Rue du Pourquoi Pas



Parce qu’il y a toujours une route qui, quelque part, m’attend.
Carnets de route, photos de voyages, et pensées vagabondes.

Ces choses qui me manquent !">
Écrit par : Sébastien ChionJune 3rd, 2016
  • 82 English

    Neuf mois que j’ai quitté la France. Quasiment presque six mois que je suis au Guatemala et deux mois que je suis à Hotelito Perdido. Comme tous les voyageurs sur la route depuis un moment, il y a des choses qui finissent par manquer… voici donc un classement de ce qui me manque le plus :

    1- Les parents et les amis

    Oui, c’est assez évident, mais il faut quand même le rappeler… le plus dur, sur la route, c’est que les proches sont loin. Sans vouloir faire un mauvais jeu de mots (appelons plutôt ça une figure littéraire travaillée). Sur la route, on fait des (très belles) rencontres, on vit des moments chouettes, et on se fait de nouveaux amis. Mais passer du temps avec des gens qui nous connaissent, qui nous comprennent, à qui il n’est pas forcément nécessaire d’expliquer certaines choses… ça a aussi du bon !

    2- Prendre un bain !

    Je me douche tous les jours (plusieurs fois par jour, parfois, vue la température), je nage dans la rivière presque au quotidien, et j’ai même des sources chaudes à portée de main. Enfin de kayak. Ce qui me manque vraiment, c’est une baignoire. Une vraie. Grande. Et confortable. Dans laquelle je pourrais m’allonger avec un bouquin. Et remettre de l’eau chaude régulièrement. Pendant plusieurs heures.

    3- Faire une dégustation dans une micro brasserie !

    J’ai découvert une micro brasserie à Antigua, mais ça ne comptait pas. Trop américanisé à mon goût. Aussi bien au niveau de la décoration que du goût. Ma micro brasserie d’avant remonte au Mexique. Et c’est vrai que ça fait un moment maintenant que j’ai pas découvert une petite bière locale. Et ça manque. Je me ferais bien une soirée Ursuline, Ninkasi (celle d’Eugene) ou Dieu du Ciel !

    4- Assister à un festival

    L’ambiance festival / musique de rue / concert live me manque ! Me poser confortablement dans l’herbe, et écouter un groupe de musique en discutant dans la joie et la bonne humeur. Des fois ça fait du bien !

    5- Faire de la randonnée

    Parce que oui, j’aime énormément Hotelito… mais de la rivière au fond tu terrain, il y a à peine plus de 100 mètres. Avec un dénivelé de deux mètres environ. Les volcans me manquent. Les longues marches me manquent. Les crampes aux jambes le lendemain ne me manquent pas.

    6- Le Guatemala

    Certes, cela peut paraître un peu étrange… mais la région de Livingston est déjà assez différente du reste du Guatemala. Et Hotelito est assez déconnecté de tout ça. Petit endroit de paradis, donc, mais qui n’est plus vraiment au Guatemala. Lieu hors des frontières et hors du temps. Il me manque d’être sur la route, de voyager, de manger de la nourriture incertaine dans les petits comedors perdus dans les mercados… la nourriture de rue et les licuados à 7 quetzals. Oui, à un moment, il me faudra quand même retourner au Guatemala !

    – Et c’est tout ?
    – Absolument !
    – Tu es sûr que tu n’oublies rien ? – Certains !
    – Et le fromage et la charcuterie, bordel ?

    Que les choses soient claires : on me proposerait du Saint Agur, une Époisse bien faite, de la Sauvagine ou un Reblochon, je le mangerais avec enthousiasme ! J’aime toujours le fromage. Et j’en mangerais avec plaisir. Mais en tant que tel, le fromage ne me manque pas. J’ai appris à vivre sans. J’ai passé suffisamment de temps sur la route pour ne plus avoir besoin de me faire livrer des reblochons par la poste. J’ai d’ailleurs une des chouettes choses que j’ai apprises sur la route. Vivre de peu. Me contenter de ce que j’ai. Ne pas regretter ce que je n’ai pas. Juste profiter de ce qu’il y a. Ici, et maintenant. Comme vous pouvez le constater, grâce à cela, la liste des choses qui me manquent est très courte. Et c’est plutôt pratique quand on voyage pendant longtemps !

    Laisser un commentaire

    -->
    Parce qu’il y a toujours une route, un chemin ou une sente qui, quelque part, m’attend, Rue du Pourquoi Pas ? rassemble carnets de route,
    photos de voyages, conseils et pensées vagabondes d’un photographe, musicien, écrivain, conteur et parfois graphiste. [En savoir plus]