Tête en bas

Down under wandering. Archipelagoes to islands; beaches to deserts; mountains to cities.

Archive for the ‘Cultural Clash’ Category

School of the air

  • English: School of the air
  • Français: School of the air

It didn’t take long to Paul, Steve and Trish to understand my inertia, to understand that I like to take my time. They started joking at me during the pizza evening, telling that I would still be there on wednesday. Well, with the car completely full, our stuff absolutely everywhere, and no real sign of us wanting to do anything, I can understand. But I was still saying that we were going to leave at 11. I was not that bad in my forecast, as we finally leave the bloc at 11:45.

We didn’t leave Alice Springs immediately though. We had a last quick stop to do, after the grocery. Visiting the “School of the air”.

The school first started on the 8th of june 1951, guided by Adelaide Miethke, who was thinking that children living in remote area were laking social contact. Radio would make them able to have a better community feeling, as a part of there education. Because when you live a 1000 kilometers from the closest school, you can’t really think about going to school everyday…

The school in Alice was the first of its kind, but others followed later on. Covering 1,300,000 square kilometers (10 times england). Children can start the school at the age of 4 and a half until they turn 13. After that, if they want to go on, they have to leave there parents place, our follow school by mail.

They usually live in cattle station, aboriginal community, touristic place, national park, military bases, or are traveling with there family. In order to be part of the school of the air, you must live at least 50 kilometers from the closest school.

Teachers follow a 3 weeks formation, during which they learn to use all the equipment (with internet and all new technology, school knew a big change) but also learn to drive a 4WD. Because once a year, teacher visits all his student at there home. At the same time, the school organize three or four times a year, one week meetings. Also, when the families are in town, kids are invited to follow there lesson at the school.

And joining the school, children receive all the material they will need, for a total value of up to 15,000$. Of course, everything as to be given back at the end of the school. The school require a budget only 3 times higher than a normal school. As a public school, it provides exactly the same formation than any other school.

If the teaching was first made via radio, with works sending by mail every second week, internet changed a lot the way the school was going. All the children go online together, following there teacher via a webcam. The teacher, on his side, as a couple of camera, in order to be able to show explanation on a blackboard, or to show books, objects… formation also include general teaching, like cooking, music…

We then live Alice Springs for real, driving up to the Devils Marble, where we were planning to spend the night.

Where are my hours going?

  • English: Where are my hours going?
  • Français: Where are my hours going?

For the first 30 years of my life, I’ve been staying in the north hemisphere. Traveling a lot, but always on the same side of the world. And then, I’ve decided to try being upside down. Everybody knows that downunder, the water turns anti clockwise when you’re emptying your sink. So many people says that, that I haven’t even watch the water leaving my sink yet… I take that for true, I suppose. Or maybe I’m not passionate by sink holes.

I’ve kept saying that the hardest things when traveling/moving to a foreign country are not the big cultural clash. No, the hardest things are all those little details you’re so much use to. I was quite surprisee in Sydney, when I saw that apartment owners were advertising places with windows facing north, which was, for me, a nonsense. Until I realize that yes, in the south hemisphere, the sun still goes from west to east, but heading north instead of south. I knew that when a few weeks later I made my first time lapse of a sunset. I was watching it, feeling that something was wrong. One more time, it took me a while before I understand what was going on. I mean… when you watch a sunset, you’re expecting the sun to move slowly to its right. I checked the video again. The sun was obviously moving to the left. There was no mirror, no reflexion. I didn’t flip my video. That’s the way the sun goes here. Well… it makes sense. If you want to go from west to east via north, you have to go left. I suppose my brain might understand that one day…

Same for the seasons. When it’s winter in the north, it’s summer in the south. I didn’t have a winter this year. Interesting experience. But then, last night, it was the night when we change time by one hour. I knew the date since a few weeks now. I noticed that there was not 10 hours time difference between France and Australia anymore, but only 9 remaining. I lived the same experience when I was in Montreal. For a few weeks, there was one more/less hour difference. Knowing that we were changing time last night, I was expecting that everything was going back to normal. I wake up at 9:30 this morning. So it was 10:30. But when I opened my computer, it told me it was 8:30. My computer having a bug? Making a mistake? I checked quickly online. No, my computer was right. The hour change didn’t go the way I was expecting it. Something was wrong. I checked the time in France. Only 8 hours difference remaining. The south hemisphere didn’t move. Neither did the north one. But now, they suddenly seems to be two hours closer.

Where have those two hours gone? Did they just disappear? That sounds really strange, I know. And then, I though about this  imaginary line, somewhere in the Pacific Ocean. A line where you don’t lose one hour, but a whole day. If you fly from Melbourne to Vancouver, you’re going to live your day twice. If you fly the opposite way, you lose a day.

2012 is supposed to be a 366 days. Could be nice to fly to Vancouver in a few weeks, to try to understand where that extra day come from. And then having a 367 days in 2012!

Un peu plus en profondeur dans les rues de Sydney

Le temps passe à la fois vite et lentement. Le plus important a été fait. On est sûr de ne pas dormir sous les ponts. Mais il en reste encore pas mal à faire dans la liste des choses pratiques. Accès internet, téléphone, changer l’abonnement pour l’électricité, ouvrir un compte en banque… et trouver du travail. Parce que sans travail, il est possible qu’on ne garde pas notre appartement bien longtemps !

IMG_4979.jpg

Alors pendant que j’apprends à servir de l’alcool de façon responsable, Iris, de son côté, apprend à faire le café dont vous aurez besoin le lendemain matin, si je ne me montre pas assez responsable.

Responsable, d’accord, mais encore ? Le gouvernement australien a décidé d’essayer de diminuer les effets de l’alcool sur sa population. La consommation de bières semble, d’après nos premières observations, un passe temps assez répandu. L’Australie se classe 12e au monde en terme de consommation d’alcool par habitant. Loin derrière un certain nombre de pays d’Europe… une loi, la Liquor Act 2007 a donc été adoptée. En 2007, comme vous l’avez sans doute devinez. Son objectif : rendre les consommateurs plus raisonnables. Par la responsabilisation des serveurs. Toute personne ayant à vendre ou à servir de l’alcool en Australie doit donc passer le RSA (Responsible Service of Alcohol) ; ça consiste en une formation de 6 heures, au cours de laquelle on vous parle des effets de l’alcool, et de toutes les lois qui l’entourent. Six heures relativement longues et ennuyeuses dans l’ensemble, mais qui sont désormais derrière moi. Me voilà rendu un serveur responsable. Ouf !

En fait, la chose la plus notable dans la loi australienne, et l’interdiction de servir/vendre de l’alcool a une personne ayant trop bu. Il est de la responsabilité du serveur/vendeur de dire « non, désolé, vous avez trop bu, vous devez vous en aller maintenant » ; et dans le même temps, proposer d’appeler un taxi, ou insister pour prendre le bus. Dans les faits, je n’ai pas encore vu comment ça se passait. On verra bien.

IMG_4886.jpg

Moi, en tout cas, j’ai mon RSA, et j’ai donc pu porter mon CV dans la petite épicerie fine / restaurant simple qui vend du fromage, du vin et de la bière, à deux minutes d’ici. Je passe en test jeudi après midi. On verra si ça abouti sur quelque chose ou pas !

IMG_4715.jpg

À côté de ça, l’immersion dans Sydney continue. Je commence à ressentir la ville. La façon dont elle vibre, dont elle vit. Je n’en ai que des aperçus pour le moment. Un peu flous et indistincts. Donc je préfère continuer d’attendre avant d’en parler plus. Pouvoir traverser Sydney en moins de 30 minutes à pied depuis l’appart, ça fait que j’ai déjà effectué la traversée un certain nombre de fois. À prendre le pouls de certains quartiers, à regarder les immeubles qui gratouillent les immeubles tout la haut. Et simplement à regarder, respirer, écouter… le plan commence à être assez précis dans ma tête également. Bref… fidèle à mes habitudes, je prends le plus de temps possible pour découvrir…

Et puis Sydney, c’est une ville où il y a des feux d’artifices certains soirs, alors forcément, en temps que montréalais, je ne peux pas vraiment rester indifférent !

IMG_4999.jpg IMG_5007.jpg IMG_5013.jpg

Et on continue à découvrir tranquillement la faune de Sydney. Avec un modèle local d’écureuil :

IMG_5020.jpg

Une première semaine à Sydney

Bon, le retard sur le voyage à Bali est quasiment complètement rattrapé. Il ne reste plus qu’à rajouter quelques vidéos, ce qui ne saurait tarder. Mais rendu là, il est temps aussi de passer aux choses sérieux : Sydney.

IMG_4805.jpg

Parce que bon, hein… après tout, c’est quand même un peu pour ça qu’on est parti ! Et le temps passe tellement vite que ça fait déjà une semaine que notre avion s’est posé, avec délicatesse, à l’aéroport. On a récupéré nos bagages sans problème, ma flûte n’avait pas de bobos, et Alyson, l’amie d’Iris qui devait nous héberger au début du séjour, était bien là.

Normalement, quand je suis en voyage, surtout dans une ville, en une semaine, j’ai eut le temps d’en faire huit fois le tour. Mais pour l’occasion, c’est quand même un peu différent. L’opération « tourisme » est reléguée à la deuxième place. Parce qu’il y a beaucoup d’autres urgences pour le moment : trouver un appart, trouver un job, arriver, ouvrir un compte en banque, faire quelques démarches administratives… Je m’étais donné une semaine pour que l’on se trouve un appartement. Chiffre un peu au hasard, ne connaissant pas la situation immobilière à Sydney, et qui représentait plus un idéal. Posé devant les petites annonces, un téléphone à la main.

Au final, on n’aura pas fait tant de visites que ça. Arrivant de Montréal, je ne peux pas m’empêcher de trouver les appartements chers. Et relativement vétuste pour le prix. Y’en avait bien un au trentième étage, avec une vue vraiment superbe sans vis à vis et, à priori, une piscine sur le toit au quarantième. Mais en même temps, il était pas si propre et si beau que ça. Et puis bon, le prix était un peu trop élevé quand même. À la place, on s’est finalement retrouvé au premier étage, dans Elizabeth Bay. Un des quartiers à priori les plus dynamiques ; pas très loin des endroits où tout le monde sort. Si tout se passe bien, on devrait pouvoir être en une demi heure ou moins absolument partout. Plage, opéra, jardin botanique, centre ville… maintenant que l’on est en plein centre ville, on devrait pouvoir vérifier tout ça rapidement.

Là encore, l’appartement est un peu vétuste, et pas bien grand. Studio une pièce. Si on considère que l’on paie plus cher que l’appart que je partageais avec Estelle, des fois, on se pose des questions. Mais bon, ça nous plait, c’est tranquille, on devrait être bien, et on y emménage aujourd’hui même. On a trouvé notre appartement en une semaine. Objectif atteint. « Emménager » est un bien grand mot. C’est meublé, équipé. Alors il va nous falloir acheter une paire de draps, un rideau de douche, et c’est tout pour commencer. Parfait.

Prochain objectif, prochaine deadline : encore une semaine pour trouver un job. J’ai envoyé pas mal de CV à des agences de graphisme, mais je n’y crois pas trop. J’espère quand même, on verra. Mais maintenant que l’on sait où l’on habite, on va pouvoir sillonner le quartier, les CVs à la main. On verra ce que ça va donner !

Bon… c’est bien beau la vie pratique, mais… et Sydney dans tout ça ?

IMG_4783.jpg

Personnellement, je trouve la ville magnifique ! Il faut juste que je m’habitue aux pigeons du coin, ensuite ça ira mieux.

IMG_4876.jpg

Maintenant que l’on a un chez nous, on va aussi commencer à s’impliquer dans les événements couchsurfing et le reste. Bref, je vous reviens bientôt avec une première opinion sur la ville !

FireStats icon Powered by FireStats