Rue du Pourquoi Pas



Parce qu’il y a toujours une route qui, quelque part, m’attend.
Carnets de route, photos de voyages, et pensées vagabondes.

Écrit par : Sébastien ChionOctober 19th, 2014
  • Une première voiture nous a attrapé sur la 199, pour nous conduire jusqu’à l’entrée d’autoroute à Grant Pass. Se trouvait sur le bord de la route un énorme morceau de bois. Je me doutais de ce que ça pouvait être, je n’étais pas sûr de ce qui pouvait être écrit dessus. Laurie imaginait la même chose. Se disant que la coïncidence pouvait être magnifique… de coïncidence, il y en avait déjà une : c’était la première fois que je faisais du stop à un endroit où j’avais ramassé des stoppeurs par le passé… le panneau s’est avéré être exactement ce dont nous avions besoin. Il eut été dommage de ne pas en profiter.

    Un van s’arrête une quinzaine de minutes plus tard, pour nous emmener en plein centre ville de Eugène. Nous y sommes à 16h15. Timing parfait. Ça nous laisse un peu de temps pour profiter du marché, et pour permettre à Laurie d’explorer un peu plus la ville. Avant de nous poser pour boire une bière, et de contacter Denise qui, une fois de plus, a eu la gentillesse de nous héberger. Pour la remercier, on s’est offert un petit restaurant. Hamburger, bières, et frites délicieuses…

    C’est à ce moment là que j’ai décidé de me rappeler que le No Shame Theater avait une chaîne sur Youtube et que les performances étaient diffusées par la suite. J’ai donc pu me revoir faire mon petit discours, en mode « aucune idée de ce que je fais là, vraiment, mais on verra bien ce que ça donne » puis jouer un peu de flûte, sur fond de sirène de train. Plutôt content, au final, d’avoir des traces de l’événement. La performance en tant que telle n’a rien d’exceptionnelle, mais le souvenir, par contre, me plait !

    Et je rajoute un petit lien vers la performance de Denise. Parce que j’ai beaucoup aimé son texte sur les masques que l’on porte. Malheureusement coupé après 5 minutes (règlement oblige).

    https://www.youtube.com/watch?v=AdsGp4j_qUk&list=UUad39GLIusRD6QeS51XVTLg

    Le lendemain, Denise nous déposait à une station service, pas loin d’une entrée d’autoroute, pour prendre la route de Portland.

    3-denise

    Pas forcément le meilleur spot pour faire du stop, mais une voiture a fini par s’arrêter. Une femme qui allait à son cours de danse Azthèque à Salem. Elle nous a posé à nouveau à un endroit pas forcément optimal, où nous sommes restés un moment sans grand succès. Avant de nous déplacer un peu, nous approchant du feu rouge, suite à une suggestion de Laurie. À partir de là, 5 minutes ont suffit pour qu’un gars très sympa nous emmène jusqu’à Portland. Plus exactement, jusqu’à un endroit un peu perdu dans le nord est de la ville. Chez Cadence, une autre BeWelcomeuse chez qui nous allons rester pour quelques jour. Toujours agréable quand on se fait poser exactement là où l’on veut aller. D’autant plus quand on se trimballe des gros sacs à dos.

    Le premier contact avec Cadence a été des plus sympas. La prise de possession de notre logement aussi. Après la cabine triangulaire perdue dans les bois, nous voilà avec une petite tente roulotte, toute aussi triangulaire, dans le jardin. On restera un moment à discuter avec Cadence, avant que celle-ci ne nous mette à la porte pour que l’on aille visiter un peu Portland. Je n’ai pas vraiment besoin de me faire pousser. Après tout, je suis passé deux fois par la ville sans m’arrêter… cette fois, c’est sûr, j’y suis, j’y reste. Enfin… juste pour quelques jours…

    3 commentaires

    1. Commentaire de Kaly

      Que les voitures s’arrêtent et embarquent l’énorme morceau de bois en plus de vous deux et des gros sacs dos me surprend !

      Sympa, la vidéo. Si on ne l’arrête pas quand ta prestation est terminée, les autres enregistrements suivent – il y a en effet à boire et à manger. Le principe est très sympa !

      Salue bien amicalement Laurie de ma part si vos routes ne se sont pas séparées… Je suis allée voir son blog, elle aussi fait un voyage magnifique !

    2. Commentaire de Sébastien Chion

      On a quand même laissé la pancarte sur le bord de la route pour les prochains ! J’aime bien l’idée de pancartes de stop à laisser pour le suivant… y a un concept que j’ai décidé d’étudier plus en détails !

    3. Commentaire de Kaly

      Ça n’a plus rien à voir, mais ça me rappelle le “bookcrossing” ou “livre qui court”. Et en cherchant cette info, je retrouve encore une fois “le lecteur du val”

      http://www.lecteurduval.org/521-bookcrossing.html

      qui me semble être un regroupement de bibliothèques autour de Castanet-Tolosan. Le nom te dit quelque chose !

      Alors, oui, pourquoi ne pas laisser sur le bord de la route des pancartes pour les stoppeurs à venir ?

    Laisser un commentaire

    -->
    Parce qu’il y a toujours une route, un chemin ou une sente qui, quelque part, m’attend, Rue du Pourquoi Pas ? rassemble carnets de route,
    photos de voyages, conseils et pensées vagabondes d’un photographe, musicien, écrivain, conteur et parfois graphiste. [En savoir plus]