Tête en bas

Down under wandering. Archipelagoes to islands; beaches to deserts; mountains to cities.

Archive for the ‘One foot after an other’ Category

Back to Melbourne

  • English: Back to Melbourne
  • Français: Back to Melbourne

I wasn’t sure if I was to come back today or tomorrow. I have to be back by 3PM tomorrow, as I’m organizing a couchsurfing event… as hitch hiking is not always very reliable, I was feeling that coming back on friday was safer. And at the same time, Daniel told me that they were planing to drive back to Melbourne today too. So it all sound like a good reason to start packing my stuff…

I was eating my breakfast (I had to replace bread by almond biscuit… that was just perfect with my chocolate spread!) a guy in a surf suit come to me. He seems to be surprised that I didn’t have a car. We talked for a while… I tell him my plan to go to Alice Spring soon (the reader will have more news soon about this). He seems to be very enthusiastic. We keep talking, I take his phone number and email address, wish him a great day, and tell him bye. He’s name is Ben, he is an engineer  and inventor. He drive a van fueled with fried oil, with a solar panel. I’m looking forward seeing him again!

I’m ready to leave. Backpack on my back, I just have a nice little hike to do before I go. Lilly Pilly Gully. It’s the name of a tree we can find in wet forest. We saw a couple of them in Tasmania. I heard that this walk was nice and quiet. And Daniel was also planing to do it. Could be a great timing to meet them again, and see if they are leaving.

There’s no blue van at the parking… but I meet them a little bit after that, and they confirm that they will be leaving soon. I can find them in the parking. I do the walk quickly. There’s nothing really inspiring there. Except this group of old people, with whom I have a great little chat.

I still can’t find the blue van when I’m back to the parking. Don’t really know what to do… are they already gone? Lets start walking… maybe someone will take me. Or maybe they will arrive…

I’ve been walking for a little bit more than 10 minutes when the first car stops. In ten minutes, I saw less than 10 cars. The way back, a succession of nice meeting, confirm me that hitch hiking in Victoria is as easy than it is in Tasmania.

It started with this surfer, in his fifties, who gave me a 30 kilometers ride, and tell me that I should go to Fish Creek, not to Foster.

Then, there was this farmer, in his forties. He told me than Foster was better, because it’s on the highway. He is going to Foster, but is ready to make a little detour to Fish Creek for me. Foster and the highway sounds good for me.

Then, it was this old woman, who apologies for taking me only up hill, because she was not going any further. But she offered me two amazing mini muffins. And wished me good luck. And concluded by “god bless you”.

The young guy, who stopped a little while after, blow in a Breathalyser 5 minutes after I get onboard. If it might worried some, it didn’t worry me. Because the thing didn’t start biping. And the car didn’t explose. So he was probably clean. Anyway… the beer bottle, on the front seat, were all full.

The next guy was a sikh. When I sat in his car, he told me that his friend advised him not to stop for stranger. That was not safe. But he doesn’t believe that. He’s sikh, and according to the sikh faith, God is everywhere, in everyone, as he explained to me later. So, I can guess than God is in me to. Now, I’m asking you this question: if you see God, hitch hiking on the side of the road, you’ll give him a ride, right?

He dropped me, after a really interesting religious chat, at a train station, where I was able to catch a train to go back to Megan and Tao house. Really happy by this small three days adventure.

Day two in Wilson Promontory

  • English: Day two in Wilson Promontory
  • Français: Day two in Wilson Promontory

I was supposed to have a good night, in order to wake up early, and in good shape. But the wind has been blowing. Without stopping. All night. And my tent has this bad habits of shaking and being really noisy in the wind. I almost didn’t sleep, and when I feel good enough to start moving, it was past 10 already.

The Prom remind me Freycinet in Tasmania. Nice peninsula, with a few mountains/hills for the view, a couple of awesome bay, and a long overnight hike. The one I was supposed to do. Unfortunately, it means a 21 kilometers hike for today. Knowing that the sunset is at 5:30PM, I definitely didn’t have the time to do it. After a little while, trying to find what to do, I decide to take my backpack. I’ll sleep… hum… somewhere.

The walk start following Norman Bay beach, where the campground is.

After the beach, the path start going up. Just a little. Because of Mount Oberon. Nice little mountain over the peninsula. It’s usually possible to hike to the summit, but because of massive flood last year, there is a couple of closed path in the Prom. I keep on walking.

My backpack is to heavy. I don’t understand why. I feel a lack of energy and motivation. Those, I know why. Would definitely have enjoy a few more hours sleeping… so I take my time and, when I arrive at Little Oberon Bay, I even take a little break, to enjoy the beach.

I’m not sure. I don’t really want to go any further. I know that I won’t have the time/energy to go where I was planning. If I go further, it means that all I’ll be able to do tomorrow is to walk my way back. I choose a compromise. I leave my backpack behind a rock, et walk up to the next beach. I’ll come back later, sleeping again in the main campground, so that I have sometime tomorrow to explore other part of the park. I like this option.

I like Oberon Bay, a few kilometers after Little Oberon Bay. The weather, despite of the grey sky and the fog, give amazing effect. I know it won’t look good on a picture, so I take all my time to enjoy. It’s cold. I don’t mind. I like it.

Happy of that little extra hike, I walk back, take my bag, and come back to the campground. The Prom is nice but, according to me, far away to be as amazing as Freycinet. But yes, it was just a short preview, under a bad weather. In a perfect world, I’d have to come back for 5 or 6 days in the area…

It’s still quite early, and I have some time to walk around the campground. There’s a nice little river, with a nice little bridge. I sit on a rock, on the other side, to play the flute. Until I realize that, in the sand bellow me, there’s lots of mini crabs, walking everywhere. So cute !

Sunset… I take a few extra photo. The light is just perfect, and the beach is a great place to enjoy it. In the background, mount Oberon remind me mount Freycinet. I really hope I’ll be able to see the view from the top one day…

I stop by Daniel and his girlfriend again. They are quite surprised to see me, as I was supposed to sleep far away from here. We talk for a little while. Time passes slowly. Clouds are gone. Stars starts shining. I wish them a good night, in order to eat some food, and take a couple of picture. And hopefully, after that, get some sleep. There’s no more wind. It will definitely help.

The sky is perfect. Absolutely clear. The result is amazing. I’m happy.

I walk back to my tent. Hear some noise inside. Open it.

I don’t know why wild animals in Australia like my breakfast so much. Maybe it’s easier for them to open a plastic bag with bread, than a beef can… I guess…

Anyway… if possum is a easy to frighten animal, the wombat is placid, and will ignore you. He was happy eating my bread, and didn’t care moving from where he was. And a wombat is a pretty heavy animal! I tried to push him… with no success… I didn’t want to go… and when you see there claws, you want to be a little bit careful. I don’t really want to fight with him. I just want to sleep…

After a little while, Mister Wombat finally decide to go. Well… there’s no more bread. Only can. No reason for him to stay I suppose. Virginie was laughing at me because of the possum. She now has an other reason…

Anyway… I have my tent just for me. Time for me to jump in my sleeping bag and fall asleep with no problem!

Mount Anne et Mount Eliza

Sur Elizabeth Street, dans le centre ville d’Hobart, il y a un magasin qui s’appelle « Tasmanians Map ». Un magasin de cartes. Quand je l’ai vu pour la première fois, j’y suis rentré avec un sourire gigantesque. Un magasin de cartes, pour moi, ça a un petit côté paradis. Un peu comme une bouquinerie avec ses vieux livres. Un monde de rêves et d’imagination sans fin… l’équipe y est absolument adorable. J’y suis retourné à plusieurs reprises, n’y ai trouvé que sourires et gentillesse… Lors de cette première visite, j’ai commencé à regardé les cartes de randonnées. Chaque Parc National a une carte topographique très détaillée, qui est juste parfaite pour découvrir le parc. Et puis j’ai parlé un peu randonnée avec la vendeuse. Elle m’a dit que le mont Anne était à faire absolument. L’un des sommets les plus réputés de Tasmanie. J’ai commencé à me renseigner, et à hésiter. Le sommet culmine à 1450 mètres. C’est l’un des plus hauts sommets tasmans. Mais l’atteindre demande de franchir 1450 mètres de dénivelé. On commence par monter le mont Eliza, on redescend un peu, et on remonte de l’autre côté. Les derniers mètres du sommet sont réputés comme étant particulièrement difficile, et à la limite dangereux. Ce qui, personnellement, a quand même tendance à me refroidir…

Quand je suis repassé à la boutique, quelques temps plus tard, j’ai discuté avec le patron. J’ai reparlé du mont Anne. Il m’a confirmé la difficulté de l’ascension, mais à ajouter que Eliza, juste avant, était déjà un beau défi, et offrait une vue absolument grandiose. Anne, c’est plus pour le plaisir de la difficulté.

Notre objectif, ce sera donc Eliza. C’est déjà un bon 900 mètres de dénivelé ; ce quoi bien se casser les jambes ! Si on atteins le sommet, on sera heureux. De là, on verra ce que l’on se sent de faire.

La grimpette commence après seulement 5 minutes de plat. Et elle commence tout de suite raide, sans vraiment s’adoucir. Par contre, on monte du côté du lac, sur un versant où il n’y a pas un seul arbre. Alors chaque pas est un vrai moment de bonheur. Chaque mètre de gagné, c’est une vue un peu plus magnifique qui s’offre à nous. On découvre sans arrêt. Le regard porte de plus en plus loin. On domine le paysage… grimper dans ces conditions, même si ça monte beaucoup, est un vrai bonheur.

On monte quand même assez bien, et se retrouve rapidement à la « Hut ». Une petite cabane, qui a été construite ici il y a quelques temps maintenant, et qui peut servir de logis d’étape pour les personnes voulant prendre leur temps sans s’encombrer d’une tente. On fait juste le plein d’eau, et on reprend la grimpette.

À partir de la hutte, par contre, on passe de « raide » à « raide ». Les deux cents derniers mètres de dénivelé sont gagnés en grimpant dans les rochers. Des courtes portions d’escalade. Mes jambes suivent sans aucun problème. Le souffle aussi. Iris grimpe tout aussi bien. Et c’est finalement un superbe spectacle à 360 degrés qui s’offre à nous alors que l’on atteint le cairn marquant le sommet. Pas trop fatigué, mais heureux.

Et puis on voit Anne, qui nous attend là bas. Impressionnante. Ça justifie d’aller voir de plus prêt ce que l’on peut en faire.

La promenade sur le plateau est des plus agréable. Ça monte un peu ; ça descend un peu ; tout cela dans un paysage qui fait très irlandais, avec son herbe courte, ses pierres, et ses petites marres. Il suffit d’oublier les montagnes qui semblent s’étaler à l’infini.

On prend une petite pause pour manger. On découvre que la boîte de thon nécessite un ouvre boîte. Je ne redescendrais pas à la voiture pour le chercher. À la place, je me débrouille avec un bâton de marche et une cuillère à soupe. Comme quoi, l’ouvre boîte est une invention bien superflue !

Le temps est quand même bien passé. Il faut être réaliste : Anne ne sera pas faisable aujourd’hui. D’ailleurs, quand je vois la forme du sommet, je me demande si j’aurais simplement envie de le faire… ça semble impossible sans matériel d’escalade. À la place, je jette mon dévolu sur un petit sommet à côté. Un petit éboulis à grimper rapidement, qui devrait permettre d’avoir un très bel aperçu de l’autre côté du paysage. Iris préfère m’attendre en bas. Je grimpe donc assez rapidement, en profitant pour voir si les jambes tiennent le coup. Rendu en haut, je ne regrette pas du tout ce petit dénivelé supplémentaire.

Et j’en profite pour faire des photos d’Iris en cachette.

Je redescends tout aussi rapidement, et on attaque finalement le demi tour. On anticipe un peu le début de la descente, mais ça se passe très bien. On retrouve la hutte assez rapidement, que l’on laisse aussi derrière nous. La dernière heure est longue. Très longue. Ça commence à tirer vraiment beaucoup sur les jambes. On est particulièrement heureux d’arriver à la voiture !

Reste un dernier petit détail à régler. Dans mon optimisme, lors des dernières courses, j’étais persuadé que l’on trouverait une épicerie dans la seule ville des environs. Il n’y en avait pas. Nous n’avons donc rien à manger. On décide donc de revenir jusqu’à Mount Field, en espérant trouver un endroit où acheter de la nourriture en chemin. Mais le problème de se promener au milieu de nul part, c’est que les quelques magasins qui vendent de la nourriture ferment avant même d’ouvrir. On pourrait bien manger le reste de pain, mais ça n’est que moyennement inspirant. Alors on craque, et on roule jusqu’à Hobart.

On se simplifie l’hébergement en attrapant une auberge de jeunesse. Ça faisait longtemps… ça ne me manquait pas particulièrement. On simplifie aussi la question de la nourriture avec un restaurant chinois. Ce soir, c’est fête !

Un peu d’internet pour s’assurer que le monde va bien, et un gros dodo. Encore une grosse journée en perspective demain !

Mount Field East

Personne ne nous a réveillé au milieu de la nuit. Personne n’est venue hurler sur le bord de la tente « vous n’avez pas payé, c’est scandaleux, allez en prison, et ne passez pas par la case départ ». C’est tant mieux.

La journée semble s’annoncer brumeuse. Les nuages sont assez bas. On décide de faire un petit détour par le centre d’informations, savoir quelles sont les prédictions de la journée. Est-ce que ça vaut vraiment la peine de choisir le plus haut sommet des environs pour terminer dans la brume ? On nous confirme que la météo est loin d’être garantie. On décide donc de se rabattre sur un sommet alternatif. Moins haut, moins fatiguant. Moins de déception si jamais on termine dans la brume.

Le départ de la randonnée étant à une douzaine de kilomètres, on se pose sur le bord du chemin, levant joyeusement le pouce, et attendant sagement. On maudit les deux premières voitures qui ne s’arrêtent pas avant d’embarquer avec deux petits vieux très sympathiques.

La balade est bien sympa, mais se passera entièrement dans la brume. Le paysage s’y prête. Il y a un petit côté mystique à ces roches perdues dans le brouillard. Mais on regrette quand même un peu de ne pas voir un peu plus. Pas de vue d’ensemble sur le paysage. La balade que l’on suit fait une boucle, avec un petit crochet aller-retour par le sommet. Détour que l’on décide de ne pas faire. C’est assez raide, et complètement dans les nuages. Pas vraiment utile donc. Le retour est un peu long et pénible ; assez glissant à cause de l’humidité ambiante, mais on retrouve finalement la route.

Douze kilomètres à pied à faire, ça ne nous tente pas. On relève le pouce. La journée est bien avancée, il n’y a plus grand monde, mais une voiture s’arrête quand même pour nous ramener. On se prend la fin de journée bien tranquillement. Je retourne aux lucioles et à la cascade avec mon appareil photo, essayant d’attraper quelques jolies photos nocturnes, mais sans grand succès. Je rentre me coucher. La brume n’est que bien rarement l’amie des photographes.

Maria Island jour 4 : Fossil Cliffs et Bishop and Clerk

Altitude départ : 8 ; altitude arrivée : 8 ; point culminant : 620
Dénivelé : + 610, -610 

Distance : 6 km ; Temps de marche : 4 heures. 

Au moment d’acheter les billets pour le bateau, on avait dit que l’on rentrait le jeudi matin. Le fait d’avoir fait Maria la veille fait qu’il nous reste une balade plutôt courte pour le dernier jour. Le bateau partant à 16h30, ça devrait même nous permettre de repartir aujourd’hui, plutôt que demain matin. Ce qui n’est pas une mauvaise chose, vu notre emploi du temps qui s’annonce bien chargé pour les prochains jours. On laisse toutes nos affaires au camping pour le moment, sans démonter la tente, au cas où la balade prenne plus de temps que prévu. Mais tout porte à croire que l’on aura tout le temps nécessaire.

On commence par traverser les restes du village. Parce qu’il y a longtemps, il y avait un mini village sur l’île, alors qu’elle faisait fonctionner une cimenterie dont il reste quelques traces à droite à gauche. Il y avait aussi un centre de détention pour les convicts. Je ne voudrais pas dire d’erreur, mais il me semble bien que les deux n’étaient pas contemporains. La cimenterie a fermé dans les années 1920. L’île a été un peu 0ubliée abandonnée avant de devenir un parc naturel assez apprécié. Le village en soit même n’a pas grand chose à offrir. Ses 10 maisons sont jolies, mais sans plus. Il y a quand même quelques arbres magnifiques. Par contre, dès que l’on sort du village, la nature reprend le dessus. Après une bonne demi heure de marche, on arrive au sommet des Fossil Cliffs. Au loin, là bas, on devine Freycinet. Et là haut, au bout des falaises, en haut de la montagne, on devine notre objectif.

On avance très bien. Là encore, la marche commence assez tranquille, avant de commencer à grimper un peu plus. On a beau être prévenu qu’il y aura à nouveau des éboulis, quand on arrive, le mur est relativement impressionnant !

La fin offre même quelques petits passages d’escalade simple, qui rende la dernière ligne droite (qui n’est pas droite du tout !) particulièrement intéressante. À chaque fois que l’on pense être arrivé au sommet, un autre groupe de rochers apparait en arrière. On grimpe, on est heureux, on aime ça. Jusqu’à ce que soudainement, il n’y ai plus de dernier rocher à grimper, et que l’on se retrouve tout en haut. Cette fois ci, on y a le droit à la vue à 360 degrés. Largement plus impressionnante que la veille ! En bord de falaise, avec une magnifique chute sur la mer tout en bas. Spectacle assurément grandiose !

On s’offre une fois de plus un petit repas au sommet, où l’on passe une bonne heure, à admirer la vue et à manger. Je resterais bien plus longtemps, mais on a un bateau à attraper à un moment. Alors on s’attaque à la descente, qui se révèle être tout aussi amusante et agréable que la montée !

On rencontre même un échidné particulièrement peu farouche, qui nous laisse lui tourner autour pendant un moment. On essaie de décider qui du wombat et de l’échidné à l’air le plus stupide. Difficile à dire… le wombat aura définitivement ma préférence quand viendra le moment du câlin par contre !

Une dernière petite visite d’une maison abandonnée pour la route, et nous voilà finalement de retour au camping.

Nous avons largement le temps avant le départ du bateau. Alors on plie tranquillement nos affaires et on fait nos sacs. Il y a une mini inquiétude quand même : notre place est réservée pour le lendemain matin ; il y a un risque que le bateau soit complet cette après midi, et que l’on doive quand même attendre le lendemain pour revenir.

Mais ça ne sera finalement pas le cas. On se retrouve confortablement installés, et rapidement endormi, bercés par les vagues. Les derniers jours ont été éprouvants !

On s’est fait une petite pancarte « Hobart », juste au cas où quelqu’un nous verrait à bord du bateau. Bonne idée, puisque ça marche ! Un couple en van nous propose de nous ramener en centre ville. Même pas besoin de lever le pouce. Le stop devient presque trop facile ! Et la dépose en centre ville nous permet une heure de marche supplémentaire pour rentrer chez Bernd… mais au moins, nous sommes rendus ! Encore une nuit où dormir ne sera pas un problème !

Maria Island jour 3 : Mont Maria, Painted Cliffs et les pingouins

Altitude départ : 100 ; altitude arrivée : 8 ; point culminant : 711
Dénivelé : + 610, -710 

Distance : 15 km ; Temps de marche : 6 heures. 

Je pense que l’un des souvenirs qui me restera le plus de l’Australie, c’est le chant des oiseaux. Cette impression, dès que l’on est dans la nature, d’être enfermé dans une volière Des chants de perroquets, partout, tout le temps. Des sons complètement surprenants et inhabituels. Des cris d’oiseaux qui ressemblent à des hurlements de singes. D’autres, on ne sait pas vraiment à quoi… c’est le chant des oiseaux qui m’a réveillé ce matin. L’un des plus beaux concerts que j’ai entendu jusqu’ici. Perdu au milieu de la forêt, sans personne pour les déranger, ils s’en donnent à coeur joie. Et ça commence magnifiquement bien la journée !

Ça ne fait pas très longtemps que l’on est réveillé, pas encore sorti de la tente, quand j’ai l’impression d’entendre un bruit de moteur au loin. Mais celui-ci s’arrête. Je pense donc à une hallucination produite par réflexe à chaque fois que je dors dans un endroit où je n’ai pas le droit. À moins que… non, un peu après, le son recommence. Un bruit de moteur, qui approche. Les seuls engins motorisés sur l’île sont ceux des rangers. Je dois sans doute être maudit. Je ne vois plus que ça…

Le petit véhicule s’arrête. Deux personnes en descendent. Nous saluent. Nous demandent si on a aimé l’emplacement, si on était bien. Puis nous souhaite une bonne journée, prennent leurs sacs, et attaquent le chemin qui mènent au mont Maria. Mon esprit de déduction me permet donc de comprendre que peut être au final le camping sauvage n’est absolument pas interdit. Et bien c’est tant mieux !

On prépare nos affaires, et à nouveau un petit pique nique pour le sommet. La marche risque d’être longue une fois de plus. Et une fois de plus, on attaque tranquillement. La majeure partie du chemin monte en prenant son temps, sillonnant dans une autre magnifique forêt d’eucalyptus. Tout cela paraît facile. Presque trop facile. Un peu comme s’il y avait un piège. Après tout, il nous faut monter plus de 600 mètres, et après deux heures de marche, je ne pense pas que l’on ai monté plus de 200… ça fini quand même par commencer à se raidir. On commence à marcher sur des cailloux. De plus en plus gros. Avant de se retrouver au pied d’un magnifique éboulis. On voit très clairement où se trouve les 3oo mètres qu’ils nous restent à faire… on grimpe rapidement, et l’île s’étale petit à petit devant nous. Pendant ce temps, les nuages commencent à s’accumuler au sommet…

La grimpette me plait quand même bien. Raide, certes, mais les jambes arrivent quand même à suivre, et on arrive finalement au sommet… en plein brouillard… on ne désespère pas. D’après les informations que l’on a, les nuages apparaissent et disparaissent très rapidement au sommet. Alors on se pose tranquillement pour manger, en attendant sagement la prochaine éclaircie. Qui arrive finalement !

Une mini déception quand même, parce que la vue n’est pas à 360 degrés comme promis. Une partie de la vue est cachée par des arbres, qui empêchent de voir le nord de l’île. Et puis il y a aussi quelques nuages qui persistent à ne pas vouloir partir, et qui nous cachent donc un peu la vue également. On reste quand même ravis. Fatiguant, certes, mais justifié !

On est rejoint, juste avant notre départ, par l’allemand avec qui on a partagé un thé la veille. On échange donc à nouveau quelques mots, avant de reprendre notre chemin.

La descente se fera plus rapidement, dans la joie et la bonne humeur !

On récupère nos sacs que l’on a laissé en bas avant l’ascension. On commence à se préparer à repartir quand l’allemand nous rattrape à nouveau. Et puis juste après, les deux rangers en véhicule motorisé. Certains diront sans doute que c’est de la triche, ce que je ne trouve pas vraiment grave. C’est sûr qu’ils n’ont pas de la place pour des passagers supplémentaires… par contre, pour des sacs ? Sans problème ! Ils retournent à côté du camping vers lequel nous nous dirigeons également. Nous ferons donc le restant de la balade sans avoir à nous soucier du transport de tout notre bordel. Y a pas à dire, ça fait plaisir !

Du coup, on attaque le chemin du retour le coeur (et surtout le dos !) léger. On fait la route avec l’allemand, dont on ne connaitra au final jamais le prénom.

Le chemin du retour nous fait passer à nouveau à côté des Painted Cliffs, qui justifient amplement un mini détour. La lumière est beaucoup plus belle sans les nuages, et à marée haute, les lieux sont encore plus beaux ! Le détour valait vraiment la peine !

Les jambes commencent à être pesante, et les 30 dernières minute de marche qui nous ramènent au camping se font vraiment ressentir ! Mais on récupère finalement nos sacs à dos, on se trouve un bel arbre ombragé, et on plante notre maison en dessous.

La journée aurait pu se terminer là. Après tout, elle était déjà bien remplie ! Mais c’est sans compter une petite activité d’observation de petits pingouins dans la soirée. Il y a quelques nichées à côté de la jetée ; un ranger sera là avec une lampe spéciale.

Alors après un bon petit repas bien simple, on s’offre une petite marche sur la plage pour admirer le soleil couchant en se dirigeant vers la jetée.

On attend un bon moment avant de finalement voir les premières silhouettes ressortir. Ces bestioles sont toujours aussi ridiculement mignonnes. On reste un moment à les suivre, à les observer, à faire quelques photos. De quoi terminer la journée en beauté !

 

la st valentin

Maria Island jour 2 : McRaes Isthmus et Haunted Bay

Altitude départ : 15 ; altitude arrivée : 100 ; point culminant : 210
Dénivelé : + 350, -275 

Distance : 30 km ; Temps de marche : 8 heures. 

Aujourd’hui, donc, on s’en va au sud, voir à quoi ça ressemble. La tente était bien confortable, et on a relativement bien dormi. Je suis quand même sorti, au milieu de la nuit, en entendant les opossums farfouiller dans les sacs. Parce que si la tente est confortable, elle n’est pas assez grande, par contre, pour que l’on garde les sacs avec nous. Mais ce n’est pas grave. Maintenant, je suis prévenu, et la nourriture était quand même bien en sécurité. Par contre, ma petite virée nocturne m’a permis d’observer un ciel tout simplement grandiose. Forcément, avec le lampadaire le plus proche à trente kilomètres, si ce n’est plus, et un ciel assez dégagé, la vue sur les étoiles et la voie lactée était à couper le souffle. Dans mon demi sommeil, par contre, je pense avoir un peu exagéré ce que j’ai vu… quoi qu’il en soit, j’en garde une image impressionnante !

On part pour un bon vingt kilomètres aller-retour. Avec le pique nique, la crème solaire, et tout ce qu’il faut. Pas de gros dénivelé au programme, si ce n’est monter un peu vers la fin, avant de redescendre brutalement jusqu’au bord de l’eau. Pas mal de distance, par contre, que l’on préfère attaquer tranquillement. Le chemin, comme la veille, est large. Il permet aux petits véhicules d’entretien du parc de circuler. Assez sableux également, la marche n’est pas forcément des plus agréables. On se retrouve sur l’isthme assez rapidement. Mais on finira par découvrir que celui-ci n’est pas aussi étroit que ce que l’on pensait. Il n’a pas l’air si large que ça sur la carte, mais comme il est boisé, il n’est pas possible de voir des deux côtés en même temps. Ce qui est vraiment dommage, vu que les deux baies qui le compose sont très belles. Pas grave, on en admirera d’abord une, puis une autre. Iris en profitera pour se baigner un peu. Toujours trop froid pour moi par contre.

On s’enfonce alors dans une forêt d’eucalyptus. Plus le temps passe, et plus j’aime ces arbres. Il n’y a pas de chênes en Australie. Enfin pas de façon endémique. Ils ont été importé par la suite. Mais l’eucalyptus m’y fait fortement penser. Un bois sombre et dur, avec un dessins assez particulier. Et avec une silhouette assez similaire (même si cette photo n’en est pas le meilleur exemple).

La marche n’est pas inintéressante, sans être franchement passionnante non plus. Je finis par attendre avec assez d’impatience le moment où l’on va attaquer la descente, et voir le bout du paysage. Moment qui fini par arriver. La récompense en vaut quand même la peine !

On s’installe confortablement sur les cailloux, histoire de savourer notre pique nique. Bien au chaud au soleil. On discute du planning des prochains jours. On essaie de tout faire rentrer dans un carcan temporel un peu contraignant. On arrive à une solution qui nous plait… mais qui implique de marcher 10 kilomètres supplémentaires aujourd’hui. On n’est pas vraiment sûr d’en avoir envie. On décide donc de rentrer tranquillement. On verra comment on se sent à l’arrivée.

Le chemin du retour se fait tout aussi rapidement qu’à l’aller. À ceci prêt que ça paraît encore plus long. Marcher dans le sable, sous le soleil, n’est vraiment pas agréable. On prend une pause à nouveau sur le bord de l’eau au retour, mais ça ne fait pas tout. On est écoeuré de marcher quand on arrive finalement à la tente.

On décide de prendre notre temps. On a des petits biscuits, un petit thé avec ça, ça pourrait quand même faire du bien. Si on se repose un peu, on devrait être capable de repartir pour les dix kilomètres supplémentaires et les deux grosses heures que ça représente. Un marcheur solitaire arrive à ce moment là. Je lui demande s’il veut du thé. Il accepte. On échange quelques mots rapides. Il nous propose du chocolat. Il y a des choses qui ne se refusent pas.

On hésite encore un peu, mais ça nous simplifierait vraiment l’organisation des jours suivants de marcher encore un peu. En fait, l’idée est de remonter dans le nord de l’île, au départ du sentier qui permet de gravir le mont Maria, point culminant de l’île avec ses 711 mètres. On marche plus aujourd’hui, pour marcher moins demain, Un deal qui pourrait être intéressant au final. Et qui signifie aussi que, puisque l’on ne vise pas un terrain de camping, mais que l’on va dormir au milieu de nul part, on peut en fait s’arrêter un peu quand on veut. L’idéal serait d’aller au bout, mais si on pose les sacs avant, ce n’est pas bien grave non plus. On démonte la tente, on refait les paquetages, les réserves d’eau, et on part. Sans amener trop d’eau : il y a plusieurs ruisseaux indiqués sur la carte, on devrait pouvoir se servir en chemin.

Alors que l’on avance et que le ciel commence à s’obscurcir, je me demande si c’était une bonne idée… la pluie semble de plus en plus inévitable. En plus de la tente, on a une petite bâche pour rouler les sacs dedans pour la nuit, mais s’il pleut un peu fort, les sacs seront trempés… alors j’espère très fort que le mauvais temps ne s’installera pas, et que notre idée lumineuse ne deviendra pas un plan catastrophe.

À priori, la météo semble rester sur mode nuageux mais non pluvieux. On avance bien, malgré la fatigue et les sacs quand même assez lourd. Le premier ruisseau sur la carte est à sec. Tout comme le deuxième. Le troisième, par contre, est bien vigoureux. On remplit donc une bouteille d’eau supplémentaire pour la cuisine. Et puis surtout, les ruisseaux nous permettent de suivre notre avancée, et de calculer combien de temps ils nous restent. Jusqu’à ce que l’on arrive finalement à la dernière ligne droite. Une dernière petite côte. On a bien marché, on a bien monté, bien descendu… et on est très  heureux d’arriver !

Iris reprend son souffle pendant que je monte la tente puis que je m’occupe du repas. Je n’ai aucune idée de si on a le droit de dormir ici ou pas. En même temps, je ne vois pas trop qui pourrait venir ici au beau milieu de la nuit ! On est tranquille. Rien ni personne aux environs. Juste quelques oiseaux qui gazouillent. Le repas est vite expédié. Une fois de plus, je mets le sac en position « anti opossums ». La bonne nouvelle, c’est qu’ils ne savent pas exploser la toile de sac à dos à coup de griffes. Ce qui est quand même mieux. Autant pour le sac que pour les stocks de nourriture.

Une fois de plus, on s’endort sans le moindre problème.

Maria Island jour 1 : Painted Cliffs, Wombat et Frenchs Farm

Cette fois-ci, il n’y a pas Bernd pour nous faire sortir de la ville. Pour quitter Hobart, il y a un seul pont, à tendance autoroute. Pas évident pour faire du stop. C’était un peu mon inquiétude du trajet… j’ai commencé par m’offrir une petite heure de marche pour rejoindre Iris au centre ville. Avec, une fois de plus, le sac sur le dos. Plus lourd que la fois précédente : Bernd nous prête une tente plus adaptée, mais plus lourde. Et surtout, j’ai de la nourriture pour les prochains jours. Pas de voitures sur l’île. Pas d’épicerie non plus.

On se fait un petit déjeuner consistant en ville, tout en discutant sur la meilleure démarche à suivre pour quitter Hobart. Il y a, une trentaine de kilomètres plus loin, une ville qui s’appelle Sorell. Ça peut être pas mal de la rejoindre comme première étape, et on décide donc de se faire un petit panneau pour y aller ; avant de se diriger vers l’une des rues qui quitte Hobart. Je tiens mon panneau au dessus de l’épaule, plus par principe, mais sans conviction. L’idée était quand même bonne : une voiture s’arrête avant même que l’on arrive au carrefour que l’on avait prévu de rejoindre. On se fera déposé à Sorell quelques dizaines de minutes plus tard. On marche un peu, le temps de se rendre à un meilleur spot. Là où j’avais attendu un long moment la fois précédente. On attend une minute que la voiture suivante s’arrête, et nous embarque pour dix kilomètres. À peine le temps de sortir de la voiture, de déposer les sacs, que la voiture d’après s’arrête, prête à nous embarquer ! Le gars va jusqu’à Triabunna, où nous devons prendre le ferry. Le problème, c’est que tout s’est passé tellement vite, qu’on va avoir une éternité à attendre là bas. On ne pensait pas que ça marcherait aussi bien ! Alors à la place, on s’arrête à Orford. Le temps de manger une crème glacée, et de jeter un oeil à une ville qui, au final, ne semble pas présenter beaucoup d’intérêt. On retourne lever le pouce sur le bord de la route. Ce sera finalement un gars qui pêchait juste à côté qui nous embarquera, après une vingtaine de minutes d’attente. Pour nous déposer au ferry.

Il y a deux écoles de stop. Avec et sans panneau. Pour l’occasion, à part pour quitter Hobart, nous avons avancé sans panneau. Est-ce à cause de ça que c’est allé beaucoup plus rapidement que les deux autres fois ? Ou le hasard ? Ou le fait que le stop est, selon moi, plus facile quand on est en couple qu’un gars tout seul… aucune idée. On fera sans doute d’autres expériences, et on verra bien !

Le bateau arrive finalement pour nous embarquer. Nous attendrons une heure de moins que prévu : je me suis planté sur les horaires ! Bonne nouvelle que l’on soit en avance, dans ce contexte, vu que des bateaux, il n’y en a que deux par jours.

Il n’y a pas grand monde à bord. Nous sommes 5 passagers. Deux autres français (qui sont venus nous parler parce que « vous comprenez, vous parlez français aussi, alors il fallait que l’on vienne vous voir ») et une fille, qui se fait la côte est en cinq jours. C’est rapide, mais c’est faisable.

La traversée se fait assez rapidement, et offre une vue assez sympa sur Freycinet, et nous donne un aperçu agréable de ce qui nous attend pour les prochains jours.

Altitude départ : 0 ; altitude arrivée : 15 ; point culminant : 30
Dénivelé : + 30, -15
Distance : 9 ; Temps de marche : 3 heures. 

Maria est en deux parties. L’île nord, la plus grande, où arrive le bateau, et où se trouve le plus de choses à voir, et une petite île sud, reliée à l’autre par un tout petit isthme. Il y a un camping, juste avant l’isthme, à une petite dizaine de kilomètres du quai d’arrivée, qui permet par la suite de partir faire l’un des deux chemins pour découvrir l’île sud. C’est notre objectif pour ce soir. Il est 16h30 quand nous arrivons, presque 17h le temps de gérer quelques petites formalités. Deux heures et demi de marche avant que le soleil se couche, c’est juste ce qu’il nous faut. Il faudra simplement ne pas prendre trop notre temps en chemin.

La marche commence tranquillement, sur un chemin assez large, et on avance bien. Avant de s’arrêter, trente minutes plus tard, pour admirer les Painted Cliffs, le principal attrait touristique de l’île. C’est d’ailleurs d’avoir vu les photos de ces falaises qui n’en sont pas qui nous ont donné envie de venir découvrir l’île. Le temps est un peu couvert, ce qui n’est pas idéal pour la lumière pour les photos ; il n’empêche que les Painted Cliffs sont à la hauteur de leur célébrité (certes assez locale). C’est superbe !

On ne reprendra pas la marche bien longtemps. Juste après, on voit ce groupe de kangourous (ou de wallabies, on ne maîtrise pas encore très bien la subtile différence) en train de paître tranquillement dans un champ. Les kangourous, on commence à être assez habitués, et à ne plus trop faire attention. Par contre, là bas, l’un des kangourous n’a pas du tout la forme d’un kangourou. Non, celui-ci, il semble plutôt être cubique. Forme caractéristique du wombat. Le wombat, c’est le genre d’animal que vous savez que ça existe, parce que quelqu’un, quelque part, un jour, vous en a parlé. Vous avez lu le blog d’un ami qui est parti en Australie, il était écrit wombat dedans. Le mot vous est resté, parce qu’au scrabble, ça permet de se débarrasser d’un W. Mais à part ça, on sait pas trop. On voulait en voir, ça avait l’air super cute, mais comme c’est un animal nocturne, c’est pas évident à croiser. Pourtant, en cette fin d’après midi, nous avons enfin levé le voile sur ce mystérieux wombat. Il rentre dans la catégorie des animaux bin bin bin relaxe. Il est gros, il a des petites jambes, il apprécierait que vous ne le forciez pas à bouger. Il veut juste brouter tranquillement. À priori, l’humain n’essaie pas de le manger, et ça l’arrange. Un peu comme le kiwi, je pense que le wombat fait parti de ces animaux qui doivent leur survie non pas à leur parfaite adaptabilité, mais simplement à l’absence de prédateur. Arrêtez donc de vous demander où Lucas est parti cherché ses ewoks, et avouez simplement qu’il est mignon !

Jusqu’au moment où, finalement, il commence à trouver pénible tout ces paparazzis, et décide de s’en aller fièrement, continuer son petit bonhomme de chemin.

Et nous de faire de même, puisqu’il nous reste encore une bonne trotte à faire. On repart tout guilleret par cette rencontre imprévue mais vraiment joyeuse. L’enthousiasme baisse petit à petit, alors que les kilomètres s’éternisent. On met du temps avant de finalement voir le toit de la petite maison qui nous sert de point de repère. La nuit commence à tomber, les moustiques à sortir. On laisse tomber les sacs. On monte la tente rapidement. On mange tout aussi rapidement. Et on disparaît à l’abris des bêbêtes qui piquent pour faire un bon dodo !

 

Freycinet jour 4 : Hazards beach track et Mount Amos

Altitude départ : 4 ; altitude arrivée : 14 ; point culminant : 454
Dénivelé : + 470, -460 

Distance : 12 + 4 km ; Temps de marche : 5 + 1 heures. 

Je ne fais définitivement pas confiance en ma tente, et c’est bien dommage. J’avais beau être à l’abris du vent, celui-ci c’est encore fait plaisir cette nuit, et a offert une série de rafale vraiment impressionnante. Bref, j’ai passé la nuit dans un demi sommeil, à me demander si la tente n’était pas en train de tomber, si un des piquets ne venait pas de se faire arracher, si je n’allais pas bientôt être dans une situation désagréable. J’ai aussi eu une petite visite de possum pendant la nuit, mais celui-ci n’a rien trouvé. Je fais désormais attention !

Au final, j’ai du dormir 4 ou 5 heures. Vraiment pas l’idéal pour se reposer… mais bon, au moins je commencerais la journée tôt. Mon objectif est d’être de retour au parking à midi pour faire l’aller retour jusqu’au mont Amos, celui-ci prenant habituellement 3 heures. Ça me laisserait amplement le temps de rentrer à Hobart. Je me projette déjà… je me souviens après 10 jours passés à Yosemite en ne mangeant quasiment pas de viande, à quel point un steak me faisait rêver. Certes, je suis resté moins longtemps. Mais il n’y a pas eut de viande non plus ; et un peu de protéines, ça pourrait faire du bien. Je me vois déposer au centre ville d’Hobart, et m’offrir un petit restaurant bien mérité. La récompense du combattant. Je salive d’avance. J’anticipe. Peut être un peu trop. Je n’arriverais pas à Hobart ce soir…

Je prends mon temps pour me préparer. Je n’aime pas me précipiter. J’ai calculé mes affaires avec suffisamment de marges justement pour ne pas avoir à me stresser. Mais une fois de plus, je me retrouve sac à dos sur les épaules ; celles-ci protestent un peu quand même. Elles rejoignent mes jambes et mes pieds et mon dos dans le club des tannés.

Remonter Hazards Beach se fait assez rapidement. Là encore, le sable n’est pas trop mou, et la marche reste supportable. Et puis j’attaque la dernière ligne droite. Plusieurs kangourous m’encouragent silencieusement sur le bord de la route. Je profite bien un peu du paysage, mais il n’y a pas grand chose à voir. Rien que  je n’ai déjà vu. Et rien qui ne vaille ce que j’ai vu la veille, même si il y a quelques belles formations rocheuses.

J’arrive au parking. Il est midi. L’heure parfaite pour me faire un dernier petit repas. J’ai calculé la bouffe juste comme il faut. Voir même peut être un peu short. J’aurais sans doute préféré avoir un tout petit peu plus. Je n’ai pas eut faim, mais avoir de l’énergie en randonnée, c’est toujours bienvenu.

Autre calcul parfait : ma bouteille de gaz rend l’âme quand mon repas est prêt. J’avais commencé à m’inquiéter la veille en la sentant presque vide. Tout aura parfaitement tenu. La tente, le matelas de sol, le sac de couchage, la bouteille de gaz. Je remercie tout ça. Je n’arrive toujours pas à savoir ce que je ferais de la tente… à la fois hyper pratique et pas du tout… à voir.

Enfin… il me reste une dernière petite formalité à accomplir. 450 mètres plus haut, le mont Amos m’attend. Il est indiqué comme très raide et épuisant, ne convenant qu’à des randonneurs expérimentés et bien équipés. En contrepartie, il promet de magnifiques points de vue au sommet. Ça vaut la peine de souffrir une dernière fois, non ?

Je cache une fois de plus mon sac ; je ne vois pas l’intérêt de l’amener jusqu’au sommet avec moi. Je pars le coeur léger mes les jambes lourdes. L’ascension démarre tranquillement pendant une petite demi heure. Puis on arrive au panneau « au delà de ce point, le chemin devient difficile et dangereux sans équipement adéquat ». Belle promesse… ça commence à monter plus raide en effet, la plupart du temps, directement sur du granit de surface. Parfait pour descendre très rapidement quand c’est mouillé. Mais là, j’ai un grand ciel bleu, aucun risque de pluie. Le bâton m’aide bien quand même.

Le sommet de Amos est relativement plat. Mais juste avant, il y a un dernier petit passage raide. 120 mètres de dénivelés, sur environ 200 mètres de distance. On n’est pas loin de l’angle à 45 degrés ! Mais personnellement, j’adore. Je me retrouve à courir à 4 pattes sur la roche. C’est certes épuisant, mais un vrai moment de bonheur en même temps. Je rattrape une mère avec ses deux enfants qui sont coincés. Je leur montre par où passer… ils n’ont pas trouvé le bon chemin. En même temps, j’envisage de leur dire de faire demi tour un peu… ça me paraîtrait plus raisonnable… je cours encore un peu, fait un peu d’escalade… j’ai oublié que j’ai mal aux jambes et au dos. Je m’amuse et j’aime ça.

Et puis le sommet est là. En fait, le sommet c’est un plateau pas très grand, avec quatre formations rocheuses dans les coins. Genre de mini forteresse, parfaitement bien aménagée. J’irais au sommet de seulement deux, les deux autres étant un peu plus compliqué à accéder. J’ai à nouveau le droit à quelques paysages époustouflants. Je revois à nouveau toute la péninsule, sous un autre angle. Tout ces endroits où j’ai été. La vue est superbe. Je crapahute dans les rochers, m’amusant comme un petit fou. J’ai le sommet pour moi tout seul ; ça ne le rend que meilleur ! Une fois de plus, je mets les panoramiques de côté pour un peu plus tard.

La descente se fait avec autant de plaisir que la montée. Le bâton, pour l’occasion, est rangé. Je descends à quatre pattes une bonne partie du temps. Je manque prendre un mauvais chemin à un moment, mais je m’en compte assez rapidement et fait demi tour. Je croise quelques personnes dans la montée. Tous sont épuisés. Moi j’ai un grand sourire. La descente est belle. C’est rare qu’une descente soit agréable, mais pour l’occasion, c’est le cas. En tout cas pour le début.

La dernière demi heure s’éternise un peu. Mes jambes se rappellent soudainement qu’elles souffrent et qu’elles ont trop marchées. Mais cette fois, c’est fini. Je peux récupérer mon sac. Hobart m’attend. Je prépare mon petit carton, reprend mon sac à dos… et recommence à marcher. Je suis fatigué, mais en même temps il y a pas mal de petites routes dans le parc. Donc plus j’avance, plus j’aurais de chances de me faire embarquer.

Une heure plus tard, après m’être offert un petit quatre kilomètres de marche en bonus, la première voiture s’arrête finalement. Je reprends courage. Je repense à mon restaurant…

Freycinet jour 3 : Bryans Beach, Mount Freycinet, Hazards Beach

Altitude départ : 4 – altitude arrivée : 4 ; point culminant : 620
Dénivelé : + 670, – 670 

Distance : 18 km ; Temps de marche : 8 heures. 

Ne pas dormir à cause des opossums est inhabituel. Ne pas dormir à cause de la pluie est plus classique. Ma tente n’ayant pas de sol sur la plus grande partie de sa surface, je suis inquiet à l’idée de voir de l’eau ruisseler à l’intérieur. Et puis même à l’abris du vent, il y a quelques rafales qui m’inquiètent un peu. Je passe donc une autre nuit à me réveiller régulièrement avant de me décider à me lever pour de bon vers 9h du matin. J’ai une journée à nouveau bien chargée aujourd’hui, à cause de mes erreurs de la veille. J’ai remplacé un 8 kilomètres de plat par un 10 kilomètres avec 600 mètres de dénivelé… sans compter les à côté.

J’ai rarement faim en me réveillant, ce qui est toujours pratique quand des opossums ont mangé votre petit déjeuner. J’ai une première petite marche pour me réveiller, consistant à faire un aller retour jusqu’à Bryans Beach. Deux petites heures aller-retour, et sans sac à dos. Ça me permet de commencer la journée très tranquillement. Et de découvrir une petite plage, un peu cachée, mais tout aussi belle que les autres.

L’aller retour se fait assez rapidement, comme prévu. De retour à la tente, je me prépare un petit repas rapide, rempli les réserves d’eau, et repart. Je ne ferais pas l’erreur de me contenter de trois litres d’eau cette fois. Sauf que 6 litres, ça commence à vraiment faire son poids. La bonne nouvelle, c’est que je ne porterais pas trop mon sac aujourd’hui.

J’ai le droit à un magnifique ciel bleu. Le mont Freycinet m’attend tranquillement. J’ai le temps, tout va bien. Je retraverse Cooks Beach. Je cache mon sac à dos derrière un arbre. Je n’aurais pas besoin de lui, vu que je fais un aller-retour jusqu’au sommet. Je pars avec un appareil photo et trois litres d’eau. Le premier kilomètre est tranquille, puis ça commence à monter. De plus en plus.

La marche est agréable ; j’avance bien ; j’en profite. À cause des arbres, je ne vois pas trop le paysage évoluer autour, jusqu’à ce que j’arrive au croisement. À gauche, ça monte sur Freycinet, à droite sur le mont Graham. C’est là que j’aurais du passer hier. Le mont Graham, 40 mètres plus bas que le mont Freycinet, ne m’intéresse pas plus que ça. En même temps, la vue pourrait être intéressante aussi. On verra quand je serais de retour ici. Chaque chose en son temps.

Il est clairement indiqué sur la description de la randonnée que ça monte beaucoup. Et aussi que le chemin n’est pas toujours évident à trouver. Ce qui est très honnête. Les indications sont souvent assez difficile à voir. Je fais quand même confiance à mon instinct, et cette fois ci, il ne me trompe pas. Graham me sert d’indicateur pour savoir combien il me reste à marcher. Ma logique est assez simple : quand le sommet de la montagne sera alignée avec la mer, ça devrait vouloir dire que je suis à peu prêt à la même hauteur. Et donc qu’il ne me reste plus qu’une quarantaine de mètres à grimper.

Ma théorie ne me paraît pas trop ridicule. En l’occurrence, une fois le sommet aligné, il ne me reste plus qu’un peu d’escalade à faire… oui, ça passe vraiment par des endroits sympa. À grimpouiller comme on peut sur des gros blocs de pierre. Et puis très rapidement après, j’arrive au sommet. Je n’ai pas trop souffert, je suis encore assez en forme. Mais surtout, la vue est tout simplement grandiose. Je vais d’un endroit à un autre, d’un rocher à un autre, multipliant les panoramiques, pour saisir l’ensemble. Je vois tout. Le mont Amos, qui m’attend demain. Le Wineglass Bay Look out, la baie elle même. Hazards Beach. Southern Island, tout l à bas au sud. Et beaucoup plus loin, une partie du reste de la Tasmanie.

J’ai fait pas mal de panoramiques… que je réserve pour dans quelques temps. Un projet qui me tient à coeur depuis un bon moment. Du coup, je les mets de côté. Je les révèlerais plus tard. LE temps de les préparer, et de tout ajuster…

Depuis le croisement, il m’a fallut juste trois quart d’heures pour atteindre le sommet. Comme quoi, des fois une grimpette bien sévère, ça permet d’économiser du temps ! Je reste un moment à admirer la vue, avant d’attaque la redescente. J’hésite un moment sur le chemin du retour. Est-ce que je m’offre le plaisir du Mont Graham en plus ? Ça veut quand même dire un autre 200 ou 300 mètres de dénivelé… j’hésite jusqu’à la dernière minute. J’ai encore beaucoup à marcher aujourd’hui. Je vais donc rester raisonnable.

Le chemin du retour se fait sous le signe des animaux. Il y a énormément de lézards tout le long de la route. Un dragon des montagnes, c’est plus rare à priori. Mais très facile à photographier. D’après les infos que j’ai, il est tellement persuadé d’être un roi du camouflage qu’il ne bouge pas, sûr que l’on ne peut pas le voir. Avoir su, j’aurais changé d’objectif pour en profiter un peu plus. Mais j’étais persuadé qu’il allait disparaître au moindre mouvement. Et puis deux magnifiques serpents noirs aussi. À priori, des “Whitelipped”. Il y a trois variétés de serpents en Tasmanie. Les trois sont relativement dangereux. Je n’avais pas vraiment l’intention d’aller lui faire des chatouilles de toutes façons.

Je ne regrette pas ma décision d’avoir laissé faire Graham. Quand je récupère mon sac, j’ai mal aux jambes et au pied. Il me reste encore une heure et demi de marche à faire. Je m’offre une pause, le temps de manger. Je ressens le manque d’énergie. Je ne pense pas que mon habitude de marcher uniquement propulser par des barres de céréales soit si mauvaise. Apport d’énergie constant et intense, ça aide à monter des montagnes ! Enfin, je me contenterais de riz aux légumes. C’est toujours mieux que rien !

J’arrive à survivre à ma dernière heure et demi de marche, mais je suis quand même bien heureux d’arriver. Cette fois-ci, il n’y a tout simplement personne. Pas d’être humain à au moins 4 ou 5 kilomètres à la ronde. Une plage juste pour moi, un coucher de soleil magnifique, et une tente installée pas loin de l’eau, mais à l’abris du vent. J’ai toutes les images de la journée dans la tête. Je me couche tôt. Je dois me lever tôt demain. J’ai 6-7 heures de marche de prévu, plus un retour à Hobart en stop. Une dernière journée où il faut que je sois en forme !

FireStats icon Powered by FireStats