Tête en bas

Down under wandering. Archipelagoes to islands; beaches to deserts; mountains to cities.

En direction du lac Saint Clair


Une autre journée de changement. Avec un côté « dernière ligne droite à Hobart » un peu définitif. En fait, ça fait cinq ou six jours qu’une question nous taraude. « Et si on restait plutôt en Tasmanie ? ». On est bien ici. Tout les deux. On y trouve des choses différentes, mais qui nous conviennent à tous les deux. Moi j’ai toujours ces envies de longues randonnées sur une semaine. C’est quand même tentant… après, on a cette relocation qui nous attend, et Virginie et Seb qui arrivent bientôt à Melbourne. Donc c’est sûr que l’on n’a pas le choix de rentrer. Mais on pourrait sauter dans un avion juste après, et revenir. À cause de ça, on envisageait fortement de laisser une bonne partie de nos bagages à Hobart. On en discutait depuis quelques jours, mais on se rend compte ce matin que c’est extrêmement compliqué à gérer. On a quand même un doute sur les perspectives d’emplois à Hobart, et il est très clair que nous devons tout les deux nous mettre au travail. Melbourne semble offrir de meilleurs perspectives à ce niveau là. Après une dernière réflexion, on finit par en conclure que si jamais on revient à Hobart, on paiera tout les deux les 16$ de supplément bagages, qui sont loin d’être tant que ça !

Il fait un grand ciel bleu magnifique. Il est tôt. On a mal dormi, comme il se doit dans un dortoir d’auberge de jeunesse. C’est pas pour rien que l’on évite ça autant que possible ! On a juste envie de partir d’ici le plus tôt possible. La météo nous encourage dans notre projet d’aller voir le mont Wellington avant de partir.

Le mont Wellington, c’est un peu comme le mont Royal à Montréal, ou la bastille à Grenoble. En un peu plus haut : 1250 mètres environ ; si on considère que Hobart doit être dans les 20 à 80 mètres d’altitude, c’est la garantie d’un joli point de vue. Évidemment, il est possible de marcher jusqu’au sommet… mais il est également possible d’y conduire. Et j’avoue que si j’adore les défis que représentent un sommet, je ne vois pas du tout l’intérêt de grimper juste pour grimper. Si je peux y aller en voiture, je n’ai pas envie d’y aller à pied.

S’il ventait un petit peu en bas, en haut ça souffle vraiment intense ! Du coup, on se retrouve avec le tour un peu rapidement. De toutes façons, on n’avait pas beaucoup de temps… je pense que beaucoup de gens commence leur séjour en Tasmanie par une visite au mont Wellington. Ce n’était pas du tout calculé, mais je pense qu’en fait, c’est une erreur, et qu’il vaut mieux le garder pour la fin. Pourquoi cela ? Parce que le Wellington fait parti de ces sommets d’où « on voit tout ». Alors en fin de séjour, on peut regarder de tous les côtés, et se dire « on a été là, et là, et là ». Maria Island et Tasman Peninsulae nous font de grands coucous. Je suis presque sûr que le sommet que l’on voit là bas c’est Mount Field West. Et l’autre, loin là bas au fond, serait Rufus, qui nous attend sagement. On a rendez-vous avec lui demain… la vue du sommet nous permet aussi de voir tout ces sommets que l’on n’a pas encore fait. Tout ce qu’il nous reste à faire. La petitesse de la Tasmanie me fait rêver…

Mais le vent nous encourage à ne pas rester ! La redescende se fait assez rapidement. On croise pas mal de vélos, dans les deux sens. Bel entraînement !

Nous, on continue la route direction l’aéroport. On gare la voiture devant l’agence de location pour le van. Je signe les papiers. Je commence à avoir l’habitude. Ça y’est, j’ai récupéré le van. La voiture est garée à côté. On vide le contenu de l’une dans l’autre. C’est bien la première fois que je me retrouve à avoir deux véhicules de location à mon nom ! Certains pourraient se demander l’utilité de la chose. j’avoue que je me le demande aussi. N’ayant plus d’utilité pour la voiture, je la ramène au bâtiment d’à côté. Je rends les clés. Revient au van.

Le changement est assez radical. Passer d’une Mazda 3, avec une boîte manuelle à 6 vitesses, qui annonce fièrement un 260 au compteur, et qui doit pouvoir s’amener facilement à 200 (ailleurs qu’en Tasmanie, certes) à un gros van diesel, boîte automatique, et petit moteur un peu poussif. Je me rends compte avec une toute petite fierté pas du tout excessive que je n’ai absolument aucun problème à passer d’un véhicule à un autre. Changer de moyen de transport me pose aucun problème. Tout comme rouler à gauche. J’étais déjà bilingue du clavier qwerty/azerty, serais-je maintenant bilingue de la conduite droite/gauche ?

On fait une dernière pause chez Bernd, pour lui rendre sa tente qui nous aura vraiment bien servie ! Les au-revoir se font sans le moindre problème. C’est un peu étrange. Je suis arrivé ici il y a prêt de 6 semaines. J’ai passé énormément de temps ici, mais sans jamais vraiment créé un contact particulier. Bernd a des qualités indéniables, tout comme il a des manies parfois un peu difficile à supporter… j’ai passé un séjour très sympa chez lui, mais en même temps j’ai eu l’impression qu’il y avait toujours quelque chose qui manquait…

Une dernière pause à l’épicerie, histoire d’avoir de quoi à manger, et cette fois, on prend la route pour de bon. On dit au revoir à Hobart. Sans savoir si c’est un « à tout de suite », « à bientôt », « à la prochaine » ou « adieu ». Sentiment assez étrange au final…

Le début de la route qui va jusqu’à Lake St Clair, on l’a fait à plusieurs reprises, et il se fait sans problème. Puis à un moment, on va tout droit, au lieu de tourner à gauche en direction de Mount Field et de lake Gordon. La suite de la route ressemble pas mal… à l’exception de cette énorme panache de fumée. Le thermomètre indique 41 degrés. Il fait horriblement chaud. Le vent souffle tant qu’il peut. Temps parfait pour partir un énorme incendie. Quand on passe sous le panache, la lumière devient rougeoyante. L’éclairage est superbe. Je ne peux m’empêcher de trouver ça horriblement magnifique, et terriblement triste à la fois…

La route continue. On fait un petit détour quand un panneau annonce un point de vue et un village historique. Le point de vue sera en fait sur une installation hydre électrique certes impressionnantes, mais qui n’aurait pas forcément justifié le détour… quand au village historique, celui-ci semble tout droit sorti de « Edouard aux mains d’argent ».

On roule encore. Ça commence à être un peu long ; la route est un peu pénible, surtout quand on conduit un gros van. On s’habitue vite aux petites voitures sportives… mais on finit quand même par arriver à Lake St Clair, où l’on recroise trois français, rencontrés la veille sur le mont Eliza. Ils sont surpris de nous revoir là, en apprenant qu’on est repassé par Hobart entre temps. Eux sont juste en petite pause rapide, par contre. Ils repartent tout de suite. Encore des qui essaie de faire le tour de la Tasmanie en 10 jours j’imagine…

On repère notre balade pour le lendemain, puis on va poser le camping car dans le camping. Voilà bien longtemps que l’on a arrêté de se soucier de payer les campings dans les parcs nationaux. On se posait la question… les tasmaniens sont ils horriblement laxistes ? Extrêmement confiants ? À force de discuter à droite à gauche, on a eut un début de réponses… les campings dans les parcs nationaux sont devenus payant suite à la pression des propriétaires de camping privés. C’est vrai que face à un concurrent gratuit, il est relativement difficile de faire le poids. D’un autre côté, il y a énormément d’australiens qui paient le prix fort pour faire faire un aller retour à leur van sur le ferry (compter environ 500$ pour un aller-retour, juste pour le véhicule) et qui n’ont pas envie d’avoir en plus à payer les campings après, alors que tout ce dont ils ont besoin, c’est d’un rectangle de 3 mètres de larges sur 15 mètres de long (oui, ils sont gros les campings cars). Alors les villes, à leur tour, se sont mis à mettre à disposition des endroits gratuits. Les touristes affirmant que de toutes façons, l’argent qu’ils ne dépensaient pas en camping, ils le dépenseraient en visites, en restaurant, en café… bref, un équilibre semble s’être fait. Les campings dans les parcs nationaux sont désormais payants, mais les rangers ne vérifient pas et ne mettent pas d’amande. Ce qu’en même temps, je comprends assez bien… si je bossais dans un parc national, ça serait pour informer les gens, les conseillers, les guider, et s’assurer qu’ils ne balancent pas leurs poubelles n’importe où. Pas pour leur balancer des amandes parce qu’ils ont oublié de payer le camping… j’y vois également une autre logique : offrir ces zones plus ou moins gratuites, c’est la garantie que la plupart des gens vont s’installer au même endroit. Avec les facilités nécessaires. Poubelles, toilettes, etc… il est plus facile de jeter ses ordures à la poubelle quand on a une poubelle à côté. Quand on dort dans un endroit sans service, la canette de bière va rester là, parce qu’il est compliqué de a remettre dans le van, pour la jeter plus tard… au final, ça me donne l’impression que tout le monde est heureux et gagnant là dedans. En tout cas, nous on est bien heureux de ne pas avoir à payer !

Le van bien installé, on s’offre une petite balade sur le bord du lac, histoire de faire un peu de repérage. Rufus est là haut. Il nous attend. 640 mètres de dénivelés, mais sans aucune difficulté. Pas de passages raides, pas d’éboulis, ça devrait bien se faire.

On rentre au van ; on fait un peu de rangement, et puis je me mets à la cuisine. Ça fait du bien d’avoir un frigo et un peu plus de confort pour préparer le repas. Du coup, ce sera soirée crêpes (jambon + fromage + béchamel) et bière. La vie est belle aussi quand on voyage en van !

One Response to “En direction du lac Saint Clair

  1. March 8th, 2012 at 1:33 pm

    Kaly says:

    Un incendie : c’est un spectacle magnifique, et triste pour tous ceux qui y perdent (et pas seulement les gens !!!). Tant que ce n’est pas toi qui mets le feu, tu peux aimer ça sans être immoral !

    Payer un camping ? Ça nous est arrivé à nous aussi avec une petite tente, de payer aussi cher que les énormes camping-cars qui nous bouffaient la vue. Payer, oui, pour contribuer au salaire de celui qui vide les ordures et nettoie les salles d’eau (quoique ça ne me dérange pas de le faire, mais les ordures, c’est compliqué, il y a un moment où il faut les poser quelque part !).

    Donc, un payement raisonnable, je trouve ça normal. Parce que je vis dans un monde où tout se monnaie. Je préférerais le troc, et de loin…

FireStats icon Powered by FireStats