Rue du Pourquoi Pas



Parce qu’il y a toujours une route qui, quelque part, m’attend.
Carnets de route, photos de voyages, et pensées vagabondes.

Écrit par : Sébastien ChionSeptember 30th, 2015
  • L’avantage de squatter dans un State Park, outre le fait que l’endroit est calme, et beaucoup plus inspirant qu’un parking de supermarché, c’est que le lendemain, on se lève un peu tôt, pour éviter de se faire gronder par le responsable !

    Le programme de la journée est simple : on continue vers le sud. On n’a pas repéré grand chose d’inspirant sur la route, alors on roule. L’objectif c’est d’atteindre Virginia Beach et rien ne semble se dresser sur notre chemin. En fait, le paysage manque quand même un peu d’intérêt. Là encore, la côte ouest sauvage nous manque. Trop de gens. Trop de maisons… alors on roule.

    On tentera bien un bref arrêt dans la ville de Pocomoke, parce qu’on a décidé qu’on adorait le nom qui nous fait décidément rigoler. Faîtes juste imaginer un coq gueuler « pocomoke » au lieu de « cocorico » et vous aussi vous rigolerez. Enfin peut être. Ou peut être pas. Mais avec Laurie, on a un humour simple et stupide. Et assez identique. Alors on rigole quand on voit une ville qui s’appelle Pocomoke, on en fait notre cri de guerre, et on s’arrête pour visiter. Bon, d’accord, y a rien à Pocomoke. Enfin si, on serait arrivé dans une semaine, la ville aurait eu 150 ans. Mais pour le moment, elle ne les a pas encore, alors pour le moment, y a rien à Pocomoke.

    Alors on roule…

    Au final, le passage le plus impressionnant du trajet sera l’arrivée à Virginia Beach. Plusieurs infos se mélangent : je sais que Virginia Beach est juste après le pont. Je sais que le pont commence dans un mile. Et le panneau indique « Virginia Beach – 15 miles ». Je savais déjà que ce n’était pas un pont ordinaire. Nous avions en face de nous un pont tunnel. Et oui, comme entre Copenhague et Malmø. Je trouve ça chouette. Et on trouve ça encore plus chouette quand on découvre qu’il s’agit en réalité d’un pont tunnel pont tunnel pont. Oui, tout ça. Ça dure un moment. Ça dure longtemps. C’est assez impressionnant quand le ciel est gris. J’ose même pas imaginer quand il fait soleil !

    En gens de plus en plus prévoyant que nous sommes, nous avons même déjà repéré le States Parc où nous allons passer la nuit « First Landing », juste à côté de Virginia Beach, nous attend. L’endroit se trouve être bien confortable. La météo a été pluvieuse toute la journée, on profite d’une mini accalmie de fin d’après-midi pour aller faire quelques pas dans le parc, que je trouve vraiment inspirant. On convient d’y passer un peu plus de temps le lendemain.

    Du coup, on se pose pour la soirée, à côté du bâtiment d’accueil. Il y a là des prises électriques, des tables, et une connexion wifi. Alors on s’installe confortablement. Je rattrape un peu mon retard sur mon blog, j’uploade un peu, j’écris un peu, et je cuisine. Et comme d’habitude, si je n’aime pas cuisiner rien que juste pour moi, cuisinier quand je suis pas tout seul, c’est vraiment un plaisir. Et les challenges de la cuisine en van la plus simple possible me plaise beaucoup. Au menu ? Soupe (bon, juste une brique réchauffée, ça c’était facile) et humus maison. Ouaip, humus maison. Dans un van. Donc humus van, plutôt. N’empêche, c’est la classe. Je pense que bientôt je vous présenterai plus en détail mon nouveau compagnon inséparable de voyage. Avec lequel je fais de la mayo, des sandwichs au thon, de l’humus maison et plein d’autres choses encore. Mais ça, comme le disent si bien les gens qui savent créer du suspens, c’est une autre histoire !

    Laisser un commentaire

    -->
    Parce qu’il y a toujours une route, un chemin ou une sente qui, quelque part, m’attend, Rue du Pourquoi Pas ? rassemble carnets de route,
    photos de voyages, conseils et pensées vagabondes d’un photographe, musicien, écrivain, conteur et parfois graphiste. [En savoir plus]