen him slowly changed, to have colors I’ve never seen before. Black and orange just fit so perfectly well… and finally, one hour later, I saw the first shine of the sun. I watched him raise, one more time. Thanking him, as I always do. Those who knows the story will understand…

We were sleeping on the top of the Marbles. First tourists arrived a little bit after that, waving to us. Asking us how we slept. If the view worsted it. Of course, it worsted it. I didn’t watch TV as they did, in there so comfy king size bed with integrate heater. No, I was just watching the sky, counting the shooting stars. I heard the first sing of the birds, as they were waking up, one after an other.

I would have love to spend the whole day here. But Sara would like to arrive in Katherine soon, in order to go back to Darwin to catch her flight back. It’s a compromise. A hard one. I would love to see my sky. One more time. Well… there will be other opportunities…

It’s long after noon when we finally leave the Devils Marbles

Wish all of you a great solstice

Should it be a summer one or a winter one! Never forget how awesome the sun is, and how magical the moment you share with him can be.

Two years on the road

  • English: Two years on the road
  • Français: Two years on the road

Two years on the road… I guess some might disagree, as I’ve been back to Montreal during those two years. But for me, a journey doesn’t start when you close your door, when you take your backpack, or when you get in the bus. A journey can start long before that…

It was on the 18th of june 2010. I was boarding a plane to San Francisco. We were two, going together. I was alone to come back, to learn that I’ve lost my job too. I’ve never totally come back to Montreal since…

Today, in order to celebrate, I’m starting to settle down quietly in Alice Springs. Waiting for news for an appointment in order to work as a tour guide. Today, I’ve finished writing my book, and I’ve just send it for rereading. Today is sunny, and a new journey has began. Administrative journey, this time. Not that easy to work as a guide! I’ll give you some news soon…

That’s what those last two years looks like. Yes, I’ve been blogging for a long time now. But only in french at that time. Sorry for that!

Calivada, june 2010

Les Aventures du Pourquoi Pas ?, july-october 2010

Les Oubliés, june 2011

Routes de France, july-september 2011

Bali, september-october 2011

Desert is coming

  • English: Desert is coming
  • Français: Desert is coming

Richmond results are now official. The dream will have to stop here. Another one. As usual, I suppose it’s for the best… I’ll see… the good news for all the readers is that this blog will stay bilingual. I like it this way.

So… what’s next?

Plan B is already on the rail. Next saturday, I’m leaving Melbourne. I booked a relocation van a little while ago, heading to Alice Springs. 5 days to drive 2,200 kms. But I won’t be alone. The campervan is a huge one, with room for 6 persons. And it is full. Cassie, Josh, Indri and Rachel, 4 couchsurfers, and Ben, the guy I met a few days ago at the prom. 5 days with 5 almost complete strangers. This is going to be a really interesting experience.

Desert has been calling me for a little while now. After the first time I drove through an amazing never ending emptiness in New Mexico, I discover that desert could be such an awesome place… so quiet… just perfect, sometime, to be alone. To much dreams had fall apart on the last few months. Keeping quiet for a little while, just relaxing, just by myself sounds the thing to do at the moment. Putting my ideas back together.

I might not be that much alone… I have a friend, Mara, in Alice Springs. We first met in Melbourne, for christmas. It will be nice to see her again. And there’s also Fan Fan. I met her in Hobart. She’s somewhere on the north west coast. Could be nice to visit friends… there’s also one or two other possibilities… who knows?

And there’s also the Wide Open Space festival. Starting on the 4th of may.

Desert is coming…

Rêves

Tout à la base de ce voyage, il y a un rêve. Un rêve qui m’habite depuis bien longtemps. Ce rêve est accompagné d’images d’immensités désertiques rouges et poussiéreuses. Des images qui me suivent depuis mon enfance. Je suis tombé dans l’Australie tout petit, et ça dure depuis. Mes parents se souviennent peut être que j’avais recherché à faire de la correspondance avec quelqu’un en Australie. La première lettre que j’avais reçu venant d’Autriche, tout le monde s’était bien moqué de moi dans la maison. Et moi, je m’étais mis à douter aussi. Australia, Austria, je me fais encore régulièrement avoir dans les menus déroulants sur internet… quoi qu’il en soit, quelques temps plus tard, j’avais aussi reçu une lettre d’Australie. Si je me souviens bien, le magazine qui mettait les correspondants en contact cherchait aussi des personnes avec des goûts similaires dans d’autres pays. Je me rappelle ni du nom de l’Australienne, ni du nom de l’Autrichienne. Je ne me souviens absolument pas si j’ai répondu à l’une ou à l’autre. Oui, il me semble me rappeler que c’était toutes les deux des filles. C’est bien un truc de filles, ça, de vouloir écrire à des gens à l’autre bout du monde…

Le Working Holliday Visa est présenté, et vu, comme un produit miracle. Le visa facile à obtenir, qui permet de venir faire fortune en Australie. La fortune, personnellement, ne m’intéresse pas. L’argent non plus, mais malheureusement, il en faut quand même pour vivre. Et pour payer l’essence pour traverser les grandes immensités rouges oranges.

J’ai répété à plusieurs reprises à Iris « un Working Holliday visa, c’est ce que tu en fais ». Je l’ai toujours vu comme un visa pour les audacieux. La possibilité de faire plein de choses, d’ouvrir plein de portes. Je dois bien reconnaître que je commence à douter. Un peu. Parce qu’il y en a qui ne joue pas le jeu. Qui ne sont pas intéressés par des rêveurs temporaires. Qui veulent juste des gens terre à terre, et permanent.

J’avais imprimé 40 CVs sur papier. Je n’en ai plus un seul. J’ai arrêté de compter ceux envoyés sur internet. La conclusion est simple. À Melbourne, il est extrêmement facile de trouver du travail. Si vous êtes prêts à faire de la vente, payé uniquement à la commission (donc probablement ne pas gagner d’argent les premières semaines, le temps d’apprendre) ou si vous êtes prêts à essuyer des assiettes en dessous du salaire minimum. Pour l’occasion, je vais rejeter la faute sur mes parents. Ils m’ont appris que c’était mal d’être exploité, que c’était important de garder une certaine estime de soi, y compris au travail. Du coup, je refuse de jouer ce jeu là. Je n’essuie pas d’assiettes, et je ne sonne pas aux portes de la moitié de Melbourne. La conséquence est radicale : du moment que l’on montre que le salaire nous importe, les employeurs ne rappellent pas. Je les comprends : ce sont des idéalistes, qui pensent que le salaire est quelque chose de secondaire et sans importance, et qui cherche des employés qui partagent leur opinion. Je ne partage pas leur vision socialiste du monde. Je suis un capitaliste qui veut gagner toujours plus. Hum…

Les journées se suivent et se ressemblent quand même beaucoup. Le matin, j’envoie des CVs et des lettres de motivations pour tout les postes de graphistes que je trouve. Puis ensuite, je fais le tour des annonces Gumtree. L’après midi, je choisis une rue vivante parmi celle que je n’ai pas encore fait, et je vais distribuer mes CVs. C’est un peu comme à un mariage ; au bout d’un moment, on est quand même un peu tanné de sourire. Le soir, je retourne sur internet, pour une deuxième série de CV sur Gumtree…

J’ai commencé à y croire un peu moins. Absolument personne qui ne rappelle, c’est pas terrible pour le moral. Et puis hier, j’ai reçu le mail de Benjamin. « Merci de votre candidature, vous nous intéressez, quand est-ce que je peux vous rappeler ». Sursaut d’optimisme. La vie tout entière ne serait elle donc qu’un long voyage en stop sans fin, à perdre patience en cherchant désespérément un travail, puis d’un seul coup à repartir super motivé au premier coup de téléphone ?

J’ai brièvement parlé au téléphone avec Benjamin aujourd’hui. « Hélas, nous cherchons quelqu’un de permanent ; pas juste 6 mois. Et nous ne pouvons pas offrir de sponsor ». Donc voilà… je les intéresse, ils aiment mon profil, mais ils n’aiment pas mon visa. Pas bon pour le moral tout ça. J’ai perdu courage pendant un bon trente minutes. Le temps de me retrouver dans un tram qui m’amenait au centre ville, et d’échafauder un plan. Après tout, j’ai un visa pour rêveur audacieux. Et, de l’audace, j’en ai. Puisque dans ce pays où les gens ne sont pas matérialistes, ils cherchent des gens qui ne sont pas intéressés par le salaire, c’est ce que je lui réponds. Je prends en compte l’expérience que ça m’apportera (c’est vrai que sur un CV, expériences de boulots internationales, je vois ça comme un gros plus ; et je pense aussi à la Nouvelle Zélande qui s’en vient). Le fait, aussi, que la boîte à l’air très sympa. Est-ce que je préfère un boulot de caissier chez IGA ou, pour quasiment la même paie, un boulot de graphisme ? Poser la question y répond un peu quand même. Les caissiers sont quand même bien payés ici. Mais ça non plus, ça n’a pas l’air d’un post pour rêveur audacieux. On verra bien si ça abouti à quelque chose ou pas. Au moins, j’aurais essayé.

Et puis à un autre moment, dans la journée, j’ai reçu un mail. D’un recruteur, qui cherche un développeur flash, pour début immédiat, à Richmond (rendu dans mon top 4 de mes quartiers préférés de Melbourne, depuis que St Kilda s’y est subrepticement glissé. Il faudra que je recommence à vous parler de choses moins personnelles et plus touristiques bientôt). Bin écoute, si je dois écrire des lignes de codes pour trouver un boulot, let’s go mon gars. On verra comment il va réagir à mon visa… quand à la madame de Brisbane, toujours pour un contrat en graphisme, qui m’a appelé un peu plus tard, et qui m’a dit qu’elle non plus n’aimait pas mon visa, de toutes façons, je la trouvais pas sympathique au téléphone.

Alors voilà… toujours du surplace, mais maintenant, la moitié de Melbourne sait que je cherche du travail. Oui, je sais, il me reste encore une autre moitié à informer ! Demain, je retourne imprimer des CVs.

Cette demoiselle, je l’ai trouvée sur le chemin du retour. Je trouve qu’elle correspond parfaitement à mon humeur du moment. Moi, en tout cas, j’arrive à cerner l’humeur qui se dégage de tout ça. Le petit texte, pas forcément évident à lire, dit simplement « Be Free » (rien à voir, je pense, avec un fournisseur internet français). Ça m’a rappelé que j’avais l’habitude, pendant mon voyage en van, de mettre parfois une simple photo, avec juste un titre, et pas de légendes. Il y a certaines habitudes qu’il est temps que je reprenne.

Freycinet jour 1 : Wineglass Bay

Le réveil s’est fait plus tard que je l’avais initialement planifié, mais c’était prévu. La nuit a été courte, mais je suis quand même en forme. Je finalise mon sac assez rapidement, finalement prêt à partir vers 10h15. Bernd me dit que si je patiente un tout petit peu, il me donne un lift vers la sortie de la ville, car il a une course à faire là bas. C’est parfait pour moi.

À 10h30, je suis donc sur le bord de la route, avec mon petit carton mal orthographié. Freycinet s’écrit Freycinet. Non pas Frecinet comme je l’ai cru à un moment. Ça ne semble pas empêcher les voitures de s’arrêter. Le profil des gens qui s’arrête est relativement le même que d’habitude : généralement, des hommes seuls dans les 40-50 ans. Ou un couple d’âge plus ou moins avancé. Les vans, eux, ne s’arrêtent pas. Une rencontre assez sympathique, avec ce couple qui a des enfants un peu partout dans le monde. Petit bout de trajet agréable avec eux. J’aime bien la conclusion du gars « je te souhaite d’apprécier de continuer d’aimer autant la vie, ce qui me fait aucun doute ». Je me retrouve perdu au milieu de nul part. Puis encore plus au milieu de nul part après un petit lift de quelques kilomètres seulement. Une autre voiture s’arrête. Petite. Genre Clio. Ou Echo. Ils sont trois dedans. Un allemand et deux suédois. Steph, Elin et Robert. Ils vont à Freycinet. Ils vont faire Wineglass Bay. On s’entend bien. Je me demandais dans quel sens attaquer la boucle, j’ai la réponse à ma question.

Je prends quelques informations à l’entrée du parc, notamment sur l’état des réserves d’eau un peu partout. Un ou deux ruisseaux buvables (après ébullition) et des réserves d’eau de pluie correct dans un des campings. J’ai donc une journée complète à tenir. Je partirais avec 3 litres.

Sur le parking, je retrouve un des vans qui ne s’étaient pas arrêter pour m’emarquer. Je suis toujours curieux sur le profil des gens qui voyagent en van. Deux filles françaises. Je reconnais à leur décharge qu’il n’y avait pas de places pour moi. J’arriverais à échanger deux trois mots avec elle à un moment, elles ne sont pas sympathique du tout. Je préfère largement mon allemand et mes deux suédois.

Inspection des douanes obligatoires avant le départ.

On attaque la marche. Eux voyagent léger ; moi j’ai 15 kilos sur le dos.

Jour 1 : 
Altitude départ : 14 – altitude arrivée : 5 ; point culminant 220
Dénivelé : + 206, -215 

Distance : 4.2 km ; Temps de marche : 2 heures. 

La montée jusqu’au point de vue, je l’ai déjà faite, mais la refaire est bien agréable. Certes, je suis un peu plus chargé, mais ça monte quand même bien. Juste plus lentement. On croise aussi ces deux américains qui viennent juste de tomber en panne de batterie. Je les prends donc en photo, avec la promesse de leur envoyer par email par la suite. Ça ne coûte rien, et ça leur fait plaisir. Ce n’est pas la première fois que je le fais ; et je me souviens à Bali le gars qui avait fait une photo de nous sous l’eau avec son appareil étanche. Échange de bons procédés j’imagine.

La descente sur Wineglass Bay se fait elle aussi sans problème. Le sac commence à peser un peu, mais j’ai désormais un bâton de marche en plus avec moi, et c’est vrai que ça aide aussi. La baie est magnifique… mais comme disait Iris à Tasman « prend ça Wineglass Bay » ; je suis d’accord avec elle. Si la baie est belle, ce n’est pas la plus belle de Tasmanie. Elle mérite quand même une petite marche, mais le point de vue que l’on avait en hauteur valait déjà bien la peine. Au loin, au bout de la plage, un peu sur la droite, on devine Mount Freycinet. Le point culminant de la péninsule. J’ai rendez-vous avec lui demain. Je l’attends avec impatience. Mes collègues de marche sont plus courageux que moi. Il faudra, un jour, que j’apprenne à me mettre à l’eau froide. Je ne comprends juste pas pourquoi je n’y arrive pas. J’aime l’eau, les vagues sont superbes et font rêver, mais je sais bien que ce n’est pas la peine d’essayer.

Mes compagnons de marche font finalement demi tour après leur baignade. Et je finis la marche le long de la baie tout seul comme un grand. Le camping m’attend juste après. Je m’installe tranquillement. Il y a pas mal de monde, ce qui est assez logique pour un samedi soir. Je monte ma tente sous le regard curieux des kangourous du coin. Kangourous qui doivent bien se moquer de moi. Je n’ai pas le mode d’emploi. C’est la première fois que je la monte ; ça n’a rien d’intuitif. Jusqu’à ce comprenne finalement que les crochets ne servent pas à faire tenir les machins mais les bidules, et qu’il n’y aucun truc pour accrocher le chose. À partir de là, je me retrouve finalement avec une vraie maison. Et oui, le bâton de marche devient le pilier central de la tente. Astucieux. Et pas mal pour gagner du poids !

La maison construite, je profite de la lumière de fin de journée, qui est tout simplement superbe. L’eau change de couleur toutes les deux minutes, selon la couverture des nuages et l’angle du soleil. Rien qui ne rende bien en photo, malheureusement… mais un souvenir d’une couleur jamais vue jusqu’à présent.

Je rentre à la tente me faire à manger. Sur le regard tout aussi attentif des kangourous. Sans doute pense-t’il que vu mon incompétence à monter la tente, je serais aussi incompétent à cuisiner, et j’en renverserais partout. Malheureusement pour eux, je me débrouille plutôt bien avec ma petite casserole et mon mini brûleur. Je ne sais pas si j’ai fait pitié au couple là bas, où s’ils trouvent juste mignon mes interactions avec mon voisin kangourou, mais à un moment, la femme vient me voir et me demande si je veux un peu de poissons qu’ils viennent juste de pêcher. J’imagine qu’ils ont trop pour deux, peut être pas assez pour quatre. Toujours est il que je me retrouve avec ce magnifique morceau de poisson, et qu’il est délicieux. Et puis les cadeaux spontanés, gratuits, sans rien demander en retour, j’ai toujours aimé ça. Ma journée semble se placer sous le signe de la générosité. Entre ces gens qui m’ont offert généreusement une place dans leur voiture, Elyn qui m’a offert des biscuits, et ce couple qui m’offrent un saumon. Je ne peux pas m’empêcher d’avoir une crise de nostalgie en repensant à Burning Man.

Est-ce que c’est la nostalgie de Burning Man, qui est aussi un lieu de rencontre, qui me pousse ? Je ne sais pas. Il n’y a que des couples qui voyagent ensemble. Pas vraiment facile de me joindre sans avoir l’impression de déranger… et puis il y a ces trois personnes qui viennent juste d’arriver. Tout sourires et bonne humeur. Oserais-je dire que c’est inhabituel pour des français ? Toujours est il que j’ai une occasion d’échanger quelques mots avec eux, et que je décide de pousser un peu. Je demande si ça dérange que je passe la soirée avec eux, ils m’accueillent tout sourire. Comme bien souvent, ne me demandez pas de me rappeler leurs noms. Il y a un couple, qui vient de Toulouse. Ils voyagent avec une fille de Perpignan, qu’ils ont rencontré en faisant du fruit picking à Mornington. Ils me parlent du fruit picking avec le même enthousiasme que tout les autres. « On s’est fait 1300$ en 10 jours ». C’est vrai que la somme est alléchante. Quelques mathématiques ramènent ça à 130$ par jours, probablement aux environs de 15$ de l’heure. Juste un peu au dessus du salaire minimum, donc, impôts déduis… par contre, il est vrai que le gros avantage est que tu arrives, tu es engagé sans condition, et que tu restes le temps que tu veux. Très pratique pour pouvoir remettre un peu d’essence dans le van quand on est perdu au milieu de nul part. Les restaurants et autres classiques de backpackers attendent que l’on reste plus longtemps évident. La discussion s’étire un peu dans la soirée. Les échanges sont agréables. Ma dernière nuit a été très courte, mais je ne ressens pas trop de fatigue quand je vais finalement me coucher.

S’il y a des kangourous dans les environs du camping, il y a aussi des opossums. C’est un peu le bordel dans ma tente, avec les sachets explosés. La bonne nouvelle, c’est qu’ils n’ont à peu prêt rien ouvert de ma bouffe. À part les crumpets que j’avais prévu pour mes petits déjeuners. Bon, bin je ferais les prochains jours sans petit déjeuner j’imagine. On verra comment arranger tout ça. Et je m’endors finalement, tout heureux, dans ma petite tente au milieu de nul part.

Un petit tour au Québec

Vous suivez le chemin de gravel pendant quelques temps. Ils sillonnent entre les arbres, descendants tranquillement une petite colline. En bas, il y a ce grand lac de barrage, entouré de toute part de légers reliefs arborés. Et pourtant, non, vous n’êtes pas en Mauricie. Il s’agit simplement du lac Barrington, situé à quelques kilomètres seulement de chez Sarah… qui nous amènera à la conclusion que quand même, quand on y pense, la Tasmanie ça ressemble beaucoup au Québec. Avec ces montagnes que l’on appelle Montagne parce qu’il n’y a pas grand chose de plus haut. Un peu de Charlevoix, un peu de Gaspésie, un peu de Mauricie… de quoi avoir le mal du pays (de l’autre pays). C’est beau dans sa simplicité. Dans son côté naturel. Dans son absence d’hyperboles et autres superlatifs. J’aime la Tasmanie parce qu’elle ne s’impose pas à moi. Elle se laisse découvrir, tranquillement. Simplement. Et ça me plaît bien.

Le cricket

L’influence anglaise se ressent très fortement en Australie. Ce qui est assez intéressant, je trouve, c’est que malgré la différence de distance, elle se ressent beaucoup plus ici qu’au Canada. Peut être que la colonisation canadienne s’est faite de façon beaucoup plus large alors qu’elle était exclusivement anglaise en Australie, c’est une information que je ne connais pas… j’ai eut l’impression à plusieurs reprises, que ce soit à Melbourne ou à Sydney, de me retrouver dans des rues de Londres. Les petites maisonnettes à deux étages, avec balcon en fer forgé ouvragé en sont un exemple typique. Les puddings de Noël ont surgit dans toutes les épiceries. Chose que je n’avais jamais vu au Québec. Et dans toutes ces nombreuses influences « so british » que l’on retrouve ici, il y a le criquet. Ou cricket. Le correcteur orthographique semble être heureux avec les deux.

J’ai découvert le baseball et la balle molle (petite soeur plus tranquille du précédent) au Québec. Avec plusieurs personnes pour m’expliquer, j’ai fini par en comprendre le principe et même être capable d’apprécier. À petite dose. Mais c’est vrai que l’ambiance des petits matchs de quartier était sympa à vivre. Le match au stade olympique de Montréal était une autre histoire…

Juste après Noël avait lieu un match fort attendu à Melbourne entre l’équipe d’Australie et celle de l’Inde. Confronté à ce nouveau sport, intrigué, j’ai essayé de regarder un peu à la télé. Cela m’a laissé aussi perplexe que mon premier match de baseball. J’ai regardé un peu, en petite dose, à droite à gauche. Essayant de comprendre pourquoi des fois la foule criait, pourquoi elle restait parfaitement silencieuse. Sans succès. Mais je ne perds pas espoir.

Et puis le soir de ce grand match fort attendu, histoire de montrer mon intérêt pour les traditions autochtones, j’ai quand même demandé à Pete, notre hôte du moment, qui était le vainqueur. Après tout, ce sont des choses qui se font. Je suis resté un peu perplexe quand il m’a répondu « on ne sait pas ». Et devant ma perplexité, il s’est empressé d’ajouter « le match n’est pas terminé ». Ah… incident technique ? Révolution de dernière minute ? Grève des joueurs ? En fait, non. J’ai découvert qu’un match de criquet se déroule, en général, sur trois ou quatre jours. Ça doit demander une certaine patience ! Le premier jour, c’était l’Inde qui lançait. Le deuxième, l’Australie. J’imagine que par la suite, ils échangent à nouveau… Quoi qu’il en soit, je dois bien dire que je suis fasciné par ces gens qui sont capables de rester intéressé 5 jours de suite par un même match !

Et puis la bonne nouvelle, c’est que depuis, j’ai trouvé une affiche expliquant les règles. Le prochain match, je pourrais suivre !

Le criquet tel qu’expliqué à un visiteur étranger (en traduction approximative)

Vous avez deux équipes. Une dehors sur le terrain, une à l’intérieur.

Chaque homme qui fait partie de l’équipe qui est dedans va dehors. Et quand il est dehors, il revient dedans, et le prochain rentre en attendant d’être à nouveau dehors.

Quand ils sont tous dehors, l’équipe qui est dehors, rentre à l’intérieur, et l’équipe qui était dedans sort, en essayer de faire ressortir ceux qui viennent de rentrer.

De temps en temps, vous avez des joueurs qui sont encore dedans, et pas dehors. Quand les deux équipes ont été dedans et dehors, incluant ceux qui n’ont pas été sortis, c’est la fin de la partie.

Le voyageur des temps modernes

Je me rappelle… dans un coin de ma chambre, il y a une mini étagère. Elle a trois tiroirs, et ne doit pas mesurer plus de 10 centimètres de haut. Mes parents me l’ont offert quand j’étais petit. Tout petit. Ma tante, elle, m’a offert des pièces de plusieurs pays qu’elle a visité. Et puis des amis aussi. Avec mon frère, on comparait, pour savoir lequel de nous deux avait des pièces du plus de pays différents. En arrivant à Sydney, je me suis rendu compte que dans mon portefeuille, j’avais des dollars canadiens, des euros, des roupies malaisiennes, des roupies indonésiennes. Tout ça au moment de retirer des dollars australiens. J’ai pensé à l’euro, cette monnaie unique, qui doit sûrement avoir de nombreux détracteurs partout. Moi, je pense simplement à la facilité de voyager avec une monnaie unique, internationale, et mondiale. Le voyageur des temps modernes, il aimerait ça.

Mais le voyageur des temps modernes vit dans une autre réalité. Certains ont une fille dans chaque port. Moi j’ai une banque dans chaque pays. La première option serait sans doute plus économique (surtout quand on voit le coût de l’hébergement dans certains ports !).

J’ai finalement ouvert un compte bancaire à Sydney. Je suis donc à même d’accepter les paiements en euro, en dollars canadiens, ou en dollars australiens. Sans aucun frais. Ça, c’est le freelancer webdesigner des temps modernes qui apprécie. Et le graphiste compare avec curiosité les designs en fonctions des pays.

Vous m’excuserez pour la qualité des photos. Ça sort tout flou par endroit !

FireStats icon Powered by FireStats