Rue du Pourquoi Pas



Parce qu’il y a toujours une route qui, quelque part, m’attend.
Carnets de route, photos de voyages, et pensées vagabondes.

Écrit par : Sébastien ChionJanuary 11th, 2020
  • Narbonne… il y a des endroits comme ça dont on ne sait absolument rien, et on se trouve bien incapable de dire pourquoi on s’y rend avec un a priori positif. Et pourtant… autant j’attaquai Béziers avec un a priori négatif qui s’est confirmé, autant je voyais Narbonne beaucoup plus positivement !

    J’ai garé le Chamion dans un quartier résidentiel. Une jolie petite impasse, le long d’une place, où un groupe de gens jouaient à la pétanque. À la fois ouvert, ensoleillé, et tranquille. Je me voyais déjà passer la nuit ici sans problème. Et je suis donc parti, au hasard, marcher dans les rues de Narbonne.

    Je sais que je ne suis pas loin de la vieille ville. Et l’accès est facile, il suffit de suivre le canal.

    En arrière plan, une tour -encore dans le ton de Noël- et un morceau de Cathédrale. Je passe à côté d’une grande halle, note qu’elle sera ouverte demain matin, et continue de me balader dans les rues. Nous sommes vendredi, fin d’après midi. Il fait beau. Il y a des gens un peu partout. C’est vivant. Ça fait du bien ! Mes pas m’amènent jusqu’à la place de l’hôtel de ville et sa tour-cadeau.

    De là, on se retrouve très vite à la cathédrale. Et là, c’est une magnifique claque dans la figure. Parce que la cathédrale de Narbonne, et bien elle est belle. Très belle ! De dehors, comme de dedans !

    Je suis, il me semble, de moins en moins impressionné par les constructions chrétiennes. Églises, cathédrales, abbayes, ne me font pas autant d’effets que par le passé. Je crois que c’est depuis que j’ai commencé à voir ce que faisais d’autres religions… les mosquées à Istambul, les temples hindoues à Bali, les pyramides des Mayas… de voir ce que les autres font, j’ai peut-être relativisé un peu… je sais pas trop… mais toujours est-il que celle-ci, de Cathédrale, ne m’a pas laissé indifférent. Et j’aime la façon dont elle s’élève vers le ciel…

    Je déambule encore un peu dans les rues. Il commence à faire un peu sombre pour faire des photos, mais je regarde, j’observe. Quelques boutiques sympas. Des boulangeries. Un marché bio (demain matin). Une librairie. Je rentre -pas trop le choix. Je reste un moment à découvrir plein d’éditeurs que je ne connaissais pas. Le choix (éditorial ?) est différent de ce auquel je suis habitué. Et ça fait du bien. Pour autant, je ne trouverai rien qui me donnera envie de craquer. Je dois être rendu à sept ou huit livres en attente ; ce n’est pas une raison pour arrêter d’acheter des livres, mais comme je ne suis pas en situation d’extrême urgence, tout va bien. Faut dire que je lis un peu moins quand je voyage. C’est votre faute : ça prend du temps de tenir un blog !

    Je marche quelques temps encore, mes pas me ramenant tranquillement jusqu’à la maison. Toujours sur sa petite place, bien tranquille. Et j’y passerai une fin de soirée assez silencieuse !

    Et donc, près d’un terrain de pétanque, on dort particulièrement bien ! Le pétanquiste du coin n’étant pas du genre à se mettre à chanter dès huit heures le samedi matin.

    Après une bonne nuit de sommeil, donc, bien reposé, et pas trop dérangé par le bruit (on entend un peu la rue passante un peu plus loin, mais ça reste anecdotique) je retourne me balader dans les rues de Narbonne. Première étape, parce que j’aime être cruel avec moi-même, les halles. Elles sont belles ces halles ! Les étales sont inspirantes. Les prix, un peu moins je trouve…

    Et puis retour dans les rues. Je déambule, toujours avec plaisir. Je repasse place de l’hôtel de ville où j’avais raté, la veille, un détail important :

    IMG_0443

    Et oui, la Via Dominatia continue de m’accompagner ! Elle traverse -sans surprise- Narbonne avant de continuer sa route vers Perpignan. Nous n’avons pas fini de nous voir, j’imagine…

    Et donc, je continue de me balader.

    Les villes du sud ont quand même un chouette avantage : il y fait soleil (Narbonne, ville la plus ensoleillée de France ?), il y fait chaud, et du coup, c’est quand même bien fleuri partout, et on n’a jamais vraiment l’impression d’être en hiver. Même dans les jardins de la cathédrale.

    À Narbonne, ils ont aussi un pont marchand :

    IMG_0465

    Alors forcément, il est pas aussi beau que celui de Venise (c’est à Venise, celui qui est super connu et photogénique ? Je crois). Mais c’est amusant quand même. Et puis bon, c’est l’ancien pont Romain. Enfin c’est la Via Dominatia quoi !

    Et puis Narbonne, c’est aussi la ville natale de Charles Trenet. Mais je suis pas allé visiter sa maison natale. Mais y a une jolie fresque qui lui rend hommage. Et puis en plusieurs autres endroits de la ville, des chouettes murales avec des beaux dessins ou des paroles dessus. Et moi, en général, j’aime bien ça.

    Quand on marche dans Narbonne, on voit assez régulièrement des panneaux historiques « 1907 c’est notre histoire ». Des photos, et un texte explicatif. Sur la révolte des vignerons. L’arrestation du maire de Narbonne, les campements du 17e régiment… les panneaux étant dispersés un peu partout, difficile de comprendre vraiment l’histoire retracée quand on ne sait pas de quoi ça parle au début… Mais je serai suffisamment intrigué pour aller faire un tour sur wikipedia pour en savoir plus. J’ai découvert la révolte des vignerons de 1907 ; un événement historique dont on parle évidemment dans toutes les salles de classe… la page wikipedia est un peu longue à lire, mais apprendre comment les problèmes de surproduction de vins français et les importations des colonies, mais aussi les vins coupés, et les fraudes à la fabrication ont mis plus d’un million de manifestants dans la rue, comment plus de 400 maires ont démissionnés de leurs fonctions, comment une grande partie d’un régiment de soldats de l’armée a déposé les armes pour aller rejoindre les manifestants… bref, je trouve qu’il y a un côté assez actuel dans ces révoltes. Saviez-vous qu’ils organisaient des manifestations hebdomadaires (tous les dimanches) pour protester contre la situation ? Bref, un petit bout de l’histoire de France qu’on n’apprend pas à l’école… et c’est fort dommage…

    Je termine ma journée par une petite soirée cinéma ; retour à la maison pour une autre bonne nuit de sommeil, avant de reprendre la route un dimanche matin ensoleillé…

    3 commentaires

    1. Commentaire de Patrice GEORGES

      Je n’ai jamais visité Narbonne. Là tu m’en donnes envie. Ça à l’air joli et intéressant à visiter.
      Pour ce qui est du pont marchand, il me semble que tu te trompe de ville. c’est à Florence (le Ponte Vecchio). À Venise c’est le pont de soupirs qui n’a rien de marchand.

    2. Commentaire de Lavande

      Je confirme les dires de Patrice : tu penses au Ponte Vecchio de Florence. Le pont des soupirs mène à la prison de Venise (I Piombi).

    3. Commentaire de Sébastien Chion

      La ville est belle mais on en fait peut être assez vite le tour. Par contre, pour ce qui est des environs, je pense qu’il y a de quoi en prendre plein les yeux un moment ! J’ai adoré le massif de la Plate, et le sud est superbe également. Et puis Narbonne c’est vraiment juste à côté des chateaux cathares, des pyrénées… bref, plein de choses à faire !

      Et oui, en effet, Florence, et non pas Venise. Presque pareil mais pas tout à fait ^^

    Laisser un commentaire

    -->
    Parce qu’il y a toujours une route, un chemin ou une sente qui, quelque part, m’attend, Rue du Pourquoi Pas ? rassemble carnets de route,
    photos de voyages, conseils et pensées vagabondes d’un photographe, musicien, écrivain, conteur et parfois graphiste. [En savoir plus]