Les Oubliés

Le temps d'une dernière petite virée dans l'Ouest.

On admire des roses, on mange du fromage et du poisson et on dit au revoir à l’océan

On a beau être plus confortablement installé, il semblerait que l’on ai prit certaines habitudes. Comme celles de se réveiller tôt. Mais aujourd’hui, on est en mode relaxe. Il n’y a pas d’urgences, le programme est relativement bien établi, on va donc en profiter en prenant notre temps. Ça, ça veut dire « crêpes jambon fromages » pour le petit déjeuner. Ça continue à bien démarrer les journées !

Puisque l’on n’a pas réussi à rejoindre le jardin de roses à pied, et que nous avons un magnifique ciel bleu aujourd’hui, on s’oriente sur l’option facile, consistant à se rendre en voiture. Facile, facile, c’est vite dit… les panneaux routiers sont un peu aléatoire, et ça reste bien compliqué de s’y retrouver, mais on y arrive. Et c’est vrai que le jardin de rose en octobre, c’est moyennement inspirant, mais par contre, en plein mois de juillet, c’est autre chose ! Mes parents me diront sûrement qu’il en va de même pour le Charbinat. Ça tombe bien, vu que le Charbinat cet été est aussi dans mes plans !

IMG_6320.jpg IMG_6325.jpg IMG_6327.jpg IMG_6331.jpg IMG_6332.jpg IMG_6335.jpg IMG_6336.jpg IMG_6337.jpg IMG_6339.jpg IMG_6341.jpg IMG_6342.jpg IMG_6343.jpg IMG_6344.jpg IMG_6345.jpg IMG_6346.jpg IMG_6359.jpg IMG_6360.jpg IMG_6361.jpg IMG_6362.jpg IMG_6364.jpg IMG_6366.jpg

Et nous voilà finalement en direction de la côte. Puisque mon but est de découvrir de nouveaux paysages et de nouveaux horizons, on s’essaie par une route que je n’ai pas encore eut la chance de prendre. Je réalise un peu trop tard, par contre, que ce n’était peut être pas une bonne idée. En fait, la route va de ville de banlieue en ville de banlieue, avec tout ce qu’il faut de désagréable. Zone commerciale bien laide, lumières, trafic…

Je finis par craquer, et à partir sur une petite route presque au hasard. Presque, parce que j’ai quand même la carte pour m’indiquer un peu où on s’en va. Ça aide. Le paysage devient tout de suite beaucoup plus intéressant, et on fini rapidement par se perdre dans les bois ce qui, il faut bien le dire, est pas mal plus agréable que des banlieues sans intérêt !

IMG_6377.jpg IMG_6378.jpg IMG_6380.jpg IMG_6381.jpg IMG_6382.jpg IMG_6383.jpg IMG_6384.jpg IMG_6385.jpg IMG_6388.jpg IMG_6389.jpg IMG_6391.jpg IMG_6393.jpg

Mais il est vrai aussi qu’au bout d’un moment, les petites routes qui tournent, ça fini par être pénible. Ils sont beaux ces arbres, mais nous on veut de l’océan pour changer !

Un observateur attentif aura sans aucun doute remarquer que sur l’avant dernière photo de route, la ligne blanche de gauche et les deux lignes jaunes centrales sont toutes belles, alors que la ligne blanche de droit est quasiment invisible. Oui, heureusement que j’ai des lecteurs attentifs pour remarquer ce genre de détails ! C’est parce que nous avons eut la chance de vivre une grande péripétie : nous avons croisé un camion qui peint les lignes au sol. Je me demandais comment c’était fait, j’ai désormais la réponse : il passe dans un sens pour faire trois lignes, puis passe dans l’autre pour faire la quatrième. J’ai bien l’intention d’utiliser ça comme indice dans le prochain roman policier que j’écrirais !

On rejoint la 101, la route côtière, à l’un des rares endroits où elle n’est pas côtières. On descend donc d’une quinzaine de kilomètres vers le sud, pour récupérer la magnifique petite route, que je connais déjà et que j’aime bien, qui longe la côte à ce niveau. L’océan est enfin là, il était temps ! Il est livré avec nuages et vents froids, mais on fera avec !

IMG_6394.jpg IMG_6397.jpg IMG_6398.jpg

Nous sommes à Pacific City. La ville de la brasserie du Pélican. J’ai une envie de poisson ou de fruits de mer. Il me semble qu’avoir passé autant de temps sur la côte ouest sans avoir mangé quelque chose qui vienne de la mer (exception faite de fish and chips, pas sûr que ça compte) est limite scandaleux.

Après tout, j’écrivais il y a quelques mois que quitter la côte ouest sans voir un dernier couché de soleil sur l’océan était impensable. Je suis pas mal dans le même état d’esprit aujourd’hui, surtout en sachant que la prochaine fois, sur le Pacifique, je regarderais des levés de soleil ! Alors admirer ce magnifique océan pour une dernière fois en dégustant un excellent poisson, il me semble aussi que ça tombe sous le sens.

On jette un oeil au menu de la brasserie, mais celui-ci n’est pas assez inspirant pour moi. On repart donc à l’aventure.

Les souvenirs me reviennent à la mémoire sans le moindre effort. Je me suis arrêté, j’ai fait cette balade là, je me suis fait réveillé par les deux gentilles madame parce que j’avais pas le droit d’être garé dans ce petit chemin…

IMG_6401.jpg IMG_6402.jpg IMG_6403.jpg IMG_6405.jpg IMG_6406.jpg IMG_6410.jpg IMG_6412.jpg IMG_6414.jpg IMG_6416.jpg IMG_6421.jpg IMG_6423.jpg IMG_6424.jpg IMG_6428.jpg IMG_6430.jpg IMG_6431.jpg

Redécouvrir une région où l’on a déjà voyagé est, finalement, un sentiment qui me plait. Il y a tellement de choses magnifiques à voir partout qu’à une époque, je ne pensais pas revenir à ces endroits que je connaissais déjà. En réalité, je me rends compte que prendre le temps de (re)découvrir des endroits que l’on connait déjà est sans doute aussi important que d’en découvrir de nouveau. C’est un sentiment qui me plait. Et qui est d’autant plus agréable quand il y a la possibilité de faire découvrir la région à d’autres personnes. Je l’avais fait avec Virginie dans les rocheuses l’année dernière, ou avec Fannie à San Francisco. Et puis je l’ai fait si souvent à Montréal avec des couchsurfers…

Aussi, quand je me rappelle, avec un bref instant de retard, le mini phare et l’arbre octopusse qui se cachent au bout de la route que l’on vient de dépasser, je fais demi tour sans la moindre hésitation. Je sais qu’aussi bien le phare que l’arbre plairont à Danielle. Pour ma part, je n’irais voir que le phare. Je me repose un peu dans la voiture pendant que Danielle va voir cet arbre aux nombreux rejets.

IMG_6433.jpg IMG_6434.jpg IMG_6436.jpgIMG_6432.jpg IMG_6437.jpg IMG_6438.jpg IMG_6442.jpg IMG_6444.jpg IMG_6445.jpg

On avance, mais on ne trouve toujours pas de restaurants inspirants. L’heure avance également, et on commence à avoir faim un petit peu. Heureusement, je sais très bien ce qui nous attend un peu plus loin. Un petit snack rapide et gratuit, à base de dégustation de fromages !

IMG_6446.jpg

Bon, en terme de fromages, la qualité n’a pas vraiment changé. On parle toujours de cheddar, plus ou moins vieilli, et une ou deux versions avec épices. Sans grand intérêt, mais ça nourrit quand même un peu. Par contre, en cet après midi d’été, les lieux sont pas mal plus visités. Il y a même une file d’attente pour la dégustation, qui nous oblige à la faire un peu plus rapide que prévue. Mais on arrivera à ne succomber à aucune tentation, et on reprendra la route sans rien acheter.

Je suis en train d’envisager une autre alternative : s’arrêter dans une épicerie, acheter un bon morceau de saumon fumé, et déguster ça assis sur une plage. Je suis en train d’envisager cette option quand, justement, au détour d’un virage apparaît « la crique des pirates ». Restaurant qui semble directement sorti de mes attentes. Très belle vue sur l’océan semble relativement classe, c’est juste parfait. J’ai quand même une petite mini hésitation devant les prix. C’est un peu cher. Mais en même temps, je n’arriverais pas à trouver ce que je cherche à un prix raisonnable. Et puis je me dis que ça sera ma façon de fêter le fait que j’ai finalement trouvé un acheteur pour mon piano à la toute dernière minute. Un acheteur qui ne négocie même pas les prix ! J’en suis fort aise.

IMG_6454.jpg IMG_6456.jpg IMG_6457.jpg IMG_6458.jpg

Oui oui, c’est bien la vue que l’on a depuis notre table ! Et le menu est d’autant plus sympathique que l’origine des différents poissons est indiqué. C’est d’ailleurs ce qui fait que je ne prendrais pas les crevettes, même si elles sont très inspirantes. Des crevettes de Floride, je trouve ça un peu bête sur la côte ouest. À la place, je prendrais la sole grillée dans sa croute d’amande. Danielle prend un saumon farcis. Avec de la crème de palourdes en entrée. Le tout accompagné d’un excellent gewurstraminer… de Californie ! Certes, le vigneron s’appelle Dennis Martin (oui, Denis anglicisé avec l’ajout d’un deuxième N). La crème de palourdes laisse présager une excellente suite, et le vin est excellent. La suite, en effet, est excellente. Même si j’ai une petite préférence pour le saumon de Danielle, ma sole est succulente également, tout comme la purée. Les asperges sont juste craquantes comme il faut. Je me régale.

IMG_6461.jpg IMG_6464.jpg IMG_6465.jpg

Le repas est excellent. Je n’ai plus faim, avant d’avoir terminé mon assiette. Mais du coin de l’oreille, j’ai entendu « cheesecake au chocolat » à un moment pendant le repas. Alors quand la serveuse vient nous demander si on veut du dessert, on éclate de rire. Avant de lui expliquer la raison. Mais la maison fait ça bien, alors on a le droit à un aperçu des différents choix avant, pour être sûr que l’on se trompe pas.

IMG_6466.jpg IMG_6467.jpg IMG_6468.jpg

Le cheesecake est magnifique lui aussi, mais je n’en peux plus. Je craque à 3 bouchées de la fin. Danielle également. C’est trop pour nous. On demande une petite boîte pour ramener ça en souvenir pour notre petit déjeuner demain.

Au moment de payer la facture, j’ai une agréable surprise : en Oregon, il n’y a pas de taxes de vente. À moins qu’elle soit déjà inclue dans les prix, mais je crois bien qu’il n’y a pas de taxes. Quand au service, il est coutume de laisser seulement 10% là où on laisse 15% au Québec. Je laisse quand même plus que ce que veux la tradition, mais au final, je me retrouve avec un repas moins cher que prévu, et aussi bon qu’espéré. Ça fait plaisir !

Le soleil va bientôt se coucher. Je sais exactement où j’ai envie d’être pour le voir disparaître. La voiture nous y conduit assez rapidement, pendant que le soleil décline tranquillement à l’horizon, approchant dangereusement d’une barre de nuages qui traine malheureusement au mauvais endroit.

IMG_6471.jpg IMG_6472.jpg IMG_6475.jpg IMG_6477.jpg IMG_6479.jpg IMG_6482.jpg

Hug Point. Je m’y étais arrêté une première fois, de façon imprévue, pour y faire une rencontre très sympa autour d’un thé. Je m’y étais arrêté une deuxième fois, avec Danielle. On avait alors découvert la petite cascade cachée. Ça me paraît l’endroit idéal pour dire au revoir à l’océan et à la côte ouest.

On se promène un peu, on fait des photos, on discute. J’aime toujours autant l’endroit. Je me souviens de Tofino. Il n’y a définitivement aucune comparaison possible. Je veux bien que Tofino soit un bel endroit, mais ça n’a rien à voir avec Hug Point et la côte de l’Oregon.

IMG_6484.jpg IMG_6485.jpg IMG_6486.jpg IMG_6487.jpg IMG_6488.jpg IMG_6489.jpg IMG_6490.jpg IMG_6491.jpg IMG_6508.jpgIMG_6507.jpg IMG_6510.jpg IMG_6514.jpg IMG_6517.jpg IMG_6521.jpg

Le soleil est parti se cacher derrière les nuages. Il n’y aura donc pas de couché de soleil ce soir. Seulement la beauté des lieux, qui me suffit parfaitement.

IMG_6528.jpg

La nuit fini par tomber. Cette fois ci, j’ai mon pied photo. J’explique le principe du light painting à Danielle, qui comprend tout de suite.

IMG_6529.jpg IMG_6530.jpg IMG_6536.jpg

Et moi, je m’offre un petit classique de fin de voyage :

IMG_6523.jpg

Il fait nuit noire. Il ne nous reste plus qu’à remonter dans la voiture. La route qui nous ramène jusqu’à Portland se fait bien. Il n’y a pas grand monde, la route est belle, et on est vite rentré !

Leave a Reply

FireStats icon Powered by FireStats