Rue du Pourquoi Pas



Parce qu’il y a toujours une route qui, quelque part, m’attend.
Carnets de route, photos de voyages, et pensées vagabondes.

Écrit par : Sébastien ChionJune 12th, 2015
  • Étape 1 : se rendre à Dresden.

    Il est parfois vraiment intéressant de voir comment on aborde deux villes différentes complètement différemment. J’allais à Francfort avec plaisir, mais sans la moindre attente. Katharina m’avait dit que la ville était ennuyante, et j’y allai surtout pour visiter une amie et voir des gratte-ciel. Dresden, c’était différent. J’avais des aprioris plus que positifs. De seulement deux personnes, certes. Mais deux personnes en qui j’ai tout à fait confiance. Donc je savais que j’allais adorer la ville.

    Et j’ai adoré.

    Meißen

    J’ai commencé par retrouver Sophie, à la gare. Et une amie à elle. Sophie habite Berlin, je l’ai hébergée à Lyon il y a quelques semaines, et on a passé deux jours ensemble à Montpellier. Rencontre improbable, entrainant une succession d’imprévus. J’ai retrouvé Sophie avec grand plaisir, tout comme les imprévus qui l’accompagnent. Sophie reste chez son amie. Moi je vais squatter chez Lili via BeWelcome. Mais ce soir, Lili est à un concert de Manu Chao. Alors je passe la soirée avec Sophie et son amie. L’amie de Sophie a une amie qui bosse dans un bar. À Meißen. Alors on est allé à Meißen. Après tout, ce n’était qu’à une demi heure de train de Dresden, et je n’avais passé que six heures dans le train aujourd’hui. On est allé au Beach Bar à Meißen. Un bar avec un grand spot de sable, pas très loin de l’Elbe. La rivière qui traverse aussi Dresden. L’Elbe qui a comme affluent la Vltava. Qui traverse Prague.Et à Meißen, il y a aussi un magnifique château, de l’autre côté de la rivière. Bref, le programme était sympa : retrouver une amie, rencontrer l’amie d’une amie, boire une bière (de Dresden) et manger des frites en discutant et en regardant un paysage assez joli.

     

    Lili devait prévenir Sophie à la fin du concert, pour que l’on se donne rendez-vous en ville. Finalement, Lili a appelé Sophie pour lui dire qu’elle était rentrée, et lui a donné les instructions pour aller jusqu’à chez elle, trouver la clé cachée, et trouver ma chambre en arrivant. Sophie m’a transféré les informations. Facile.

    J’ai repris le train pour Dresden, seul. Je suis arrivé à 00h20. Fidèle à moi même, je ne connaissais absolument rien de Dresden. Pour l’occasion, je n’avais pas regarder la moindre carte. Je voulais en savoir le moins possible. Je ne savais donc rien du tout. Juste que j’étais à la gare centrale, que je devais aller à un autre arrêt de tram, et qu’à cette heure là, certains trams ne circulent plus. Le défi me plaisait. Malgré le sac à dos lourd. Malgré un plan du réseau de tram un peu difficile à prendre en main et à comprendre. Malgré des arrêts de tram un peu étranges, annonçant l’horaire de tram ne s’arrêtant pas à l’arrêt. Malgré le fait que j’avais décidé de demander mon chemin uniquement en allemand. Bref, je me suis amusé comme un fou, à chercher mon chemin jusqu’à Wasa Platz. Puis trouver la rue opposée à la rue avec un nom très long et compliqué. Puis la suivre jusqu’au magasin de vélo. Et là, tomber sur des êtres humains, leur demander s’ils connaissent Lili, faire la connaissance de ses colocs à 1h40 du matin, entrer, et découvrir la maison où je squatte et le lit où je dors. Bon, en regardant un plan par la suite, j’ai découvert que plutôt que de quitter le train à la gare centrale, j’aurai pu faire une gare de plus, et je n’aurai eu que 7 minutes à marcher, mais c’est pas grave. Moi j’aime les défis qui consistent à être perdus dans la grande ville !

    Altstadt

    Le samedi, c’était prévu, Lili est partie tôt pour faire de l’escalade. Je ne l’ai donc pas croisée. À la place, j’ai rejoint Sophie et son amie, et nous nous sommes promenées en ville, dans Altstadt (la vieille ville) la partie plutôt touristique. Et c’est vrai que la vieille ville m’a plus. Elle n’est pas très grande, mais les bâtiments sont inspirants. J’y ai retrouvé un peu la même atmosphère qu’à Prague. Le même style architecturale également (enfin l’un des mêmes styles, vu que Prague compte une quantité assez impressionnante de styles architecturaux). Et puis il y avait aussi un je ne sais quoi, qui donnait à l’ensemble une atmosphère agréable.

    Frauenkirche

    Sans oublier, bien évidemment, la très symbolique Frauenkirche. Avec sa grande place tout autour, elle respire, et ça l’a met en valeur. Elle est belle à regarder, je trouve. Elle embellit les bâtiments autour, et ceux-ci l’embellissent en retour. Et l’intérieur est absolument magnifique, tout en marbre décoré, avec des formes assez douces et organiques. Mais l’intérieur, malgré les hordes de touristes qui le faisaient, je ne l’ai pas pris en photo. J’essaie -parfois- de respecter les panneaux d’interdiction. Et comme on est en Allemagne, comme les américains sont délicatement passés par là, Frauenkirche a été rasée le 15 février 1945. Le projet de la reconstruction a démarré en 1992, pour être terminée en 2005. Environ 45% des matériaux utilisés pour la reconstruction avait déjà servi à la construction de la première Frauenkirche. Bref, elle me plait bien cette église. Elle a aussi un dôme, au sommet duquel on peut monter. Mais je ne l’ai pas fait. Enfin… pas encore ?

    Nous avons aussi passé un moment à nous promener dans les rues plus modernes du quartier. Des rues commerciales typiques et traditionnelles de tous les pays du monde, on dirait bien. Encore et toujours les mêmes marques, les mêmes noms, les mêmes enseignes. J’en suis arrivé à la conclusion que les centres commerciaux étaient des lieux hors du temps, mais aussi hors de l’espace. Aujourd’hui, on peut rentrer dans un centre commercial, et être absolument incapable de dire dans quel pays on se trouve…

    Et puis il nous a fallu slalomer entre les orages. Quelques magnifiques averses des plus intenses, que nous avons regardé bien au sec. Et qui nous ont forcé à nous abriter d’abord dans un restaurant, et ensuite dans un café / boulangerie. Et finalement, une bonne partie de l’après-midi a consisté à rester assis à discuter, regarder les gens, et commander un truc à manger ou à boire de temps en temps. Et finalement, et bien c’était un programme très chouette de rester là à rien faire !

    Et puis quand même, une mention spéciale au magasin Globetrotter. Magasin de plein air, pour toutes les activités, où nous sommes restés un long moment à faire de l’escalade, faire du canoë, et même visiter la chambre froide ! Et oui, non seulement vous pouvez acheter du matériel sur place, mais vous pouvez même le tester. La classe !

    J’ai finalement dit au revoir à Sophie et son amie qui avaient d’autres projets pour la soirée. Et de mon côté, je suis parti explorer Neustadt. Le quartier qui allait sûrement me plaire…

    Un commentaire

    1. Commentaire de Kaly

      Euh… La chambre froide, c’est pour tester l’efficacité des vêtements ? Ou pour se voir aux infrarouges ?

      Toujours aussi plaisants à lire, tes compte-rendus de voyage. Finiront par me donner envie de bouger moi aussi !

    Laisser un commentaire

    -->
    Parce qu’il y a toujours une route, un chemin ou une sente qui, quelque part, m’attend, Rue du Pourquoi Pas ? rassemble carnets de route,
    photos de voyages, conseils et pensées vagabondes d’un photographe, musicien, écrivain, conteur et parfois graphiste. [En savoir plus]