Rue du Pourquoi Pas



Parce qu’il y a toujours une route qui, quelque part, m’attend.
Carnets de route, photos de voyages, et pensées vagabondes.

Écrit par : Sébastien ChionOctober 16th, 2015
  • Je me suis installé sur un banc à l’ombre, au milieu de Jackson Square et j’ai appelé Lilou pour prendre les dernières nouvelles. On a passé un moment à discuter – parfois je regrette le temps où mes parents payaient mes factures de téléphone !

    Tout en discutant, j’observais les gens tout autour. J’aime regarder les gens…

    Après avoir raccroché, je me suis levé et je suis parti. À regret. C’est le genre de place où je serai volontiers resté plusieurs heures. J’aurai pu regarder les gens. Puis lire un peu. Une petite heure peut-être, avant de me décider à sortir mon calepin et mon stylo. Juste avant de quitter la France, j’ai lu “les septs plumes de l’aigle”. Sans surprise, il m’a beaucoup plus. Beaucoup marqué aussi. Il a planté pas mal de graines dans mon cerveau. Certaines ont déjà commencé à germer…

    Il y avait un paragraphe sur les histoires. Les histoires flottent dans l’air en attendant que quelqu’un les attrape  (j’aime attraper les histoires au vol). Les mots me donnent souvent l’impression de faire la même chose. Il y a parfois des nuages de mots. Il suffit de tendre la plume pour les attraper.

    Sur cette place, il y avait beaucoup d’histoires. Beaucoup de mots. J’ai envie de rester à la Nouvelle Orléans juste pour ça. Me poser sur cette place et attraper tout les mots qui viennent. Ça ne sera pas possible. Pas cette fois. Toujours pas le temps… Mais c’est pas grave. J’ai les cheveux longs, mon pantalon est ample, ma chemise est large. Alors j’ai réussi à accrocher plein de mots en passant. Je les ai emmenés avec moi. Ils m’ont accompagné. Jusqu’à ce que je m’assois. Et du moment que j’ai été assis, ils ont commencé à se manifester. D’abord sous une forme un peu flou, que j’ai noté dans mon carnet, rapidement, en mangeant un “shrimp po boy”. Ils sont devenus beaucoup plus concrets, un peu plus tard, quand je me suis assis devant une ambrée à la Jackson Brewery. Alors j’ai attrapé le premier truc avec un clavier que j’ai pu trouver dans mon sac, j’ai pris une gorgée de bière, et j’ai commencé à écrire…

    Les mots sont nombreux à la Nouvelle Orléans. C’est aussi pour ça que je ne veux pas avancer trop vite. Je ne veux pas laisser de mots derrière moi. Pas alors que l’histoire de la demoiselle de l’Alaska avance aussi bien. Tassa me suis, c’est un peu normal. Elle a fait presque tous les états des États-Unis. Elle en a fait le tour plusieurs fois. Alors je la retrouve un peu partout sur mon chemin. J’ai hâte de partager son histoire avec vous. En attendant, je peux toujours partager l’histoire des mots de la Nouvelle Orléans. Ces mots que je viendrai chercher quand j’aurai le temps…

     

    poet

    Je sais pas vous, mais moi je trouve que ce blog manque de postes de ce genre… Des textes qui ne sont pas que sur le quotidien direct. Un peu plus ressenti, un peu… Different aussi… C’est aussi ca le probleme de ne pas avoir le temps… Le blog s’emballe et j’ai du mal a tenir le rythme. Jai peur que la qualite en patisse un peu trop… Mais bon, bientot je ralentie. Bientot ca ira mieux. Et peut etre qu’alors j’aurais le temps de vous parler de Bernard Bayou !

     

    6 commentaires

    1. Commentaire de Boulette

      Ca c’est du beau pour les yeux, quel plaisir à lire, merci !

    2. Commentaire de Ernest Hemingway

      Thank you so much for sharing this. You’re right, your blog definitely needs more of this kind of articles. Glad you decided to take a step back and slow down a little bit!

      Anyway, I’ll definitely have to check out some of Jacques Poulin’s writing as soon as I get the chance, as he seems to be the missing link between the two of us. On the other hand, as I also said myself: “Fuck literature.” So yeah, what the hell do I know…

      Hugs and kisses,
      Ernie

    3. Commentaire de LM

      Bel article !
      .. Et je suis d’accord, ce blog manque de post de ce genre… ;)

      Mille Soleils de Joie !
      LM

    4. Commentaire de Sébastien Chion

      Oui, je sais, je suis désolé. Je ne parle pas assez souvent de toi ;)

    5. Commentaire de Sébastien Chion

      BTW Ernie, say “hi” to Oscar if you happen to see him. Hope he’s still happy :)

    6. […] Orleans – la Nouvelle Orléans Écrit par : Sébastien ChionOctober 16th, 2015 Les mots de la Nouvelle Orléans – parenthèse atemporelle. […]

    Laisser un commentaire