Les Oubliés

Le temps d'une dernière petite virée dans l'Ouest.

Seattle Space Needle

Je suis dans un endroit somme toute assez touristique. Une marina, avec des bateaux, des restaurants, un musée, et même des vols en hydravion. De là, j’ai l’intention de me diriger vers un autre endroit des plus touristiques. Celui-ci n’étant pas loin, j’aurais pensé que la chose se ferait simplement, et agréablement. La présence de deux rues qui ressemblent plus à des boulevards urbains qu’autre chose vient compliquer la tâche, et surtout la rendre, une fois de plus, beaucoup moins agréable. Fidèle à elle même, par contre, la Space Needle n’a de cesse de se montrer autant qu’elle le peut.

Et puis juste avant d’arriver à la tour, je passe à côté d’un bâtiment que je me contenterais de qualifier de « particulier ». Cela ressemble à une tentative parfaitement ratée de faire un bâtiment inspiré du musée Guggenheim de Bilbao. C’est ici que se trouve le « Experience Music Project and Science Fiction Museum ». Un musée sur la musique et la science-fiction, le mixte est plutôt étrange ! J’observe un peu, intrigué, indécis.

Je découvre alors la « City Pass » ; 6 attractions pour un prix relativement raisonnable. Ça inclue la Space Needle, et un ou deux autres trucs que j’hésitais à faire. Après une longue réflexion, je me décide à prendre l’option très touristiques. Autant en profiter ! Et puis le musée au nom interminable fait parti des 6 attractions, et il m’intrigue. C’est parfait.

J’attends un peu pour monter à la tour ; pas tant que ça, surtout si on considère que l’on est samedi après midi. L’ascension se fait en 41 secondes, via des ascenseurs avec vue vers l’extérieur. Impressionnant, comme chaque fois. Mais surtout magnifique !

Parce que oui, je l’avoue sans hésitation, la Space Needle, personnellement, je la trouve magnifique. En fait, je me demande si dans toutes les tours que j’ai eut la chance de voir, il y en a une qui lui arrive à la hauteur. Difficile à croire qu’elle a été construite en 1961 ! Oui, la dame a 50 ans cette année. Son design futuriste de l’époque n’est toujours pas démodé. Elle reste encore et toujours futuriste. Sa silhouette est d’une élégance et d’une vitesse avec lesquelles il est difficile de rivaliser.

Pour ce qui est de la vue, le grandiose est au rendez-vous également. L’extérieur est accessible. Aucune vitre ne vous sépare du paysage qui vous entoure. Juste quelques filins métalliques, entre lesquels on peu glisser un appareil photo sans problème.

Le temps est nuageux, malheureusement, et on ne peut pas voir les chaines de montagnes qui entourent Seattle. On voit au moins la ville, et c’est déjà beaucoup !

Elle se glisse sans la moindre hésitation à la deuxième place dans mon classement de mes tours préférées. La seule raison pour laquelle je préfère la John Hancock est très clairement la vue, la skyline de Chicago étant magnifique.

IMG_3519.jpg IMG_3524.jpg IMG_3528.jpg IMG_3535.jpg IMG_3537.jpg IMG_3555.jpg IMG_3559.jpg IMG_3560.jpg IMG_3562.jpg IMG_3556.jpg IMG_3558.jpg IMG_3567.jpg

On trouve en haut de la tour plusieurs bonnes interactives des plus intéressantes. Ma préférée reste toutefois celle présentant la vue de la tour, à 360°, sur une durée de 24h. Bien évidemment, on peut se déplacer dans l’espace et dans le temps, pour mieux apprécier.

Leave a Reply

FireStats icon Powered by FireStats