Rue du Pourquoi Pas



Parce qu’il y a toujours une route qui, quelque part, m’attend.
Carnets de route, photos de voyages, et pensées vagabondes.

La question du financement d’un voyage est LA grande question. Celle qui revient presque toujours à un moment ou à un autre. Non, je n’ai pas gagné au loto. Je n’ai pas hérité de mon oncle d’Amérique (c’est moi, parait-il, qui tient le rôle de tonton d’Amérique). Pas d’énorme somme d’argent donc. De toutes façons, je préfère faire les choses dans l’autre sens. Je préfère dépenser le moins possible sur la rouge, pour voyager plus longtemps. Quand on voyage, il y a une équation qui est tout le temps vrai : plus on va vite, plus ça coûte cher. Voyager sur du très long terme est donc facilement plus économique qu’un voyage sur du court terme.

Alors… comment fait on pour dépenser moins en voyage ?

Les principaux postes de dépenses sont :

  •  matériel
  • transport
  • hébergement
  • nourriture / boisson
  • activités

Alors… allons y point par point.

D’abord le matériel de voyage.

Parce qu’en effet, il faut bien s’équiper. Difficile d’y échapper. Mais en même temps, c’est une dépense qui peut s’étaler  dans le temps, et qui n’est pas sensée se reproduire à chaque voyage. Une seule tente, un seul sac à dos, un seul sac de couchage… ensuite, et bien il suffit de faire durer. D’acheter du matériel de bonne qualité, un peu plus cher au début, pour le faire durer plus longtemps. Bien choisir, aussi, ce que l’on achète, pour répondre à ses besoins. Pour être le plus confortable possible. Un sac à dos ne s’achète pas en dix minutes. Une tente non plus. Une fois acheté, tout ce matériel devrait vous accompagner des années, et faire tous les continents sans le moindre problème.

Au niveau du matériel informatique, méfiez vous de l’obsolescence programmée. Arrêtez de faire les mises à jour automatique de système et de logiciel après un moment : je fonctionne sans aucun soucis avec une configuration système qui a trois ans environ. Trouvez une configuration qui vous plait, qui répond à vos besoins, et restez-y. Ne cherchez pas à avoir le dernier modèle d’iPhone ou un ordinateur de l’année, et vous économiserez beaucoup. Mon ordinateur m’accompagne sur la route depuis six ans. Il va moins vite qu’avant. Les touches 5, t, ^ ne fonctionnent plus, et pourtant j’arrive à le faire durer. J’arrive à continuer d’écrire ce blog sans m’arracher les cheveux. Un ordinateur neuf, c’est entre 2 et 6 mois de vie sur la route, alors je préfère l’user jusqu’au bout…

Pareil pour le matériel photo. Mon appareil photo a plus de 200 000 déclenchements (ce qui tient du miracle d’ailleurs). Il continue à tenir le coup. Je n’ai pas un capteur 60 millions de pixels, mais j’ai quand même un capteur qui me permettait il y a 4 ans de faire des impressions format A3 en vue d’exposition. Il a perdu tous ses grips, tous ses caoutchouc, mais il déclenche presque à chaque fois que j’appuie sur le bouton. Après quelques mois en climat tropical humide, il souffre de plus en plus. Pas grave, je le ferais durer aussi longtemps qu’il voudra bien !

Une consommation raisonnée fera du bien aussi bien à votre budget qu’à l’environnement.

Le transport devient rapidement un autre post budgétaire important

Et ce n’est pas toujours évident de compresser. Comme je le disais un peu plus haut, il y a une équation très simple en voyage. Plus on voyage vite, et plus ça coûte cher. Dans le cas de cet article, c’est plutôt le corolaire qui est intéressant : plus on voyage lentement, plus c’est économique. Si votre voyage commence par un billet d’avion, prenez le temps de le magasiner. Faites des comparatifs, étudiez les escales possibles, envisagez de partir d’un autre aéroport… je pourrais écrire un article complet sur l’achat de billet d’avion, et je le ferai sans doute un jour. Dites vous que si vous n’avez pas passé au moins deux heures à chercher les options possibles, c’est que vous avez été trop vite et que vous n’avez sans doute pas le meilleur prix. Acheter un billet d’avion est rendu un challenge que certains détestent. Avec l’habitude et les réflexes développés, j’arrive toujours à trouver des tarifs intéressants, économisant facilement 10 ou 20 pourcents sur les premiers tarifs trouvés.

Une fois à destination, il existe énormément de moyens pour se déplacer. Enfonçons tout de suite les portes ouvertes : le stop et la marche à pied seront toujours les options les plus économiques. Si vous n’êtes pas pressé, le stop vous permettra aussi de faire de belles rencontres, et rajoutera de l’imprévu et beaucoup d’opportunité dans votre voyage… mais le stop n’est pas fait pour tout le monde. Ni pour n’importe où. Oui, bon, c’est vrai. On peut faire du stop partout dans le monde, et certains voient même ça comme un challenge. Pas moi.

Le vélo est une autre alternative économique (une fois l’investissement initial effectué). Pas besoin d’être en hyper grande forme physique. L’entrainement viendra au fil des étapes. Vous pourrez avancer de plus en plus loin. Et puis voyager en vélo attire les gens. C’est suffisamment original et inhabituel pour attirer le regard et la sympathie. Beaucoup de gens viendront vous poser des questions sur votre projet, et c’est sans doute l’option qui attirera le plus de sympathie si vous frappez à la porte de chez quelqu’un pour planter votre tente. Là non plus, le vélo n’est pas fait pour tout le monde.

En bus/train/transports en commun/ covoiturage. En général, on peut économiser pas mal en prenant les transports collectifs. Il faut parfois un peu d’organisation et de planification. Dépendant des pays, il faut aussi s’habituer à des organisations différentes. Mais on trouve toujours des options tarifaires intéressantes. Soit en planifiant longtemps à l’avance, soit à la dernière minute. Souvent, prix et qualité sont liés. Soyez prêt à renoncer à un peu de confort, à avancer un peu moins vite, à accepter un détour ou une correspondance de plus, à prendre un bus local plutôt qu’un trajet express, et vous finirez par cumuler de belles économies ! En règle générale, évitez les formules « abonnements » type Eurorail ou Amtrak pass. Elles ne sont rentables que si vous passez tout votre temps dans les trains… et surtout, n’oubliez pas que se déplacer fait partie de l’aventure ! Les 18 heures de bus ne sont pas une corvée mais une expérience unique !

Et la voiture ? C’est l’option qui offre le plus de flexibilité. C’est généralement la plus dispendieuse . Mais si vous voyagez en voiture, il reste quelques moyens de réduire les couts. D’abord grâce aux mathématiques : plus de passagers à bord, et plus vous diviserez la facture. Le deuxième passager est le plus rentable. Le troisième vaut la peine aussi. Au delà, c’est de plus en plus compliqué… partez à plusieurs, envisagez de prendre des covoitureurs de temps en temps… bien choisir son véhicule peut aussi valoir la peine, surtout si vous l’achetez  en vue de faire un road trip. Une économie de 1 litre au 100 kilomètres sur un road trip de 10000 kilomètres, c’est 100 litres d’essence en moins dans le réservoir. De la même façon, ralentissez : vous êtes en voyage. Vous n’êtes pas pressé. Rouler à 100 km/h plutôt qu’à 120 sur l’autoroute fera baisser votre consommation d’environ 20%. Oui, c’est énorme. En adoptant une conduite économique, j’ai fait descendre à 8,5 litres au 100 un véhicule que l’on m’avait vendu comme un 11 litres… Évitez les barres et les coffres de toit, et tout objet inutile. Et coupez la clim !!! Encore une chose qui fait autant plaisir à la planète qu’à votre portefeuille !

Et pourquoi pas en van ? Le top du top ! Emmenez votre maison avec vous. Quelques petits trucs à savoir quand même pour économiser : préférez un van anonyme à un camping car de luxe avec écrit « touriste » dessus. C’est plus discret, notamment si vous voulez dormir dedans en ville.Ça passera beaucoup mieux. Les campings car vous offrent douche et toilette ? Inutiles ! Vous n’aurez jamais de problèmes à trouver des WCs publics si la forêt ne vous convient pas. Dans les grandes surfaces, les centres commerciaux, les fast food… et la douche ? Pas besoin d’en prendre tous les jours. Squattez les terrains de camping, les piscines municipales, les rivières (utilisez du savon naturel !) les sources chaudes (idem !), etc… avoir WC et douche à bord, outre le fait que cela complique énormément la logistique, le besoin de remplir et vider régulièrement les réservoirs, c’est aussi beaucoup de poids et de volume en plus. Un van sans douche ni WC sera plus petit, plus aérodynamique, plus léger, et donc beaucoup plus économique sur la route !

L’hébergement reste l’un des postes de dépense les plus importants.

Si vous voyagez en van, vous avez votre maison avec vous, et dormirez gratuitement presque tout le temps. Parking de centre commercial, aire de repos, truck stop, rue résidentielle… les options sont très nombreuses. Notez qu’il est aussi possible de dormir dans une voiture et que c’est parfois plus discret qu’un van : j’ai passé 8 jours à Yellowstone, à dormir dans une voiture anonyme, au milieu des voitures des clients d’hôtel. Il peut quand même être bon de se renseigner sur la législation des pays/régions/villes où vous vous trouvez, car cela peut être formellement interdit, et l’amande sévère. Renseignez vous aussi sur la sécurité des lieux !

Si vous n’avez pas les moyens ou l’envie de voyager en van, achetez vous une tente. Dans beaucoup de pays, il est possible de faire du camping sauvage. Vous pouvez aussi tenter votre chance en allant directement demander dans une ferme ou une maison qui a un grand terrain. De façon générale, même en payant le camping, c’est une option au coût assez bas. Notamment dans les parcs nationaux, les réserves… le camping est généralement plus adapté à un voyage nature, mais j’ai déjà croisé des gens pratiquant le camping urbain.

En ville, les auberges de jeunesse / YMCA / dortoirs offrent souvent des tarifs compétitifs, à condition de ne pas avoir besoin de trop d’intimité. La plupart de ces établissements permettent aussi l’accès aux cuisines, une autre façon d’économiser un peu plus. Si vous voyagez à plusieurs, les chambres privées sont parfois plus économiques que des lits en dortoir.

Sans oublier les options « chez l’habitant » :

  • AirBnB est de plus en plus populaire et offre de plus en plus d’option d’hébergement dans toutes les catégories de prix possibles. Contrairement à beaucoup de blogueur de voyage, je n’ai pas de compte AirBnB, donc je ne vous donnerais pas de liens d’affiliation pour me faire des sous en vous sponsorisant.
  • BeWelcome / Couchsurfing / Servas… inventé par Servas après la deuxième guerre mondiale, et popularisé par Couchsurfing grâce à internet, l’hébergement « gratuit » chez l’habitant est de plus en plus en vogue. Justement parce qu’il est souvent publicisé comme « hébergement gratuit » alors que le but premier est plus la rencontre de l’autre. Mais oui, voyager avec BeWelcome ou Couchsurfing permet, en échange d’un peu de planification, de réduire la facture d’hébergement.
  • Helpx / Woofing / Workaway : et pourquoi ne pas travailler un peu pour mettre un toit sur votre tête ? C’est l’idée en arrière de ce genre de volontariat. De façon générale, la norme est de quatre ou cinq heures de travail par jour en échange de l’hébergement et de la nourriture. Avec un séjour minimal allant de 1 à 3 semaines. Ou plus… Après, tout est variable, en fonction des gens, des lieux, de leur besoin… les options sont nombreuses, mais c’est une alternative intéressante qui permet en général de très belle rencontres et parfois une belle immersion culturelle. Idéal pour découvrir une culture ou pour apprendre une langue. Pour prendre son temps. Pour rester un moment à la même place et découvrir une région un peu plus en profondeur. De nombreuses auberges de jeunesse offrent aussi ce genre d’option. N’hésitez pas à demander au comptoir, on ne sait jamais !

Petite astuce : quand vous vous déplacez sur de longues distances, envisagez un bus / train de nuit. Pas plus cher, parfois même moins, ils vous permettent d’économiser une nuit d’hôtel. Et le trajet passe beaucoup plus vite. Par contre, vous ratez tout le paysage. Raison pour laquelle j’évite, personnellement, les trajets de nuit. J’aime voir le paysage défiler la tête collée contre la fenêtre…

Il est nécessaire de manger. Tous les jours. Plusieurs fois par jour. Et au bout d’un moment, là encore, la facture peut être conséquente. Si vous n’êtes pas dans une option volontariat « travail contre hébergement et nourriture » il vous faudra trouver des alternatives pour ne pas dépenser trop. Envisagez de devenir opportunivore ! Cuisiner vous même est généralement l’une des meilleures options. Si vous voyagez en van, si vous avez accès à une cuisine (auberge de jeunesse, couchsurfing) ou si vous avez un petit réchaud avec vous. Achetez vos aliments, préparez les vous mêmes, et réjouissez vous ! Si vous n’avez pas l’âme d’un cuisinier, préférez les endroits où vont  les locaux. Évitez de manger dans les lieux touristiques ou la facture sera toujours plus élevée. Préférez les plats du jour aux formules 3 services. Restez simples, fixez vous un budget et essayez de le respecter. Essayez de ne pas manger / commander / faire les courses quand vous avez faim. Vous consommerez plus… évitez toute forme de grignotage. La barre de chocolat, le gouter de quatre heure, la glace qui vous fait tellement envie… tout cela finit par paraitre sur la facture à la fin de la journée. Il ne s’agit pas de se priver et de mener une vie d’ascète. Il s’agit simplement de rester raisonnable dans ce que vous achetez/consommez.

Et côté boisson ? Gardez toujours une bouteille d’eau avec vous. Si vous avez soif, il ne vous en coûtera rien. Alors que si vous vous arrêtez en terrasse, ou que vous achetez une bouteille que vous boirez en quelques minutes, là encore, vous ferez progressivement monter l’addition. Si vous sortez au restaurant, pourquoi ne pas vous contenter de boire de l’eau ? Essayez d’éviter de sortir dans les bars. Ou alors, soyez raisonnables. Sortez avec un montant précis dans votre portefeuille pour être sur de ne pas déborder. Évitez le plus possible de garder une facture ouverte. Payez au fur et à mesure pour garder un oeil sur vos dépenses. Il est agréable de sortir, parfois. De voir des gens, de socialiser, mais évitez les sorties à répétition. Préférez acheter une bouteille de vin ou de bière à l’épicerie, et buvez la dans un parc, sur la plage, dans votre chambre… de façon générale, la boisson est l’un des posts de dépense les plus facile à compresser : nous n’avons besoin de ne boire que de l’eau. Le reste n’est que plaisir qui peut coûter cher. Combien de fois j’ai vu dans des bars des gens dépenser en une soirée ce que je dépense en une ou deux semaines sur la route ? Ces mêmes gens qui me regardent les yeux écarquillés, car ils ne comprennent pas comment je fais pour voyager longtemps…

Laisser un commentaire