Rue du Pourquoi Pas



Parce qu’il y a toujours une route qui, quelque part, m’attend.
Carnets de route, photos de voyages, et pensées vagabondes.

Écrit par : Sébastien ChionFebruary 6th, 2016
[English version]

Si j’ai un dollars et que je te le donne, je n’ai plus rien à partager. 
Si j’ai une idée et que je te la donne, j’ai toujours une idée à partager. 
Mais si j’ai de l’amour et que je t’en donne, j’aurai encore plus d’amour à partager… 

Ça m’a tout de suite frappé en arrivant au Guatemala. J’étais encore sur le bateau, je ne voyais la côte que de loin… et soudain, j’ai été submergé par une vague d’amour. Tout seul à rigoler dans ma bulle, dans ma tête. Les larmes de joie et de surprises se mélangeant aux embruns. Un sourire extatique alors même que j’étais incapable d’expliquer ce que je ressentais… juste quelque chose de beau, de magnifique, d’intense. Ma première pensée a été que c’était le côté symbolique de ma venue au Guatemala. La signification de ma présence ici pour certaines personnes qui me sont chères. Les souvenirs, les images, le passé et le présent qui se mélangent… le bateau est arrivé à quai. J’ai fait quelques pas dans Livingston. Je n’ai pas été capable de marcher longtemps. Le poids du sac n’y était pour rien. Je peux marcher longtemps avec un sac à dos… mais là, non… c’était trop…

Peu après, j’embarquai sur une launcha qui m’emmenait sur le Rio Dulce. Deuxième vague d’amour. Deuxième débordement, devant les falaises, devant la jungle, devant le fleuve. Fascination devant ce paysage saturé de cette énergie aussi belle, aussi intense… cette impression que Gaia était là, tout autour, à me regarder, à m’aimer… la jungle n’est que Vie et Amour, et il est facile de comprendre pourquoi elle est si importante pour les mayas. Et pas juste parce qu’elle leur fournit tout ce dont ils ont besoin…

N’étant pas bien en présence des habitants d’Alquimia, je ne suis pas resté longtemps sur place. Je me suis trouvé un autre refuge, toujours à proximité du Rio Dulce. C’est là que j’ai commencé à comprendre dans quoi je m’étais plongé… à voir les habitants heureux et souriants, plein d’amour eux aussi… à être submergé de tous les côtés… j’avais deux options. Me barricader derrière les plus gros murs que j’ai pu construire depuis des années… ou au contraire, abandonner toute barrière. Réduire la moindre protection à l’état de poussière, m’en débarrasser complètement et m’immerger dans tout ça. Voir ce qui allait bien pouvoir en sortir. Une option intermédiaire plus posée ne m’intéressait pas. Pour une fois, j’avais envie de jouer dans les extrêmes. Quand il s’agit d’amour, je vais toujours vers les extrêmes…

J’ai quitté la France début septembre, débordant d’amour. Et j’ai continué à faire les stocks, d’abord à Montréal, puis en Oregon. Avant d’attaquer la descente vers le sud depuis Boston. C’est à partir de Chetumal que j’ai vraiment commencé à faire de la projection consciente. À mettre de l’Amour dans le moindre de mes gestes, dans la moindre de mes occupations. Évidemment, ça ne coûte pas grand chose de donner de l’amour en ramassant des algues et en nettoyant des salles de bain. Mais l’expérience était intéressante… et m’a préparé pour le Guatemala.

Arrivé à Hotelito Perdido, tout est devenu beaucoup plus intense. J’étais en contact direct avec des êtres humains. Je donnais de l’amour à d’autres êtres humains. Je devenais part de leur voyage, de leur expérience. Un voyage est une expérience unique… et j’avais la possibilité de rendre leur expérience encore plus unique. J’ai commencé à donner sans compter. Avant de continuer mon chemin jusqu’à la Iguana, sur les bords du lac Atitlan… le lac, et ces deux volcans. Où j’ai abandonné toute forme de contrôle. « Je t’aime » n’a plus de sens. « Je l’aime » n’a plus de sens. « Je vous aime » n’a plus de sens. Une seule affirmation a du sens, désormais. « J’aime ».

Je suis tombé sous le charme de l’Oregon il y a quelques années de cela. Sous le charme de l’énergie unique qui se dégage de cet état. Tant d’amour et de douceur en un seul et unique endroit… j’avais déjà rencontré ce genre d’énergie, ce genre de sentiment, en différents lieux… mais jamais sur une aussi grande surface… je ne m’attendais pas à retrouver la même chose, encore plus intense, encore plus forte, au Guatemala. Qu’ont donc en commun le Guatemala et l’Oregon ?

Je suis resté un long moment à regarder les deux volcans sur l’autre bord du lac. Toliman et le San Pedro. J’ai pris l’habitude de les saluer tous les matins. Prendre le temps de les regarder, de les remercier et de me baigner de leur énergie. C’est en regardant ces volcans que j’ai compris d’où venait tout cet amour. Mes endroits préférés en Oregon ? Les sources chaudes d’Umquat, Crater Lake, la silhouette majestueuse du Mont Hood à l’horizon. Et le Guatemala, avec des sources chaudes un peu partout. Des volcans un peu partout. Et ces deux magnifiques gardiens, de l’autre côté du lac…

Gaia, la terre mère n’est qu’Amour. Volcans et sources chaudes ne sont qu’un accès direct et plus rapide à Elle. À son Amour. Les régions volcaniques ne sont elles pas les régions les plus fertiles ? Et qu’est ce que la fertilité sinon la forme la plus primitive de l’Amour de Gaia ?

Pendant un mois, je me suis abreuvé de l’Amour de Gaia. L’amour de ces deux volcans, l’amour de ce lac gigantesque, qui me donne envie de retourner en Oregon pour nager dans Crater Lake… tout cet amour que j’ai librement pris de Gaia, je l’ai redistribué autour de moi. J’ai fait quantité de rencontres magnifiques. J’ai la prétention d’avoir transformé le voyage de plusieurs personnes. J’ai donné de l’amour sans compter, m’enracinant dans le « ici et maintenant » comme je n’avais jamais réussi à le faire auparavant. Incapable de me projeter dans l’arrivée prochaine de Lilou, incapable de me projeter dans mes propres projets de voyage. Incapable de me projeter dans le lendemain… j’ai vécu le lac Atitlan avec une instantanéité magnifique. Je me suis abandonné à ces gens. À certains le temps d’une soirée, à d’autres pour plusieurs jours, ou semaines… et j’ai aimé tant de fois. Et mon amour a été accepté tant de fois…

Beaucoup de voyageurs ont peur d’aimer. Ont peur de s’attacher. Ont peur de créer des liens. Ils ont peur de l’attachement. Peur de la douleur de la séparation. Pourtant, quand on voyage dans le présent, les autres sont toujours là. Il suffit d’accepter l’impernance de toute chose… je ne demande plus aux gens d’où ils viennent. Je ne demande plus aux gens où ils vont, quand ils partent. Ce qui m’intéresse chez tout ces voyageurs, c’est que maintenant, ils sont ici. Et c’est ce que j’ai envie de partager avec eux.

Merci à vous tous dont j’ai croisé la route. Merci à vous tous qui avez accepté mon amour avec tant de générosité. Merci à vous tous qui faites de mon voyage intérieur une expérience absolument unique et exceptionnelle.

Merci à toi, Eva. Et merci à toi, Carly.

Un commentaire

  1. […] love Écrit par : Sébastien ChionFebruary 6th, 2016 L’amour au temps du Guatemala […]

Laisser un commentaire