Rue du Pourquoi Pas



Parce qu’il y a toujours une route qui, quelque part, m’attend.
Carnets de route, photos de voyages, et pensées vagabondes.

Écrit par : Sébastien ChionOctober 31st, 2015
  • À Mahahual, la vie suit un peu le même rythme que dans le désert. Tout est calme, lent, tranquille. La vie s’écoule à un rythme qui se veut, je pense, très caraïbéen. Personne n’est vraiment pressé, personne ne va trop vite.

    Ici, la pluie est différente. Elle arrive parfois. Comme dans le désert, quand la pluie arrive, tout le monde s’agite dans tous les sens. La pluie n’est pas là très souvent, alors il faut en profiter. Il ne faut surtout pas la rater. Toutes les boutiques ouvrent, les gens sont dans la rue, essayant de récupérer le plus de gouttes possibles. Le chalenge est difficile. Il n’y en aura pas pour tout le monde. Comme dans le désert, toutes les méthodes sont bonnes pour récupérer et garder le plus d’eau possible.

    Il y a d’abord un grand nuage blanc ou noir à l’horizon. Et puis ce bruit caractéristique. Assez sourd, plutôt métallique, qui résonne pendant un long moment dans l’air. Alors il faut être prêt. Heureusement, la pluie est annoncée plusieurs jours à l’avance, On peut donc se préparer.

    Ici, la pluie est différente d’ailleurs…

    Il fut un temps (les moins de vingt ans ne l’ont sans doute pas connu) où Mahahual était un simple petit village de pêcheur. Tout petit, tranquille. Sans rien de particulier. Village de pêcheur classique. Typique. Et puis un jour, une immense jetée a été construite. Le genre de jetée qui permet à ces bateaux géants d’accoster. Mahahual est apparu sur les itinéraires de certaines croisières. Depuis, à Mahahual, il pleut…

    Ici, la pluie est différente. Elle ne fait pas pousser des arbres ou des fleurs. Elle fait pousser du béton. Des hôtels. Des restaurants. Des magasins de souvenirs. Il y a désormais à Mahahual une longue promenade, le long de la plage. La promenade canalise la pluie. Elle la fait couler depuis les bateaux jusque vers tous ces endroits où elle est attendue avec impatience…

    Ici, la pluie est différente. Elle est en papier. Vert la plupart du temps. Elle est apportée par les gringos, qui arrivent sur leurs bateaux de croisières. De la pluie, ils en ont plein les poches.

    À Mahahual, depuis que la jetée a été construite, la pluie est différente. La vie aussi…

    Laisser un commentaire

    -->
    Parce qu’il y a toujours une route, un chemin ou une sente qui, quelque part, m’attend, Rue du Pourquoi Pas ? rassemble carnets de route,
    photos de voyages, conseils et pensées vagabondes d’un photographe, musicien, écrivain, conteur et parfois graphiste. [En savoir plus]