Les Oubliés

Le temps d'une dernière petite virée dans l'Ouest.

Aujourd’hui on tourne, on mange des collines, on tourne, et on cherche où dormir

Deux bonnes nuits de sommeil de suite, je pourrais y prendre goût, je devrais me méfier ! À part quelques inquiétudes au moment de m’endormir ( « sommes nous dans une zone à ours ? c’est quoi donc ce bruit que j’entends ? ah, ok, tout va bien, c’est juste le voisin trois emplacements plus loin qui ronfle dans son camping car » ), la nuit s’est très bien passée. Peut être que le petit chocolat chaud au baileys de la veille au soir a aidé ! Peut être aussi que dormir dans une tente plutôt que dans une voiture, ça fait vraiment du bien !

Tout est rangé assez rapidement, et en plus la tente est sèche cette fois. Que du bonheur ! On reprend la route, en direction des « painted hills » et du projet secret qui nous attend là bas !

IMG_5771.jpg IMG_5773.jpg IMG_5774.jpg IMG_5776.jpg IMG_5777.jpg IMG_5780.jpg IMG_5782.jpg IMG_5785.jpg IMG_5788.jpg

Alors pour ceux qui se posent la question, je trouve aussi la réponse à l’importante question « pourquoi John Day fossile etc… ». Alors évidemment, les lieux s’appellent John Day parce que la rivière s’appelle John Day. Ce qui nous avance énormément ! Et pourquoi la rivière s’appelle John Day, demanderont les esprits les plus curieux ?

Il y a un groupe de gens, qui ont décidé d’installer un post de fourrure dans les environs. Il y a eut chicane dans le groupe, qui s’est divisé. Puis redivisé, puis encore redivisé. Ils se sont retrouvés deux dans le groupe de John. Si on peut encore appeler ça un groupe. Et puis ils se sont fait attaquer par des indiens. Ils se sont fait tout volé, y compris leurs vêtements. Ils ont finalement été sauvés, et on réussi à rejoindre Astoria (à l’embouchure du fleuve Columbia). Tout ça c’est passé à l’endroit où une rivière sans nom se jetait dans le fleuve. Les gens se sont mis à appeler le lieu « là où John Day… ». De là à appeler l’embouchure, puis finalement la rivière, « John Day River » il n’y avait qu’un pas. Alors forcément, ça fait beaucoup moins winner comme nom ! Mais bon, toute topographie ne peut être uniquement basé sur des héros ! Il n’y a qu’à voir la Kicking Horse river en Colombie Britannique !

Bref… cela étant, nous sommes finalement arrivés aux Painted Hills. Il y en a d’abord quelques unes, sur le bord de la route, puis tout un groupe, un peu plus loin.

En novembre dernier, on s’était arrêté avec Danielle dans Black Rock Desert, pour essayer de faire un clip pour sa chanson « Thirsty Fish ». On ne connaissait pas les techniques et les subtilités à l’époque, et ça n’avait pas vraiment marché. On a donc décidé de se réessayer. Si tout se passe bien, la vidéo devrait finalement être disponible d’ici une ou deux semaines sur le site de Danielle : www.danielleraecomstock.com . On verra bien !

Toujours est il qu’après un certains nombre de péripéties (incluant habillage, maquillage, éclairage, horde de touristes, complications, etc…) on revient finalement aux premières collines pour faire tout ça. Elles sont belles, déjà, celles là, de collines.

IMG_5793.jpg IMG_5795.jpg IMG_5796.jpg IMG_5798.jpg IMG_5803.jpg IMG_5806.jpg IMG_5807.jpg IMG_5808.jpg IMG_5815.jpgIMG_5809.jpg IMG_5810.jpg IMG_5812.jpg IMG_5827.jpg IMG_5829.jpg IMG_5830.jpg

C’est la journée des complications on dirait bien ! Donc je découvre un peu trop tard que mes cartes mémoires sont toutes les deux pleines. En plein soleil, l’ordinateur a du mal à être efficace. La chaleur semble le ralentir. On décide donc de retourner à une aire de pique nique, à l’ombre et plutôt fraiche, histoire de manger, faire de la place sur les cartes mémoires, et se reposer un peu.

IMG_5861.jpg

Opération délicate mais finalement réussie. Et puis un peu de verdure, ça fait quand même du bien ! Un peu rafraichi, et rassasié, et on retourne s’essayer à la vidéo, dans un endroit qui, au final, se révèle beaucoup plus intéressant !

IMG_5863.jpg IMG_5864.jpg IMG_5865.jpg IMG_5871.jpg IMG_5874.jpg IMG_5876.jpg IMG_5886.jpg IMG_5887.jpg IMG_5888.jpg

Avec un appareil photo posé sur un pied, et l’autre dans la main, les gens regardent interpelés. Plusieurs nous demandent ce que l’on est en train de faire, se renseigne. Un ou deux écoute un peu. L’un des deux rangers chargés de l’accueil vient nous voir, intrigué. Il nous propose même son aide, que nous déclinons poliment. On a la situation bien en main ! Mais les quelques échanges que l’on aura avec les gens sont très sympas. Danielle récupère même une ou deux infos qui pourrait lui être utile.

Évidemment, on fait tout ça en plein soleil, et à la longue, ça tape un peu. Enfin, au final on a quelque chose qui nous plait. À priori. Il restera à visualiser tout ça, faire quelques montages… je ne m’ennuierais sans doute pas dans les avions qui m’attendent !

J’ai repéré au loin un petit point bleu. Il se trouve qu’un des chemins semblent s’y diriger. Même sans tremper les pieds dans l’eau, un peu d’air frais ferait le plus grand bien ! À défaut d’arriver jusqu’au lac, qui est sur un terrain privé, on arrive à une autre petite balade qui serpente entre des mini collines. En fait, rendu à ce stade, j’en viens à me demander s’il ne s’agit tout simplement d’un tas de terre récupérer sur un chantier. Parce qu’à la limite, il me semble qu’on pourrait presque trouver le même genre de décors à la carrière Périn, pas loin de chez mes parents ! Mais, évidemment, dans un contexte différent qui change beaucoup de choses ! En tout cas, la palette de couleurs, avec le bleu du ciel et du lac, est magnifique !

IMG_5894.jpg IMG_5895.jpg IMG_5896.jpg IMG_5897.jpg IMG_5899.jpg IMG_5900.jpg IMG_5901.jpg IMG_5902.jpg IMG_5903.jpg IMG_5904.jpg IMG_5905.jpg IMG_5910.jpgIMG_5908.jpg IMG_5922.jpg IMG_5923.jpg

Danielle trouve tout ça des plus appétissant. Elle ne cesse de répéter qu’elle veut réussir à faire un gâteau ressemblant aux « painted hills ». J’ai fait du désert comme dessert. La blague marche aussi bien en français qu’en anglais, c’est génial !

Et puis finalement, on se décide à dire au revoir à ce joli désert, et on reprend la route. Il nous reste la troisième section du parc à voir, et à trouver un endroit où dormir par la suite. Et en plus, on se retrouve sur une magnifique route, joyeusement tournante, dans tout les sens. Une fois de plus, ça fait vraiment du bien de pouvoir conduire pour de vrai !

IMG_5930.jpg IMG_5932.jpg IMG_5934.jpg IMG_5938.jpg IMG_5940.jpg IMG_5943.jpg IMG_5945.jpg IMG_5952.jpg IMG_5957.jpg IMG_5964.jpg IMG_5967.jpg IMG_5971.jpg IMG_5972.jpg IMG_5978.jpg IMG_5983.jpg IMG_5984.jpg IMG_5987.jpg IMG_5991.jpg

La région est très vallonée, et je la trouve particulièrement belle. Une fois de plus, j’ai ce sentiment que les pionniers ne sont pas loin. Qu’ils viennent juste d’arriver et de s’installer. Par contre, malgré la présence de plusieurs petites rivières, le paysage est particulièrement aride.

On arrivera finalement, à force virages, à la troisième partie du parc de John Day : la palissade. Assez bien nommée en l’occurrence. Une fois de plus, on a un peu l’impression de se retrouver dans le sud de l’Utah avec ces colonnes de pierres sculptées de façon si impressionnante par l’érosion.

IMG_5998.jpg IMG_6002.jpg IMG_6006.jpgIMG_6003.jpg IMG_6011.jpg IMG_6005.jpg IMG_6010.jpg IMG_6012.jpg IMG_6013.jpg IMG_6014.jpg IMG_6017.jpg IMG_6016.jpg IMG_6018.jpg IMG_6019.jpg IMG_6020.jpg IMG_6024.jpg IMG_6026.jpg

On se s’éternisera pas. La journée a déjà été bien remplie, et il nous reste à trouver un endroit où dormir. Ça semble s’annoncer un peu plus compliqué que les autres soirs, vu que pour la première fois on se retrouve dans une région sans « National Forest ».

IMG_6030.jpg IMG_6036.jpg IMG_6038.jpg IMG_6043.jpg IMG_6044.jpg IMG_6045.jpg

La tâche s’annonce encore plus compliqué que prévue : tout les terrains sur le bord de la route sont clôturés, avec des pancartes « privé, accès interdit ». Nous sommes dans une infinité de rien. À perte de vue, il n’y a que ces prés qui n’en sont même pas, où rien ne pâture. On pourrait dormir n’importe où, ça ne dérangerait absolument personne j’imagine. Mais je n’ai pas envie de me faire réveiller par un propriétaire terrien mécontent.

Alors on continue de rouler, en espérant que finalement, on finira par trouver. Et puis j’ai une pensée soudaine, juste avant de franchir un sommet : on devrait bientôt revoir les volcans des Cascades ! Ces montagnes géantes, qui dominent le paysage avec tant de majesté…

Il suffisait d’y penser pour qu’on les voit apparaître. Le Mont Adams. Le Mont Hoods. Les Trois Soeurs. Ils se découpent discrètement à l’horizon. La lumière de fin de journée font que l’on a du mal à les distinguer avec précision. Mais au moins, ils sont là !

IMG_6046.jpg IMG_6049.jpg IMG_6050.jpg IMG_6051.jpg IMG_6053.jpg IMG_6054.jpg

Et nous, et bien on continue de rouler, sans plus de succès. Le soleil se couche, nous offrant un spectacle magnifique.

IMG_6055.jpg

J’aimerais vraiment trouver un endroit pour nous installer par ici. Le ciel doit être superbe, et je n’ai pas encore fait de photos d’étoiles.

Malheureusement, on restera bredouilles. On ignorera un mini parc à RV au milieu d’une mini ville. Vraiment pas inspirant. On laissera également faire un petit parc sur le bord de la route. Il n’y a pas de panneaux interdisants de passer la nuit, mais on est vraiment pas certains. Autant dormir n’importe où avec le Pourquoi Pas ? n’était pas vraiment un problème, autant c’est plus compliqué avec la voiture qui nécessite de déplacer pas mal de bordel pour se faire de la place.

On rejoindra finalement les gorges du fleuve Columbia. Il y a là une halte routière. À défaut de mieux, on dormira donc sur un parking. Je suis tanné de rouler et, fidèle à mon habitude, je veux éviter de rater le paysage en roulant la nuit.

On a déjà vu mieux comme endroit où dormir, mais j’ai déjà dormi dans des endroits bien pire également !

Leave a Reply

FireStats icon Powered by FireStats