Rue du Pourquoi Pas



Parce qu’il y a toujours une route qui, quelque part, m’attend.
Carnets de route, photos de voyages, et pensées vagabondes.

Écrit par : Sébastien ChionAugust 29th, 2018
  • Et donc… et bien c’est reparti ! Il s’en est passé des choses dans la vie du Pourquoi Pas ?. Tant de choses que je n’ai pas raconté… il s’est promené sur bien des routes, il a connu bien des patelins… il m’a accompagné dans ma découverte de la Bretagne. Quelle douce et agréable maison où il faisait bon vivre…

    Faisait ? Et oui, après de longues hésitations, j’ai décidé de mettre la maison en vente. Juste la maison. Je garde le camion. Mais pourquoi donc ? Simplement parce que tel qu’il était, je ne pouvais pas le faire homologuer… alors que mon but premier était de faire homologuer mon véhicule en VASP autocaravane (en d’autres termes : le faire reconnaître comme étant officiellement un camping car). La principale raison empêchant l’homologation : une maison un peu trop large par rapport au véhicule…

    J’ai donc mis la maison en vente sur le bon coin, et celle-ci a fini par trouver acquérieuse. Depuis le début de la conception, la maison a été pensée pour être déposable. J’avais longuement réfléchi aux options possibles. Je m’étais projeté dans différent scénario. Et finalement… finalement, la maison a été déposée au sol ! Moment de stress intense, mais tout c’est déroulé comme prévu. Et j’ai pu repartir avec un camion beaucoup plus léger…

    L’été est passé. Tranquillement. Parce que cet année, j’ai eu envie d’en profiter. De ne pas me lancer tout de suite dans la construction de la maison. Ne pas chercher de matériaux. Juste me promener. Tout en travaillant les plans. En dessinant. En réfléchissant. En optimisant. L’idée étant de diminuer la maison. Dans sa largeur. Mais aussi dans sa hauteur et dans sa longueur. Après avoir vécu dix mois à bord, je me suis rendu compte que même dans sa petite taille, elle était trop grande. Je suis donc reparti à zéro au niveau du plan. Parce qu’après tout, c’est chouette aussi d’expérimenter. De varier. D’essayer de nouvelles choses !

    Et dans un premier temps, pour pouvoir recommencer à aller chercher des matériaux, un nouveau plateau ! Sur le même principe que l’ancien… avec moins de bois, parce que l’objectif de réduction se fait aussi sur le poids ! Et comme la nouvelle propriétaire de la maison l’a posée au sol dans un premier temps, j’ai même pu récupérer les étriers pour fixer le plateau au chassis. Tant mieux !

    Une autre contrainte s’est présentée à moi : le contrôle technique… celui du camion ayant expiré, il me fallait le repasser à nouveau. Problématique : les nouvelles normes, beaucoup plus sévères, vis à vis des véhicules. Notamment au niveau de la rouille. Plus de rouille traversante autorisée… donc ça, ça ne passe plus :

    rouille

    Après de longues hésitations, tergiversations et hésitations, je me suis lancé dans le projet que j’avais abandonné lors de la construction de la première maison. Repeindre le camion ! Je ne pensais pas avoir à apprendre quelques bases en carrosserie pour pouvoir me construire une maison un jour, et pourtant… après réflexion, j’ai laissé tombé le choix de couleur initial (inspiration steam punk : gris, noir et cuivre) pour quelque chose de beaucoup plus modeste. Beaucoup plus discret. Un joli vert forêt. Pratique, pour se cacher sous les arbres… et y a pas à dire, ça lui a fait du bien à mon petit camion, cette petite cure de rajeunissement !

    Bon, évidemment il reste encore le contrôle technique à passer. Pas mal de choses à voir et à faire. Six pneus à changer, vérifier les éclairages, corriger le jeu sur le volant… et tant d’autres choses encore ! Mais rendez-vous est pris au garage pour le préparer, et au centre pour le contrôler. Et j’ai bon espoir que tout aille bien.

    Toujours est il qu’entre deux coups de bombe de peinture, je me suis aussi remis à la construction. Pour la première maison, j’avais d’abord fait les murs avant et arrière, que j’avais ensuite posés, et j’avais construis les murs entre les deux. Nouvelle expérimentation cette fois : construire au sol les quatre murs, pour les assembler par la suite.

    Première constatation : pouvoir travailler sur le plateau du camion, ça aide énormément ! C’est plat, c’est en hauteur, c”est parfait ! Note à moi même pour la troisième (bin quoi ? ) : disposer d’un plan de travail de 2m x 4m à un mètre de haut, c’est parfait. Du coup, ça avance vite et bien.

    Ça permet d’avoir un mur avant (pas encore fixé rassurez vous !):

    avant

    Un mur arrière :

    arriere

    Et puis c’est là que je me suis rendu compte que quitte à être rendu là, autant finir les deux autres, non ?

    À droite :

    droite

    Et à gauche donc :

    gauche

    La récupération de matériaux en été, ça marche beaucoup moins bien. Je n’ai pas réussi à trouver les fenêtres que je voulais… beaucoup beaucoup beaucoup trop de PVC sur le bon coin. Et moi, mon bois, j’y tiens ! Pas grave. J’ai un peu plus de budget que pour la première maison. Alors c’est parti. Je pars sur des portes et fenêtres neuves. Ça sera plus simple. Plus confortable. Et plus léger (du pin pour remplacer le chêne et le bois exotique !).

    Et puisque les quatre murs sont faits, et qu’il me faut maintenant attendre d’avoir passé le contrôle technique, il me faut ranger les murs quelque part. C’est là que j’ai l’idée de ne pas vraiment les ranger, mais de les coller les uns aux autres… le chantier de la maison n’a pas commencé il y a longtemps, et pourtant je peux déjà me rendre compte des volumes intérieurs ! Que du bonheur !

    Le chantier est de nouveau en pause… visite au garage dans six jours, contrôle technique dans une semaine. Et après, on attaque les choses sérieuses !

    Laisser un commentaire