Tête en bas

Down under wandering. Archipelagoes to islands; beaches to deserts; mountains to cities.

Archive for the ‘[Australia – New South Wales]’ Category

Confest… they tried to change my life

  • English: Confest... they tried to change my life
  • Français: Confest... they tried to change my life

“Confest is a life changing event”. I heard that a few time already. Well.. I heard a lot of things about Confest, and I was really interest to participate in one of the “hippiest festival in Australia”. I’m not really a hippie myself, but there usually a lot of interesting thing to discover and to learn in these kind of festival. Meeting new people, sharing new way of life, new philosophy, new idea, all that are definitely part of the reasons I love traveling. My first and only experience for those kind of event was Burning Man. It definitely changed my life. In a way I won’t even try to describe.

Confest happen twice a year. For Easter long week end and for New Year Eve. In the middle of nowhere (which can be almost everywhere when traveling in Australia). I went there with a lot of expectation. And came back with some sadness and disappointment.

Sadness? Why? Hard to explain… I found in Burning Man a temple for creativity, originality and imagination. A place where idea were blooming. At Confest, most of the workshop were about the same themes. Open your heart, be in harmony with yourself, yoga, healthy food… I have no problem with all that. I like hippies, I like there way of life. But I find sad that they always want to be in the same box. As if there was only one alternative life style. As if there was only one way to be in peace and in harmony with yourself. Do half an hour a day of yoga, eat balanced food, forget meet, meditate, connect with your inside you. I find all that so complicate! Can’t we be in peace without doing all that? Am I so much unbalanced? I was feeling the total opposite…

I like smiling to stranger. I like being happy with me, et I do find really sad to see that other person need someone to tell them “smile to other, be happy, love your fellows”. Maybe because it seems so natural for me… I don’t need someone to repeat for one hour that I’m awesome. I already know that. Presumptuous? Maybe a little…

It reminds me an experience I had, not so long ago. Someone who told me “you should says nice thing to people, they will stop to talk to you, and then it will be easier for you to sell your produce”. I feel exactly the same way… “You are at Confest, you have to love everybody, and you have to tell them”. No. I’m sorry. I won’t. And want to tell others how I feel when I want to. Not because I’m at Confest. For the same reason, telling a compliment to someone suddenly lose all its natural aspect. “He’s so good. He likes me. He’s so much into Confest spirit”. Non. I’m not into Confest spirit. I’m me. And only me. But it seems that you don’t want to see that. You just want to see me in a box.

All those cliches annoyed me a lot. Because altogether, their were way to much. I finally understand what annoyed me the most on sunday evening. There was those two young girls, doing light poise. They were not specially good, but they were having so much fun and pleasure! It was simple, fun, funny. And it made me realize that it was the first time I was seeing people playful. Having fun. Until now, I had just seen people being so serious trying to be perfect hippies! They had to be in contact with there inner themselves, they had to smile to everyone, they had to cuddle with stranger… so much complicate constraints, when I was just looking for simple exchange… I was just looking for fun… to enjoy my self a simple way… all that was way to serious for me. As if everybody has its own todo list to experience a perfect Confest. Everybody in the same box…

Don’t make me say what I did not say. I liked my Confest, and I took it as an opportunity to do a couple of experience. I went to a spontaneous quire (which was at a specific time, strange concept) who showed me how a crowd can be a great musical instrument. I participate to a “corridor of love”. I don’t remember the exact name… people form two raws, making a tunnel, that other people cross, closing there eyes. While you’re walking, strangers keep telling you that they love you. Really interesting and strange experience, as so many voice seems to be so true… perfect tons, beautiful voice… we just want to open our eyes, to stop, and meet this stranger. Until we realize that all that is only artificial. For be, it’s just a way to banalize love, to remove all its meaning, “I love you” becoming just a few word that anyone can tell to anyone else. I don’t want a stranger to love me. I want a stranger to be interest by me, to want to learn and exchange with me. To want to know who I am… I won’t say anything about parents who bring there child to those kind of experiences… I just saw kids who were looking bad, unhappy and oppressed…

I think one of my mane disappointment came from the complete lack of didgeridoo. The only one I heard during the 4 days of Confest… was mine. No, in Australia like everywhere else, hippies play djembe. I don’t have anything about the drum. After all, I love playing djembe to. But I was feeling that, in Australia, in the middle of people who want to be in touch with earth, with there roots, there was nothing more natural than a didgeridoo… ironically, while I was doing my best to have my didge heard in a drum circle, someone come to tell me “sorry, we would like to have to other drums where you’re sitting”. I almost told him that I was playing music to, explaining him that the instrument I was playing was a better one than an african drums to be played here… I didn’t see any reason to say that, and preferred to leave, disillusioned. Drumer were taking themselves to seriously too.

Conclusion came to me on the last day, while I was attending a workshop just before leaving. “Fairy tales and how to use them to heal personal wounds”. The workshop, really interesting by the way, finished with a visualization exercise, in order to see our inner monster, and talk to him. It works pretty well. Definitely better than I was expecting. I was really surprise to discover that my inner monster was an picture from my childhood, picture that I had forgotten a long time ago. But its message was quite simple “I left quite a while ago, you’re in peace with yourself”.

Maybe all the problem lays in this only sentence. I’m in peace and in harmony with myself. I found a balance that needs no yoga, no meditation, no forcing smiles. My smiles are natural, because I’m naturally in peace. I’m free. I’m traveling following the wind, the opportunity, going at my own pace. I’m a hippie with no material bounds, who likes others. My inner smile is auto fueled. I’m me. I’m happy. And I love sharing my happiness.

Le chemin du retour

Il y a une chose que vous devez absolument savoir si vous prévoyez un jour quitter Sydney en voiture. C’est la ville la pire où j’ai eu la malchance de conduire, quand il s’agit de retrouver son chemin. Même Denpassar, à Bali, m’a semblé mieux indiqué et plus facile.

Le problème est pourtant simple : nous sommes à Sydney, première métropole du pays. Nous voulons nous rendre à Melbourne, deuxième métropole du pays. On peut s’attendre à un axe important entre les deux. On peut s’attendre à une signalisation relativement existante. Au moins, à quelques reprises « pour Melbourne, suivre Liverpool ». Mais à priori, non. Ça semble beaucoup trop compliqué. Alors à la place, à chaque carrefour, vous avez comme indication le nom de deux arrondissements. Essayez donc de quitter Paris, si à chaque fois que vous arrivez à un carrefour, on vous indique à droite « quatorzième » et à gauche « huitième ». C’est un peu la même chose ici, la même complexité au programme. Il y a parfois les numéros de route qui sont indiqués, selon la méthode nord américaine (qu’en l’occurrence, j’apprécie énormément). À une grosse différence près : il n’y a que le numéro. Pas d’indication « est » « ouest » « nord » ou « sud ». C’est dommage… parce que c’est une information importante je trouve. Je savais bien que je devais prendre la 40 à un moment. Il fallait même que je la prenne en direction sud ouest, pour aller à Melbourne. Mais de nuit, après avoir tourné pendant un bon moment, et sur des routes qui n’ont rien de droites et de perpendiculaires, va donc savoir si tu dois tourner à droite en direction de Trifouilli les oies ou à gauche en direction de Plumplumperdu. Bref, de vociférations en insultes, de mauvaises directions en demi tour, on arrive finalement à rejoindre LA route Melbourne-Sydney. À gauche est indiquée « Sydney » et un autre bled sans nom. Et à droite, rien du tout. Si à droite ça allait à Melbourne, j’imagine qu’ils auraient écrit « Melbourne ». Ou bien « Canberra ». C’est par là bas aussi, et c’est quand même la capitale. Bref, on fera demi tour 5 kilomètres plus loin, quand on aura compris qu’il fallait bien prendre la route en direction de nul part.

Enfin… nous aurons finalement réussi à quitter ce monstrueux chaos routier. On roule un peu, jusqu’à minuit environ, avant de poser le van sur une aire de repos. On n’a pas beaucoup de bagage, énormément de place, et on maîtrise désormais assez bien le passage en mode  nuit. Pour l’occasion, nous de conduirons pas un « Britz », mais un« Maui », la compagnie jumelle. Les mêmes vendeurs, les mêmes vans, le même mauvais service à la clientèle. Une seule différence, semble-t’il, des vans un peu plus luxe, un peu plus propre, un peu plus confortable. Confortable beaucoup ou très beaucoup, on ne sait pas. Mais on s’endort rapidement !

Toujours pas de presse le lendemain. On a roulé un peu la veille, on a encore plus de 24 heures pour les 8 heures de route restantes, ça se fera sans problème. D’après le guide d’Iris, il y a deux villes intéressantes entre Sydney et Melbourne. Goulburn, la première ville a avoir été construite dans les terres, et Yass qui à priori, est simplement jolie.

On s’arrêtera donc rapidement  à Goulburn, le temps de faire le tour du centre ville. C’est vrai que c’est assez joli et sympathique. Mais il ne faut pas sortir du micro quadrilatère centrale, sinon ça devient tout de suite sans intérêt. Sauf, évidemment, la magnifique statue qui trône à la sortie de la ville. Encore mieux que le sous marin moi je vous dis !

Nouvelle pause, quelques dizaines de kilomètres plus loin, rendus à Yass. Beaucoup plus petit, et sans grand intérêt. À part un joli mini parc sur le bord de la rivière. À part ça…

Le reste de la route sera une succession de mini pause, pour se détendre les jambes, pour remettre de l’essence, et pour manger… pas grand chose d’autres à voir. Par contre, on se rend quand même compte que la route est plus belle au retour : sans doute que la faire à l’avant de la voiture et sous le soleil la rend plus agréable que comme passager arrière dans la brume ! Un très joli coucher de soleil, par contre, le soir. C’est toujours agréable ! On roule encore un peu de nuit, avant de s’arrêter sur un parking de Mc Do (pour la connexion internet, pas pour la bouffe). Et repartir le lendemain matin.

Cette fois-ci, le retour du van se fera sans aucun problème. Je suis avec la même fille au service à la clientèle, qui me reconnait sans problème. Je la reconnais aussi. Elle est toujours aussi peu souriante et peu sympathique. C’est dommage. Elle serait assurément très belle avec un sourire !

Le van rendu, le sac à dos sur le dos, on saute dans le train, direction la maison de Kizza. Et oui, on recommence le couchsurfing !

 

 

Les Blue Mountains et les three sisters

Le départ de Canberra se fait aussi tranquillement que celui de la veille. Ce soir, nous serons de retour à Sydney. Avant, on fait un petit détour par les Blue Mountain, ce qui nous convient très bien, à Iris et moi, qui n’avons pas réussi à y aller encore. Notre plan initial était d’ailleurs de s’y poser tranquillement pour trois jours, en partant en randonnée au hasard, avec la tente et de la nourriture. Ça nous semblait un bon plan, qui nous évitait de gérer la question de l’hébergement à Sydney. La météo, en revanche, ne semble pas être de notre côté. Les alertes météos de pluie violente se multiplient… pas le temps idéal, donc, pour le camping. On se rabattra sur couchsurfing, en espérant que ça marche…

Les Blue Mountains, et surtout les Three Sisters, c’est La destination week end de Sydney (en dehors de la plage). Accessible directement en train, pas trop loin, avec des grandes immensités sans personne, pour avoir l’impression d’être à la campagne. Endroit idéal pour la randonnée paraît il. Surtout un endroit parfait pour les touristes. La vue est belle, les Three Sisters sont belles, mais une petite voix me dit que quand même, ça ne vaut pas la Tasmanie.

On profite un peu du paysage. On regarde, on admire, puis on rentre à Sydney. Sébastien et Virginie décident de retourner à l’hôtel où ils ont passé leurs premières nuits en Australie. On se débrouille pour rentrer en cachette. Quatre dans une chambre de 8 mètres carrés, ça fera un peu petit, mais au moins, c’est économique !

Les vagues de la Grand Pacific Drive

Princes Highway

Voilà bien longtemps que je n’avais pas dormi dans un van, et ma nuit et relativement agitée. De nombreux souvenirs qui reviennent, les uns après les autres. Transporté un peu plus d’un an en arrière (le temps passe horriblement vite !) à quelques milliers de kilomètres à l’est d’ici. Je m’interroge sur ces nouveaux bruits, sur qui va nous réveiller demain matin, comment, et pourquoi…

Finalement, je me réveillerais tout seul, d’avoir assez dormi. Iris dort encore, alors j’en profite pour faire un peu de rangement dans le van. On a déjà eut le droit à plusieurs visites sur l’air de repos, y compris une personne en charge de l’entretient, mais personne n’est venu frapper à la porte. Et nos voisins en Westfalia sont toujours là également. Je continue mon rangement en prenant mon temps, jusqu’à ce que finalement une voiture de police arrive. Petit soupir. Ça devait finir par arriver j’imagine. J’ai mon discours prêt. Je regarde la voiture s’arrêter à côté du van. Le policier en sortir, et se diriger vers les toilettes. Il revient quelques instants plus tard, remonte, et repart. Bon… peut être bien que finalement on avait le droit de dormir ici.

Iris se réveille un peu après. On se fait un petit déjeuner rapide, avant de reprendre la route. Tout cela me rappelle tant de souvenirs… c’est un mode de vie, un type de voyage, que j’aime énormément. Se lever, manger, et partir… surtout qu’aujourd’hui encore, les paysages qui nous attendent sont superbes. L’idéal, ça serait de dormir à 300 kilomètres de Melbourne pour pas que l’on ai trop de route à faire le lendemain. Ça voudrait dire conduire 500 ou 600 kilomètres aujourd’hui. La journée s’annonce donc chargé ! Ce n’est pourtant pas une raison pour se presser et aller trop vite. On veut encore prendre le temps de profiter du paysage, en s’arrêtant aussi souvent que nécessaire.

IMG_6384.jpg IMG_6385.jpg IMG_6387.jpg IMG_6388.jpg IMG_6389.jpg IMG_6392.jpg IMG_6394.jpg IMG_6397.jpg IMG_6399.jpg IMG_6403.jpg IMG_6405.jpg IMG_6406.jpg IMG_6408.jpg IMG_6411.jpg IMG_6412.jpg IMG_6413.jpg IMG_6415.jpg IMG_6416.jpg

Le paysage est à nouveau un mélange de côtes californiennes et orégonaise, alternant plage de sable tranquille, et rochers pointus. Par endroit, la couleur de l’eau est simplement fascinante. Malheureusement, la température n’est pas au rendez-vous. À Sydney, déjà, l’eau n’était pas très chaude. Mais là on va de plus en plus vers le sud, ce qui n’aide pas. Il faut aller dans le nord, vers la grande barrière de corail, ou vers l’ouest, pour avoir vraiment de l’eau très chaude. Alors on se contente de se mouiller les pieds légèrement, et d’admirer. On dit aussi coucou à une otarie quand on en voit passer une, même si c’est de loin. On regarde désespérément pour des dauphins, mais sans succès.

IMG_6421.jpg IMG_6422.jpg IMG_6426.jpg IMG_6428.jpg IMG_6431.jpg IMG_6432.jpg IMG_6433.jpg IMG_6434.jpg IMG_6437.jpg IMG_6439.jpg IMG_6440.jpg IMG_6451.jpg

L’eau a beau être froide, je me décide quand même à me mouiller plus que les pieds, en rejoignant un petit groupe de rochers pas très loin de la plage. J’ai quand même de l’eau jusqu’au haut des cuisses, et je peux confirmer qu’elle est froide. C’est pas grave. Il faut souffrir pour aller faire de belles photos et vidéos de ces vagues magnifiques que j’arrivais à voir dans le lointain.

IMG_6460.jpg IMG_6462.jpg IMG_6466.jpg IMG_6467.jpg IMG_6470.jpg IMG_6472.jpg IMG_6473.jpg IMG_6474.jpg IMG_6475.jpg IMG_6478.jpg IMG_6479.jpg IMG_6480.jpg

Princes Highway, c’est le nom de la route principale qui relie Sydney à Melbourne par la mer. Il existe une route plus rapide et un peu plus direct qui passe juste au nord de Canberra. Peut être aura-t’on l’occasion de la faire elle aussi à un moment. Toujours est-il que le long de Princes Highway, il y a régulièrement des petits détours touristiques. Une petite boucle pour voir la côte de plus prêt ou pour entrer un peu plus dans les terres, voir un village à tendance ancien très bien conservé avec sa petite fromagerie. Évidemment, ce n’est pas pour le fromage que l’on a décidé de faire le détour.

IMG_6484.jpg IMG_6485.jpg IMG_6486.jpg

Dans un paysage qui pour l’occasion fait assez campagne française, se cache le petit village de Tiba Tiba. Qui, pour une raison que nous ne connaissons pas, a gardé à peu prêt toutes ses vieilles maisons traditionnelles. C’est joli, c’est mignon, et ça valait bien un petit détour. Par contre, ça n’a plus d’authentique que l’architecture, car le village, lui, ne semble vivre plus que du tourisme. Nous ne sommes pas les seuls, à priori, à faire le détour. Toutes les maisons ont été converties en magasins de souvenirs et autres boutiques d’artisanat local. C’est simple, on aime, on s’attarde le temps d’apprécier un milkshake au chocolat particulièrement bon et de déguster quelques fromages. Encore une fois, l’influence anglaise est trop présente. Les cheddars sont bons, mais il n’y a que ça à goûter. Différents âges, différents arômes, mais ça tourne quand même un peu en rond. Il n’empêche que le plus vieux est quand même vraiment bon, et que puisque l’on a deux bières au frais dans le frigo, avoir de quoi pour aller avec serait une très bonne idée.

IMG_6488.jpg IMG_6489.jpg IMG_6492.jpg IMG_6493.jpg IMG_6494.jpg IMG_6499.jpg

Le temps a filé bien plus vite que prévu. En même temps, on est content. On a réussi à aller à une vitesse assez correcte, prenant le temps d’apprécier ce que l’on voyait. Sauf qu’à partir de maintenant, il va falloir rouler. Je fais quelques calculs dans ma tête, je me fixe un objectif. Je suis prêt à conduire longtemps histoire d’avoir une petite étape tranquille le lendemain.

IMG_6502.jpg IMG_6504.jpg IMG_6505.jpg IMG_6506.jpg IMG_6507.jpg IMG_6509.jpg IMG_6510.jpg IMG_6513.jpg IMG_6516.jpg

Mais c’est plus fort que nous. Le paysage est trop magnifique pour ne pas continuer à s’arrêter régulièrement. Même le pélican, sur le bord de la route, dans son petit lac, est tout mignon.

IMG_6521.jpg IMG_6522.jpg IMG_6527.jpg IMG_6531.jpg IMG_6533.jpg IMG_6539.jpg IMG_6542.jpg IMG_6548.jpg IMG_6549.jpg IMG_6550.jpg IMG_6555.jpg IMG_6561.jpg

La route présente régulièrement des panneaux nous annonçant quel genre d’animal on risque de voir soudainement traversé en courant. Wombats, Kangourous et Koalas sont les plus classiques. Koalas et sans doute le plus dangereux, vu que d’un seul coup, les touristes que nous sommes arrêtons de regarder la route pour regarder le sommet des arbres voir si l’on arrive pas à voir une boule de poils. Sans succès. On a beau scruté dans tout les sens, pas d’animaux bizarres en vue. Jusqu’à ce que finalement, quand même, un kangourou se décide à montrer le bout de son nez. Je me gare immédiatement sur le bas côté, on sort l’appareil photo, on approche discrètement. Puis je réalise que le un kangourou, il est en fait cinq. Ou six. Ou une petite dizaine.

IMG_6569_3.jpg

C’est quand même plus joli que dans une assiette ! Et puis ça fait plaisir de voir des kangourous vivants avant de commencer à en voir des morts sur le bas côté. En fait, le kangourou est l’équivalent exact du chevreuil en Amérique. Il broute tranquillement sur le bord de la route à la tombée du jour, regardant passé les voitures, et jetant un coup d’oeil inquiet aux touristes. Et ils traversent la route la nuit, à la lumière des phares. Ce qui, il faudrait leur dire, n’est pas très prudent !

Vu l’inertie du véhicule que je conduis, je ralentie quand même un peu l’allure, pour éviter les mauvaises surprises. Le soleil se couche finalement alors que nous arrivons à Eden.

IMG_6591.jpg IMG_6593.jpg IMG_6594.jpg

Il nous faut rouler encore pas mal. J’ai bien regardé la route tout le long, j’ai repéré les aires de repos, il y en a régulièrement. Trouver un endroit où dormir ne sera pas un problème. En même temps, rouler de nuit ne me tente pas plus que ça. Je fais encore quelques petits calculs. Si je roule encore une heure ce soir, et qu’on se lève tôt demain, on sera dans les temps. C’est parfait.

Nous quittons le New South Wales pour entrer dans le Victoria. On roule encore un peu, trouve une petite aire de repos qui semble être en fait un camping gratuit. C’est inhabituel de voir des tentes sur les aires de repos… mais pourquoi pas ! On s’installe à l’ombre d’un autre arbre magnifique. Le moteur s’arrête. On se prépare un petit repas, avant de déguster un petit morceau de fromages avec les deux bières qu’on s’est achetées plus tôt.

IMG_6598.jpg IMG_6600.jpg IMG_6601.jpg

Le ciel est bien dégagé. Pas de nuages. Alors juste avant d’aller dormir, j’en profite quand même pour attraper quelques étoiles. Parce que ça faisait longtemps !

IMG_6602.jpg

La Grand Pacific Drive

Bon, alors d’abord, le touriste fait un mea culpa. J’annonçais que nous allions faire la “Great Ocean Road”, qui se trouve être en fait entre Melbourne et Adelaide. En réalité, nous avons fait la “Grand Pacific Drive”. La subtile différence peut prêter à confusion, certes… mais voilà. La faute est corrigée. Je ne voudrais pas induire mes lecteurs en erreur !

Tout a commencé en quittant Sydney. La ville a quand même quelque chose de remarquable. C’est d’avoir autant d’espace naturelle juste à sa porte. Du coup, à peine quitter les petites villes de banlieue, on se retrouve dans des paysages magnifiques.

IMG_6204.jpg IMG_6205.jpg IMG_6211.jpg IMG_6213.jpg IMG_6217.jpg IMG_6219.jpg

Le camping car se conduit très bien. La route zigzague pas mal, monte et descend. Mais il suit sans problème, sans même spécialement se traîner dans les montées. Et comme on a envie de prendre tout notre temps, même si on est pressé, je conduis très tranquillement. Si le paysage a des côtés un peu gaspésien au départ, l’arrivée sur la côte me fait immédiatement penser à la Californie. Un océan d’un bleu magnifique, une route qui longe la côte tranquillement, s’intégrant relativement bien dans le paysage. Il y a pas mal de vent, il ne fait pas particulièrement chaud. Et surtout, il n’y a presque personne sur la route. Conditions de conduite idéales.

IMG_6226.jpg IMG_6227.jpg IMG_6229.jpg IMG_6231.jpg IMG_6236.jpg IMG_6243.jpg IMG_6244.jpg IMG_6246.jpg IMG_6249.jpg

Alors que je voyageais avec le Pourquoi Pas ? dans le nord de la Californie, j’expliquais à quel point je trouvais que parfois une route s’intégrait parfaitement dans un paysage. Quand un projet est bien mené, bien conçu, il peut même aller jusqu’à valoriser l’endroit. Je dois bien reconnaître que personnellement, ce pont qui longe la falaise est, pour moi, un très bel exemple de réussite. Le paysage serait il plus beau sans la route ? C’est possible. Mais sans la route, pourrions nous voir le paysage ? J’aime la façon dont la falaise et le pont se répondent, dont les courbes de l’un épousent les courbes de l’autre.

Et puis une petite marche sur le pont, en plus d’admirer le paysage plus tranquillement, permet de découvrir une forme de « tag » que je ne connaissais pas. Si j’aime beaucoup les témoignages écris sur les rambardes d’autoroute, je ne connaissais pas encore les cadenas gravés et accrochés aux barrières d’un pont. Sans doute moins spontané, le message est, en revanche, plus permanent !

IMG_6245.jpg IMG_6248.jpg IMG_6250.jpg

Les plages se suivent, toutes plus magnifiques les unes que les autres. On avance tout doucement, s’arrêtant régulièrement, pour aller faire quelques pas, quelques photos. Prendre le temps d’apprécier le paysage. Dans ce contexte, la conduite est loin d’être pénible. Surtout qu’au final, on passe plus de temps à l’arrêt qu’à rouler !

IMG_6255.jpg IMG_6257.jpg IMG_6258.jpg IMG_6259.jpg IMG_6261.jpg IMG_6263.jpg IMG_6264.jpg IMG_6267.jpg IMG_6269.jpg IMG_6270.jpg IMG_6272.jpg IMG_6275.jpg IMG_6276.jpg IMG_6280.jpg IMG_6281.jpg

Le temps passe vite, les kilomètres moins. On avance moins vite que prévu, sans que ce soit bien grave non plus. On se rattrapera sur les prochains jours. Pour le moment, on goute au bonheur de quitter enfin la ville, de se retrouver dans des paysages aussi beaux. En continuant vers le sud, le côté côte californienne laisse la place à un paysage plus typique de l’Oregon, avec une côte plus rugueuse, plus de rochers, des vagues encore plus impressionnante. Tout cela ressort un peu plus brut. Et ça me plait ! On fait une pause à la ville de Kiama pour admirer un « geyser ». Un trou dans le sol, relié à la mer. Les vagues vont parfois pression, et ça envoie des jets d’eau dans le ciel. On aime !

IMG_6292.jpg IMG_6293.jpg IMG_6294.jpg IMG_6296.jpg IMG_6298.jpg IMG_6304.jpg IMG_6306.jpg IMG_6307.jpg IMG_6311.jpg IMG_6314.jpg IMG_6315.jpg IMG_6324.jpg IMG_6326.jpg IMG_6327.jpg IMG_6328.jpg IMG_6329.jpg IMG_6330.jpg IMG_6332.jpg

Et on en profite pour noter que si les gens, ici, on la tête en bas, les sapins, eux, ont leurs branches dans la bonne direction. Ce qui donne un résultat assez… différent ?

IMG_6305.jpg

L’après midi approche de sa fin. Le soleil décline à l’horizon. On quitte l’Oregon pour l’Irlande. La lumière de fin de journée est superbe.

IMG_6349.jpg IMG_6351.jpg IMG_6354.jpg IMG_6356.jpg IMG_6357.jpg IMG_6360.jpg IMG_6366.jpg IMG_6371.jpg IMG_6372.jpg

On a bien peu roulé contrairement à ce que je pensais quand on s’arrête finalement. Je me suis posé un peu la question du « où allons nous dormir », puisque je n’ai pour le moment aucune idée de la tolérance des autorités australiennes sur les vans garés n’importe où. Si la combinaison « je suis un touriste qui a l’air idiot » et « je conduis un van super sympathique » m’avait bien servi en Amérique du Nord, je me demande si la version « nous sommes un couple de touriste idiot » et « nous conduisons un énorme camping car grand luxe » aura le même effet. Et puis finalement, on voit une petite air de repos à l’entrée d’une petite ville. Il y a là un Westfalia, très clairement installé pour la nuit. C’est juste parfait pour nous. C’est tranquille, un peu en retrait d’une route qui, à la base, n’est pas passante. Le moteur s’arrête de tourner. Je ne me souviens plus du nom du village. On n’a fait guère plus de 200 kilomètres…

On a tout le confort à bord pour préparer le repas. Je me souviens le bordel que c’était avec le Pourquoi Pas ?, sans cesse à déplacer des choses d’un bout à l’autre. Ici, malgré l’énorme pile de bagages, on se déplace sans problème.

La Grand Pacific Drive est terminée. En fait, elle se termine à Nowra. La suite n’a pas de nom officiel, si ce n’est que depuis Sydney nous suivons « Princes Highway ». On s’endort crevé mais ravis, attendant avec impatience ce que nous réserve le lendemain.

Kangourou… yeau de poêle

C’est  quand même plus mignon sur le bord de la route que dans l’assiette ! [Le titre de ce post est là juste pour que ma mère se creuse un peu les méninges. Et les autres aussi si ils ont envie]

FireStats icon Powered by FireStats