Tête en bas

Down under wandering. Archipelagoes to islands; beaches to deserts; mountains to cities.

Prendre le bus à Sydney


C’est samedi, c’est la fin de semaine ; les habitants de Sydney vont à la plage. Tout comme les couchsurfers. Alors on s’est dit « et si nous aussi, on allait à la plage, histoire de narguer un peu nos amis à Québec qui sont sous la neige » ?

L’objectif semblait assez raisonnable après tout. Clovelly Beach, là où on aurait pu rejoindre un gars qui allait faire du snorkeling, c’est à peine à 8 kilomètres de chez nous. Un peu trop loin à pied ; et comme on n’a pas encore de roller ou de vélo, il ne nous restait que les transports en commun. Dont le principe est on ne peut plus simple. Et je vais de ce pas vous l’expliquer (en général, l’aspirine est dans la salle de bain ; c’est mieux de la préparer avant).

Jusqu’à présent, on avait eut à ne prendre que le train. Le train, c’est relativement simple : vous dîtes d’où vous partez, vous dîtes où vous allez, et on vous dit combien ça coûte. Question de distance. Vous avez des tickets aller simple, des tickets aller-retour, des passes quotidiennes, hebdomadaires, etc… le prix est en fonction de la distance, calculée en nombre de zone. C’est un classique, on était à Paris y a pas si longtemps, tout va bien.

Là où ça a commencé à se compliquer, c’est que pour aller à la plage, d’après le site internet des transports de Sydney, le plus simple c’est de prendre le train, puis le bus. Facile. Un train. Un bus. On est rendu. Oui, mais combien ça coûte ? Le site de la STM (Montréal) vous le dira. Même celui de la RATP (Paris) alors que le plan est complexe. Sydney, par contre, je pense que l’ingénieur qui avait prévu de programmer l’algorithme de calcul des prix s’est suicidé après 8 mois de travail.

  • D’abord, sachez que les correspondances sont interdites entre les trains et les bus. Ça, ça m’a quand même pris 5 minutes à trouver sur le site internet. C’était prévisible, mais je voulais être sûr quand même.
  • Si il y a des tarifs spéciaux pour les allers retours en train, il n’y en a pas en bus. Aller simple en train (courte distance) : 3.20$. Aller retour : 4,40$. À condition que vous revenez hors heure de pointe. Sinon, c’est plein tarifs le retour. En bus, par contre : aller simple : 2$, aller retour : 4 $.

Dans ma tête, le calcul paraissait simple : 4,40$ de train, 4$ de bus : 8,40$. Pour 7 kilomètres, environ 30 minutes.

Et si on essayait d’optimiser un peu ça ? Par exemple, au lieu de faire train + bus, on pourrait faire bus + bus. Avec un peu de chance, la correspondance est autorisée avec les bus… Cinq minutes plus tard, j’ai finalement réussi à trouver la réponse. Non, la correspondance n’est pas non plus autorisée sur les bus. En fait, la correspondance n’est jamais autorisée. Au moins, c’est simple.

Bon, mais il restait encore une option moins cher : 2 bus aller, 2 bus retour, ça revenait à 8$. Ça commençait à se préciser.

Jusqu’à ce que quand même, je me décide à vérifier autre chose. Parce que les bus aussi ont des zones. En fait, là encore, vous payez un bus en fonction du nombre de zones que vous traversez entre le point de départ et l’arrivée. Et là, forcément, ça se complique. Parce que les stations de trains, elles sont toujours à la même place. Mais un bus, on peut monter dedans n’importe où ou presque. D’après le site internet, « une zone de bus correspond environ à 1,6 kilomètres ». Facile donc : une fois à bord, je n’ai qu’à mesurer la vitesse moyenne du bus, chronométrer, et savoir combien de zones je vais traverser. Je suis bon en math, mes chances de survie avec la méthode ne sont pas nul. Mais pour le touriste qui malheureusement a voulu faire une carrière littéraire ?

Le littéraire, lui, il sait lire. Alors il profite du site internet. Il lit ; il cherche. Il regarde. Je finis par trouver l’information. Pour savoir le nombre de zones traversées, consulter le plan de la ligne d’autobus correspondant. Bon, ça prend un petit moment à trouver quelle ligne il me faut. D’abord, il faut trouver dans quel secteur vous allez, et télécharger la carte de secteur pour repérer votre bus.

east-map.jpg

Pour l’occasion, je reconnais être un peu mauvaise langue. En effet, j’avais déjà trouvé grâce à l’outil de calcul de déplacement quel bus je devais prendre. N’empêche, j’ai quand même eut besoin de me retrouver dans cette carte, quand j’ai voulu prendre l’option bus + bus.

Ceci fait, j’ai fini par trouver qu’il fallait que je consulte la ligne 360. Après un petit moment à chercher à nouveau, j’ai finalement trouvé.

360.jpg

Bon, au moins c’est plus clair. Et là, miracle. Le long de la ligne du 360, j’ai vu ces petits numéros. On part de la section 4, on va jusqu’à la section 7. C’est facile, c’est une question d’intervalle. Moi j’ai fait les études mathématiques. De 4 à 5 ça fait une section, de 5 à 6 ça fait deux sections, de 6 à 7 ça fait trois sections. Il nous faut donc un ticket trois sections.

Je tomberais un peu plus tard par hasard sur un mode d’emploi qui me dit « exemple : vous partez de 6, vous allez à 8, ça fait : 6-7-8 = trois sections ». Bon, eux ils ont pas compris le principe des intervalles. Sauf que là, évidemment, vue la distance parcourue, on ne parle plus de billets à 2$, mais de billets à 3,30$.

Donc, si on résume, pour savoir combien va vous coûter le transport, c’est très simple :

  • utiliser le calculateur de déplacement, pour trouver un itinéraire qui vous convient
  • si vous avez un déplacement en train, regardez sur le site du train le tarif pour aller de la station 1 à la station 2
  • si vous avez des déplacements en bus, notez pour chaque ligne où vous embarquez, et où vous débarquez, ainsi que le numéro de la ligne
  • télécharger le plan de chacune des lignes de bus correspondantes
  • repérez sur chaque ligne votre point de départ et d’arrivée. Comptez le nombre de zones traversez. Consultez le tableau des tarifs correspondants.

Ça, franchement, si ça vous donne pas envie d’utiliser les transports en commun après ça ! Ça va que j’ai pas grand chose à faire, qu’on est samedi après midi, et que je sais à peu prêt me retrouver sur des sites internets mal conçus qui vous font rebondir sur trois quatre pages différentes quand vous cherchez une information.

Conclusion ? 4,40$ d’aller retour en train + 6,60$ d’aller retour en bus. 11$ pour aller faire du snorkeling ? On va passer notre tour. Non, à la place, on va plutôt aller profiter du jardin botanique, qui est à 20 minutes à pied d’ici, et qui est gratuit !

Et le plus tôt possible, je vais m’acheter des rollers.

Et puis tout n’est pas perdu. Demain, on rejoint des couchsurfers pour aller faire un bbq à la plage. Mais là, on y va en ferry !

Comments are closed.

FireStats icon Powered by FireStats