Tête en bas

Down under wandering. Archipelagoes to islands; beaches to deserts; mountains to cities.

Archive for the ‘Smart Advice?’ Category

I’m a swagman!

  • English: I'm a swagman!
  • Français: I'm a swagman!

A swag is one of the symbol of australian outback. As long as you haven’t try it, you don’t really understand. Your not sure. You’re asking question. And then, one night, you end up sleeping in a swag. And you can’t sleep in anything else after that. You even end up buying one!

Swags came from germany, but was not really adopted in his mother country. The weather was not the best for it. But Australian climate was just perfect, and it was a great success. Lot of ozie have there own swag (specially those traveling in the outback).

Good. But what it is exactly? Well… it’s the son of a tent and a sleeping bag. Imagine a sleeping back, with a mattress in it, in a big strong fabric, and you’ll get the idea. Perfect for sleeping outside when the weather is nice to watch the star. If it’s a little bit to cold, you can bring the fabric back to protect your poor little noise. Just perfect! But why only it the outback? I haven’t try the waterproofing of a swag yet, but I can of feel that you prefer to be in a dry place. You also prefer to be in a warm place, as camping outside when it’s freezing is… freezing. And it’s also the pleasure of watching the star. And there’s no better place that the remote australian outback for that. Swag was used a lot by worker/wanderer, going from one farm to an other one. Very handy: you roll all your stuff in the swag, and in 30 seconds, your ready to go to bed. The next morning, you’re ready to go in 30 seconds too. Not really easy when you’re hitch hiking or traveling light. But perfect if you have a car!

So…

A rolled swag looks like that :

An open swag with a sleeper in it looks like that :

And if you want, you can transform your swag to a comfy couch:

As the swag is really classical in australian culture, we find it in the very famous song “Waltzing Matilda”. Probably the most known traditional australian song. Yes, a Matilda is a swag. And a swagman is a wanderer. If you want to complete story of the song, a visit to wikipedia is a must: http://en.wikipedia.org/wiki/Waltzing_Matilda

Once a jolly swagman camped by a billabong
Under the shade of a coolibah tree,
And he sang as he watched and waited till his billy boiled:
“You’ll come a-waltzing Matilda, with me.”

Waltzing Matilda, waltzing Matilda
You’ll come a-waltzing Matilda, with me
And he sang as he watched and waited till his billy boiled:
“You’ll come a-waltzing Matilda, with me.”

Down came a jumbuck to drink at that billabong.
Up jumped the swagman and grabbed him with glee.
And he sang as he shoved that jumbuck in his tucker bag:
“You’ll come a-waltzing Matilda, with me.”

Waltzing Matilda, waltzing Matilda
“You’ll come a-waltzing Matilda, with me”,
And he sang as he shoved that jumbuck in his tucker bag:
“You’ll come a-waltzing Matilda, with me.”

Up rode the squatter, mounted on his thoroughbred.
Down came the troopers, one, two, three.
“Whose[N 1] that jolly jumbuck you’ve got in your tucker bag?
You’ll come a-waltzing Matilda, with me.”

Waltzing Matilda, waltzing Matilda
“You’ll come a-Waltzing Matilda, with me”
“Whose that jolly jumbuck you’ve got in your tucker bag?
You’ll come a-waltzing Matilda, with me.”

Up jumped the swagman and sprang into the billabong.
“You’ll never catch me alive”, said he.
And his ghost may be heard as you pass by that billabong:
“You’ll come a-waltzing Matilda, with me.”

Waltzing Matilda, waltzing Matilda
“You’ll come a-waltzing Matilda, with me”
And his ghost may be heard as you pass by that billabong:
“You’ll come a-waltzing Matilda, with me.”

Easy guide to van relocation in Australia

  • English: Easy guide to van relocation in Australia
  • Français: Easy guide to van relocation in Australia

What’s a van relocation?

Van rental is very popular in Australia. It’s definitely a nice way to discover the country, and lot of people use it. But the touristic season doesn’t happen everywhere at the same time. Most people will go to Tasmania in summer time, and people will usually try to avoid Alice Springs when it’s to hot. Because of that, rental companies doesn’t need to have lots of van everywhere at the same time. You don’t really need to keep 100 campervans in Hobart during winter. They are definitely more useful in West Australia or in Queensland. Because of that, the majors van rental company often need there van to be moved from one place to an other, to optimize the use of there fleet. It’s way cheaper to have a van 4 months in Hobart and 8 months on the mainland, that having two vans, used only half the time. That’s what we call a relocation. Driving a van, one way, from a major city to an other one. And for people who like to travel for cheap, it’s a great opportunity.

 

Why relocation is cheap?

Because the rental company really need there van to be moved, they usually offer really interesting rates. Most of the time, you won’t pay the rental (well, actually 1$ or 5$ per day). Of course, you won’t have any one way fee. And quite often, the company will also pay for the gaz. Or part of it. You’ll just have a couple of day allowed. It is not an holiday rental. It is a relocation. It is a win win arrangement most of the time, if you know exactly what you’re looking for and if you do it well. On a personal opinion, as I’m helping the company, I’m expecting them to help me back. I never accept a relocation if the company doesn’t pay part of the gaz. I want to be a winner to. But this one is definitely up to you.

 

How can I find a relocation?

Internet is your best friend. I’ve been spending quite a lot of time, looking at different website, checking what they offer, and the way they work. A couple of them just advertise exactly the same thing. After a while, I managed to pick up 4 websites. They are all in my bookmark, and I visit them quite often.

Stanby Relocs : http://www.standbyrelocs.com/
This one is the most popular. And the worst one. It took me a little while to realize, and I already did a couple of reloc with them at that time.
Good thing: You can call them straight away. You see a relocation that you like, you take your phone, you call, the deal is done. They usually have more relocation listed than other website. They also have relocation in NZ and USA.
Bad thing: They are asking fees. 25$ per booking. Not so much… except if you know that the other website don’t. Even worst: they always offer 40$ less when gaz is paid. When all website advertise a 150$ for a Melbourne – Adelaïde, they offer a 110$.

Transfercar: http://www.transfercar.com.au/
My favorite, because it’s the only one who keep a file about you. You can not call them. You have to make a request, and the van company approve or decline. The most relocation you had with them, the better luck you’ll have to get the next. I like this fidelity system, as I’m doing a lot of relocation.
Good thing: No fee. Fidelity system. Still a good list of relocation.
Bad thing: You don’t know immediately if you got the reloc. You have to wait. Usually a few hours. It’s a little bit hard at the beginning. When your first relocation is done, it’s way faster, and way easier. They are asking you for your card number when making a request, but don’t take any fee on it.

Drivenow: http://www.drivenow.com.au/onewayrentals.jspc
An other interesting one, because you can phone them just after sending a request, so you usually don’t have to wait.
Good thing: No fee. You can call, no need to wait. NZ relocation listed to.
Bad thing: The relocation list is usually less interesting.

Apollo Camper: http://www.apollocamper.com/reloc.aspx
Apollo is a rental company, and they advertise there own reloc (you usually find them also on Stanby reloc, and sometime on transfercar and drivenow).
Good thing: Relocation in USA and NZ too. . Not sure if they have booking fees.
Bad thing: Most of the time, there relocation are not interesting (25$ per day, no gaz paid).
I haven’t done a reloc with them yet.

 

What else?

- You’ll have a maximum number of day. Usually, company except you to drive around 500kms per day. You’ll do a lot of driving, but you still have the time to visit a little. A relocation is a great way to go from one place to an other for a cheap price. Not a great way to relax and take your time.
– Some time, company will allow you a few extra days. Most of the time, you’ll have to pay 75$ per day.
– You also have a maximum kilometers you can drive. Usually, you’ll have the distance between the 2 places + 500 kms. This is way enough if you’re on a Sydney Melbourne, or Adelaïde Melbourne. Be more careful on long distance, sometime kms disappear quickly. Usually, the price is $.5 per extra kilometers. That go up fast.
– Pickup is after 10 am, drop off before 3PM. So if you have 4 days, you actually have 3 days + 5 hours. Keep that in mind.
-You have to pay a bound. Usually $1000. On a credit card, under the name of the driver. Some time, they will take the money and refund it. Sometime, they will just freeze it. In the first case, be very careful with international credit card: You’ll have fee at payment and at refund, and different change rate. It used to cost me between $60 an $80, just in bank fee.

 

BE VERY CAREFUL:

- if you don’t give the van back on time, the contract says that they can keep the bond. It never happened to me, but I definitely don’t want to try to negotiate. Be on time.
– be very careful when reading the rental agreement, specially the insurance part. I discovered, after a few thousands kms drove by night, that insurance might be void if you’re driving by night.
– Don’t forget that those van consume around 13L/100kms. Much more than a car. And they run with diesel. Do some math before booking to see how much the relocation will actually cost you.

 

What about the rental company?

- Britz is the major rental company in Australia, and you can expect to do most of your reloc with them. Van are comfy and all furnished (including towels, sleeping bag, …). But customer service is really bad. “Hey mate, you’re on a reloc, you pay less than other, so just wait”.
-Maui is kind of the same company than Britz. They share the rental office, so you can expect the same customer service.
-Juicy Rental have green and purple van. I was supposed to do a relocation with them, but at the end, I could not. I transfer my relocation booking to a friend with no problem. And definitely had great customer service.
– Haven’t tried any other company yet. Hope to be able to update the list.

 

Is relocation for you?

- You love driving.
– You don’t mind being in a hurry.
– You love driving.
– You want to go from one place to an other for a good price.
– You love driving.
– You want to experiment a different way of traveling.
– You love driving.
– You don’t mind spending a lot of time in a moving vehicle, looking outside and feeling that it’s nice.
– You love driving.
– You want to do a cray road trip at least one in Australia. 2,200kms in 5 days from Melbourne to Alice Spring. 3,000 kms in 7 days for Darwin to Melbourne…

 

I don’t like van. I want to drive a car.

No worries mate. There’s also car rental company in Australia. All the website listed before also advertise car from time to time. Sometime, you’ll find a 12 seats van. Just think about how awesome it can be. Also, most car rental company (Budget, Avis, Hertz, Europcar, Redspot, Thirfty…) have a “special deal” tab, with a “one way” option. That works kind of the same way. But you’ll be driving a car.

Le transport en commun à Melbourne

Ayant réussi à comprendre le système de transport en commun à Sydney, je suis persuadé que plus aucune ville ne sera capable de me résister. Je me demandais quand même si Melbourne serait aussi compliqué, et aussi cher. La réponse s’impose d’elle même : non ! Même s’il semble y avoir plusieurs compagnies différentes pour gérer un magnifique réseau de tram, les bus et les trains, les tickets sont valables partout. Pas de soucis de correspondances : vous avez les tickets valides deux heures (3,80$) et les tickets à la journée (7$). Vous validez dans un tram, continuez dans un bus et terminez dans un train si vous en avez envie. Il y a trois zones. « City Saver », qui correspond à un centre ville un peu élargi, et qui permet déjà d’aller en pas mal d’endroits. La zone 1 permet d’aller à peu prêt partout (les tarifs donnés juste avant sont ceux pour cette zone). La zone 2, enfin, correspond aux banlieues un peu lointaine et n’intéressera ni un touriste, ni quelqu’un qui aime vivre pas trop loin de là où la vie se déroule. Il existe aussi des abonnements hebdomadaires (30$) et mensuels (113$) ce qui est, là encore, tout à fait raisonnable.

Et en dehors de ces considérations purement monétaire ?

Voilà à quoi ressemble le plan de tram de Melbourne. Inspirant, non ? Le réseau et les correspondances sont particulièrement bien conçus. Jusqu’à présent, on n’a jamais eut à changer de tram plus d’une fois. Bref, déplacement facile, rapide, confortable (la clim dans le tram, on aime).

Juste un petit bémol : le plan est quand même un peu compliqué à saisir. Il n’est pas toujours évident de savoir où descendre pour une correspondance. De plus, tout les arrêts ne sont pas indiqués. Sur le plan général, il est facile de voir que quasiment aucun arrêt est indiqué. Il n’est pas toujours évident de savoir où l’on doit aller, et quand descendre. C’est la même chose sur les plans de lignes : les principaux arrêts sont indiqués, mais pas les intermédiaires. On a fait le coup une fois : « reste 4 arrêts ». On descend après 4. On est perdu. On fait l’erreur une fois, pas deux. Après, on attend 6-8 minutes le tram suivant (oui, c’est assez fréquent quand même) ou on marche 3 minutes pour les 2 arrêts trop tôt.

Autre petite subtilité : les voitures roulent à gauche. On s’y habitue vite. Les trams aussi. Et, étrangement, ça prend un peu plus de temps à s’y faire. Donc à plusieurs reprises, on a eut à traverser en voyant le tram arriver, vu que l’on n’était pas du bon côté. Bon, après, ça c’est pas la faute de Melbourne !

Dernière petite critique : les trams circulent en général au milieu des artères. Du coup, pour économiser la place, les arrêts sont souvent assez étroits, et ne sont pas rehaussés. Il faut donc être très attentif à la ligne blanche pour ne pas la dépasser, et rentrer la bedaine quand le tram arrive. Conséquence : la plupart des arrêts et des circuits ne sont pas accessibles aux fauteuils roulants, et sont assez complexes à prendre avec poussettes ou beaucoup de bagages. Mais là aussi, on s’y fait.

Bref, Sydney est loin de faire le poids au niveau des transports. Et Melbourne serait un très bel exemple pour Montréal au niveau du tram !

Trouver un job à Sydney

Ça fait un bon moment déjà que je me garde le sujet sous le coude. Parce que je suis bien conscient que les quelques lignes que j’ai écries sur l’installation à Sydney sont tout sauf suffisantes pour vraiment expliquer la situation. J’attendais, parce que j’espérais vraiment l’approche positive « voilà tout ce que j’ai fait pour trouver un job ». J’ai finalement découvert les limites de mon optimisme. Il aura quand même duré un peu plus d’un mois, ce qui, je trouve, est considérable vue la situation. Je commencerais donc par « je n’ai pas trouvé un job, malgré tout mes efforts ».

Si vous vous rappelez bien, je m’étais donné comme objectif « trouver un appartement la première semaine, un travail la deuxième ». À vrai dire, j’avais atteint mon objectif… ou presque. Parce que l’une des choses qu’il faut savoir, déjà, c’est que les australiens sont fans de « trial period ». Une journée de test quoi. J’avoue que quand on m’avait dit « vient lundi, de 16h à 22h, pour s’assurer que tout se passe bien », je voyais la job dans la poche. Surtout que tout c’est super bien passé. Mais non. J’ai appris le lendemain qu’ils engageaient quelqu’un d’autre. Sans plus de détails. Donc si j’ai eut ma job dans la deuxième semaine, elle n’aura duré qu’une journée. En même temps, vu la facilité avec laquelle je l’avais attrapé, j’étais parti hyper optimiste.

J’ai décidé de me battre sur deux fronts en même temps, en privilégiant mon point fort : le graphisme. En venant ici, j’avais envie de profiter de l’occasion pour faire de nouvelles expériences au niveau boulot. L’idée n’étant pas de faire un changement de carrière, mais bien de faire une petite pause. Quoi de mieux que l’autre bout du monde après tout ? J’ai finalement changé d’avis, pour des raisons financières, mais aussi par réalisme. En fait, j’ai fait un test tout bête… à force de croiser des français et des allemands à tout les coins de rue, de ne recevoir que ça en requête sur couchsurfing, et de les voir inonder d’annonces gumtree (les petites annonces locales), je me suis dit que ça cachait un truc. Le Permis Vacances Travail n’est pas contingenté en Australie. On l’obtient en 30 minutes. Après ça, il suffit d’acheter un billet d’avion. Et l’Australie, c’est très clair, on nous la présente comme l’Eldorado. Des échos que j’ai eut, c’était le cas il y a quelques années, moins aujourd’hui. Bref, voyant ces hordes de PVTistes, arrivant de partout, j’ai décidé de faire un test histoire de mieux connaître la situation à Sydney. À une semaine d’intervalle, j’ai donc posté deux annonces. Sur le modèle de toutes celles que l’on retrouve dans la catégorie « job » de Gumtree (définitivement le point de ralliement des PVTistes à Sydney). La première pour un poste de Barista (donc un job avec des compétences minimales requises) dans un café, la deuxième pour un job d’aide en cuisine (donc quasiment aucune compétence requise). Rien d’extraordinaire, pas de promesses mirobolantes, que du basic. Expérience des plus concluantes. Quelques chiffres pour que vous compreniez :

– Pour l’annonce de Barista, j’avais déjà 5 réponses après 20 minutes, 60 en 6 heures et 75 après 24 heures (durée de vie de l’annonce, en gros ; après, elle est perdue dans l’amoncellement des nouvelles annonces et ne produit quasiment plus de résultat). Sur les 75 annonces : 11 se déclarent en PVT (donc probablement au moins le triple avec ce statut). 8 s’annoncent comme français, 5 italiens, 4 allemands, 4 coréens, 4 anglais. Autres pays représentés : Canada, Tchéquie, Japon, Brésil, Lithuanie, Indonésie. Enfin, 5 étudiants australiens. 13 avaient ce qu’il fallait, 3 se présentaient particulièrement bien.

– Pour l’annonce d’aide en cuisine, j’ai simplifié les statistiques : 10 réponses après 20 minutes. 50 en 2 heures. 84 en 5 heures. 122 en 24 heures.

Oui, j’ai un peu saturé mon adresse courriel pour l’occasion !

Une seule chose à faire, donc, si vous voulez espérer trouver un boulot sur Gumtree : rafraichir la page aux 10 minutes et réagir très vite. Ne perdez pas votre temps à répondre à des annonces si vous n’avez pas le profil exact, et il est quasiment inutile de répondre à une annonce qui a plus de 6 heures…

Maintenant, j’ai fait une autre constatation, tout aussi intéressante : la plupart des mails que j’ai reçus pour l’occasion étaient tout simplement catastrophiques. Du style « je suis en PVT, votre job m’intéresse, appelez moi ». Pour optimiser mon analyse sociologique, j’ai décidé de faire du croisement d’informations. Mon autre excellente source d’informations concernant les gens en voyage à Sydney est évidente : c’est couchsurfing. Oui, on continue d’héberger, même en Australie. Phénomène intéressant, juste après nous être mis disponibles pour héberger, mon profil s’est mis à sortir en deuxième place dans le moteur de recherche. Celui d’Iris en troisième. On s’est donc retrouvé à recevoir beaucoup de demandes d’hébergement. Et on a constaté exactement le même je m’en foutisme. « Je suis français en PVT, j’arrive à Sydney dans trois jours, ça serait cool que vous m’hébergiez, vous m’avez l’air sympa ». La plupart en provenance de profil créé il y a quelques semaines maximums.

Le profil type du PVTiste à Sydney ? Un branleur, pas motivé, pas intéressant, qui vient ici pour se saouler la gueule tout les soirs. Il vient de finir ses études, c’est son premier voyage, et il vient apprendre l’anglais (oui oui, en demandant à des francophones de l’héberger, ne cherchez pas la contradiction). J’ajouterais qu’à mon avis, pour la plupart, papa et maman sont derrière pour financer le projet, parce qu’on leur a dit qu’en étant bilingue, fiston aurait plus de chance à trouver un travail. Bref, fiston essaie désespérément de trouver une job à Sydney, découvre que la vie est cruelle, mais que les trois allemands, l’italien et l’anglais avec qui il partage sa chambre sont vraiment cool. Alors il peut sortir tout les soirs boire une bière (ça aide pour parler anglais), et tout va bien. Il ira faire du fruit picking dans un mois. Avec d’autres français, parce que ça le saoul de parler anglais de toutes façons (ça doit être la bière).

Vous avez sans doute l’impression que je m’égare. Après tout, j’étais parti pour parler de la difficulté de trouver un job. Ce qu’il faut que vous compreniez, c’est que moi aussi j’ai l’étiquette PVTiste français collée sur le front. Avec tout ce que ça implique. Ça m’a pris du temps à comprendre ça. Ça m’a pris du temps à insister sur le fait que j’étais un vieux bilingue de 31 ans et pas un jeune nouvellement diplômé au phrasé incertains. Ça m’a permis de décrocher une entrevue, qui par ailleurs c’est très bien passé, mais ça n’a pas été suffisant…

J’ai décidé de laisser tomber Gumtree. J’y fais une veille, du coin de l’oeil, au cas où je trouve quelque chose dans les environs, pour y courir en personne, déposer mon CV.

J’ai aussi fait pas mal dans le porte à porte. Marcher, j’aime ça. Découvrir des nouveaux quartiers, j’aime ça aussi. Que le CV déposé dans une fromagerie qui cherchait un employé n’ai pas eut de retour, ça fait partie des choses qui, c’est con, m’ont fait du mal à l’optimisme. Après tout, pour l’occasion, j’en ai de l’expérience dans le fromage !

À côté de ça, donc, j’ai cherché comme graphiste. J’ai fait tout comme il fallait, suivant le guide du parfait chercheur d’emploi point par point. Envoyé des lettres de motivation personnalisées quand c’était possible (je reviendrais dans un autre article sur les agences de placement), un beau site tout beau tout neuf tout propre, un profil Linkedin parfait avec de belles références… et là, à priori, j’ai eut plus de résultats. Les CVs ont abouti sur quelques entretiens. Les entretiens se sont super bien passés… mais n’ont pas été concluant. Malgré un suivi par après…

Bref, après un peu plus d’un mois d’optimisme débordant, j’ai reçu le coup fatal hier. Il semblerait que le numéro de téléphone que j’ai activé avec Skype ne fonctionne qu’en partie. Certains appels ne rentrent pas. Combien de téléphone j’ai raté à cause de ça ? 1 ? 5 ? 10 ? Je le saurais jamais.

La saison de Noël approche à grand pas. Côté graphisme, ça s’annonce comme au Québec. Période creuse. Les annonces commencent à se raréfier. Les étudiants ont fini les cours. Ils viennent se précipiter sur Gumtree eux aussi. Et l’employeur qui doit choisir entre un PVTiste et un étudiant australien, à compétences égales, il choisit l’australien. Je n’irais pas le blâmer pour ça.

 

Alors… après tout ça, quelle est la suite du programme ? Iris a encore une semaine de cours d’anglais, mais on va bientôt plus vraiment pouvoir se permettre de payer un loyer sans rentrée d’argent. On a commencé à mettre en place un plan B. On change notre fusil d’épaule. On tente une autre approche. À défaut de finir sur une petite note joyeuse un très long post plutôt rébarbatif, je vous laisse au moins une petite note de suspens en attendant la suite !

 

— Petit ajout suite à un oubli :

En fait, j’aurais pu avoir un travail. Après avoir répondu à une annonce franchement intéressante, je me suis retrouvé à discuter avec la gérante d’un loueur de van. Il cherchait une personne bilingue pour nettoyer les vans, et assurer le service à la clientèle. Une aubaine relativement intéressante, même si la partie nettoyage n’était pas plus intéressante que ça. Le contact avec les gens me plait. Ça me tentait bien. En plus, ils demandaient un candidat bilingue… au final, la madame m’a dit qu’il n’y aurait que du nettoyage à faire. Pas de vente. Le bilinguisme, c’est plus pour être capable d’accueillir les clients. Pas non plus d’à côté du genre « vous pouvez louer un van moitié moins cher puisque vous travaillez pour nous ». Et le tout, évidemment, au salaire minimum. À 45 minutes de l’appartement.

Je n’ai pas l’intention de piler sur mes principes et de me brader. On demande pas à quelqu’un d’être bilingue si c’est pour le payer le salaire minimum. Je n’ai pas non plus l’intention de travailler en dessous du salaire minimum (il y a pas mal d’annonces comme ça). En tant que « vieux expérimenté », j’ai quelques principes qui, même s’ils ne sont pas nombreux, sont là quand même. Les employeurs, à mon avis, sont parfaitement conscient de la situation. Ils savent qu’il y a une main d’oeuvre facile à exploiter, facile à changer, et relativement inépuisable tant que le PVT ne sera pas contingenté. Alors ils en profitent tant qu’ils peuvent eux aussi.

Sur les trotoirs et les terrasses de Sydney

J’ai hésité à donner comme titre quelque chose comme « de l’essence de la vacuité ». Mais je me suis dit que ça allait faire un peu trop pompeux. Et puis ça ne veut pas vraiment dire ce que je voulais dire de toutes façons. Alors bon…

Le temps passe à une vitesse assez impressionnante. Ça fait déjà plus de trois semaines que l’on est à Sydney. Difficile de s’en rendre compte à vrai dire. Et jusqu’à présent, si j’ai quand même écrit un peu sur ce qu’il se passait, le ressenti n’a pas eut trop sa place. Je voulais prendre le temps, ne pas m’arrêter sur les premières impressions, faire le tri. Essayer de rester objectif.

Au final, je n’ai pas vraiment encore d’opinions définies sur la question. Je continue à observer, à attendre, à observer. À vrai dire, c’est la première fois que je me trouve dans la situation de découvrir une nouvelle vie avec autant de temps devant moi. Et avec autant de restrictions dans le même temps. Comme par exemple le fait de devoir trouver du travail, et de devoir minimiser les dépenses au maximum en attendant.

Parce qu’une chose est sûre, et saute très rapidement aux yeux. La vie à Sydney est chère. Très chère. Le problème revient. Souvent. Quand on cherche un appart. Quand on veut prendre le bus. Quand on veut se payer une bière. Quand on veut aller au cinéma. Quand on envisage d’aller à un festival. Quand on veut manger au restaurant. Évidemment, je pense/espère que ce problème sera réglé une fois que la question du travail sera réglée (je ferais prochainement une mise à jour sur cette importante question).

Une autre chose est sûre également. Sydney est une ville magnifique. Il s’agit bien évidemment de mon opinion à moi. Iris voit les choses différemment. Je lui laisserais le plaisir de s’exprimer sur la question.

IMG_4872.jpg

Sydney est magnifiquement belle. On prend la situation magnifique de Vancouver, sur le bord de l’eau, les grattes-ciel récents, une recherche architecturale intéressante, on ajoute les palmiers et le soleil de San Francisco. Les rues sont propres, on ne trouve pas vraiment de vieux bâtiments en ruine abandonnés… d’un point de vue purement esthétique, donc, il se pourrait bien que j’envisage d’affirmer que Sydney est plus belle que Chicago, San Francisco ou Vancouver.

C’est très clairement de cette dernière que Sydney se rapproche le plus. Et je ferais exactement les mêmes critiques pour la capitale du New South Wales que pour la plus grande ville de Colombie Britannique. La ville est trop propre, trop belle, trop plastique. Il manque la patente qui vient marquer Montréal et San Francisco. Il manque un peu de « trash », d’humanité, de vie. Comme un appartement design parfaitement rangé manque de chaleur, Sydney est assez froide. Il n’y a rien qui dénote. Rien qui ne ressorte. Rien qui s’essaie à dire quelque chose.

IMG_4927.jpg

On a beaucoup marché. On n’a évidemment pas encore tout vu, mais on a repéré quelques quartiers. Ça manque de petites boutiques ouvertes par des audacieux. Où est le styliste qui a parti son petit projet pour vendre les vêtements qu’il dessine avec beaucoup de soin et de goût ? Pourquoi tout le monde est pareil, identique, construit sur un même moule ?

Je parlais de vacuité au début, et là encore, je me retrouve un peu à Vancouver. Avec des gens tous sur le même modèle, sur le même style. Le dernier jean griffé, la dernière robe à la mode. Plus c’est court, mieux s’est. Les chaussures que les filles portent pour sortir les vendredis et les samedis, mon amie danseuse à Montréal aurait qualifié ça de « chaussure de strip teaseuse ». Au vue de la démarche et de la tenue, on n’en est pas si loin.

IMG_5339.jpg

Notre quartier, c’est LE quartier pour sortir. On se croirait sur la rue Crescent à Montréal, et ça en est assez déprimant. Même en s’éloignant un peu, les gens ne nous font pas envie. Les bars ne nous font pas envie. Et le prix de la bière non plus. Alors on continue d’observer, pour le moment, curieux.

J’ai souvent entendu dire que le Québec était à mi-chemin entre l’Europe et l’Amérique du Nord, et je n’ai jamais été d’accord avec cette affirmation. Par contre, je la reprends soudain volontiers pour Sydney. Un mode de vie nord américain, un modèle de ville nord américain, mais des rues dans tout les sens, des changements de directions, et aucun angle droit. Dans les épiceries, on se sent plus en Europe qu’aux États Unis. Mais quand on quitte la rue Georges, pour prendre la rue William avant de tourner sur Victoria, on se dit qu’à Montréal, au moins, les noms de rue ont plus de charme ! Ce mélange des genres me surprend. En fait, il nous surprend tout les deux. Si moi je suis un peu déstabilisé par le côté européen de la ville, c’est le côté nord américain qui énerve Iris. Mélange assez intéressant.

Et puis Sydney, c’est aussi une ville de backpackers. Français et Allemand principalement qui, comme nous, débarque ici avec un sac à dos et plein d’ambitions. Ils vont devenir serveurs dans un bar ou dans un restaurant, découvrir la ville et faire la fête tout les soirs. Là où certaines villes tirent de cette déferlante de voyageurs un petit côté bobo qui a quand même un certains charme (je pense à Nelson, en Colombie Britannique, ou même à San Francisco), ou d’autres deviennent plutôt trash (comme Montréal ou Portland, dans l’Oregon), Sydney, elle, ne voit là dedans qu’une magnifique pompe à fric. Les revendeurs de van fleurissent à tout les coins de rue. Tout comme ces agences qui vous proposeront les meilleurs tarifs pour aller voir la grande barrière de corail, et Ayers Rock. A un prix défiant toute concurrence, et garanti imbattable bien évidemment. Le backpacker peut oublier son guide du routard à Sydney. Il est mieux de sortir sa carte American Express !

Moi, pour le moment, l’Amex j’en ai pas. j’ai juste des cartes de crédits dans deux devises différentes. J’en aurais bientôt une nouvelle dans une nouvelle devise. Je reste un peu mitigé pour l’instant sur Sydney, car la ville semble avoir beaucoup à offrir à celui qui peut se le payer. Et j’ai bien l’intention d’en avoir les moyens très bientôt.

Si dors et déjà je déconseillerais à des personnes voulant faire un voyage économique de passer plus de 4 ou 5 jours à Sydney, je me réserve encore pour les conseils que je donnerais à des voyageurs plus aisés. Ou un PVTiste qui aurait un job comme graphiste… qui sait !

Petit guide pratique du nouvel arrivant à Sydney

Nouvel hémisphère, nouveau continent, nouveau pays, nouvelle ville. Ça demande quand même un certains nombre d’adaptations, et ça prend un petit moment pour tout mettre en place. Mais tranquillement, l’oiseau fait son nid, et le PVTiste s’installe. Il y a ces choses auxquelles on a pensées ; il y en a même qu’on peut anticiper. Et puis il y a ce que l’on découvre sur place. Et ça garde bien occupé.


L’activation du PVT

C’était la première fois que j’allais quelque part avec un PVT. Mais des visas divers et variés, j’en ai quelques uns à mon actif. Trois, pour être exact : deux visas étudiants au Québec, puis une résidence permanente. À chaque fois, ça a été les questions, les échanges, et des délais horriblement longs aux douanes. Alors quand on a dit à la madame « on vient en PVT pour une année » et qu’elle s’est contenté de nous mettre un tampon dans notre passeport, sans même demander un seul papier (numéro de dossier, preuves financières, etc…) on a un eut un doute. Suffisant pour que je fasse demi tour et que je demande à quelqu’un d’autre. Mais non. Un PVT, en Australie, c’est juste un tampon qui prend 5 minutes à avoir et qui permet de rester une année. Bon… ça, c’est simple, et c’est fait.

La recherche d’appartement

C’est sans doute par là que tout commence. Parce qu’avoir un appartement, c’est moins cher que l’hôtel ou l’auberge de jeunesse. Et beaucoup plus confortable. Et puis ça permet aussi d’avoir une adresse à donner à ces centaines de personnes qui veulent absolument connaître votre adresse. Plusieurs petites subtilités à savoir au moment de chercher un appartement :

  • - Les loyers sont toujours indiqués à la semaine (pw : per week) et doivent être payées aux deux semaines.
  • - En général, on vous demande également une caution représentant quatre semaines de loyers.
  • - Comme on paie toujours le loyer deux semaines à l’avance, préparez vous donc à payer 6 semaines de loyer (un mois et demi) d’un coup au moment de la signature du bail. Vu le montant des loyers, vous avez intérêt à anticiper et à avoir du liquide devant vous, une carte de crédit étant généralement plafonné à 500AUD par retrait. Ou alors plusieurs cartes de crédit. C’est une expérience intéressante que de se poser devant une machine puis d’insérer les cartes, les unes après les autres. Il m’en a quand même fallu quatre pour avoir assez d’argent !
  • - On vous demandera évidemment si vous travaillez. À priori, l’argument « je viens d’arriver en PVT, et pour obtenir mon PVT il m’a fallut prouver que j’avais suffisamment de ressources disponibles à savoir 3000$ » a été plutôt bien perçu comme argument.
  • - Les baux sont la plupart du temps de 3 ou 6 mois. Au delà, un préavis de deux semaines permet d’y mettre fin.

Internet reste bien évidemment le meilleur moyen pour trouver un appartement. Gumtree (http://sydney.gumtree.com.au) sera probablement votre meilleur ami. Vous trouverez aussi des choses intéressantes sur http://rent.com.au et http://realestate.com.au . Bon à savoir également : les visites sont généralement à une date et une heure précise (du moins quand assurée par un agent immobilier). Vous serez donc un petit groupe à visiter l’appartement, et à le vouloir en même temps. À priori, les appartements ne restent pas disponible bien longtemps. Inutile de remonter plus d’une semaine en arrière dans l’historique des petites annonces.

Trouver un travail

La recherche d’emploi sera probablement la deuxième urgence à régler. À moins que vous soyez arrivé avec des ressources illimitées, vous verrez que l’argent s’envole vite en arrivant à Sydney. Le PVT ne permettant pas d’accepter de contrats de plus de 6 mois, ça vous ferme un certain nombre de portes. Par contre, le monde de l’hôtellerie, de la restauration et du service sont bien habitués à voir des gens débarqués de partout dans le monde et ne pouvant pas travailler plus de six mois. Pour trouver un emploi, Gumtree est encore une possibilité. Mais vous aurez à faire face à beaucoup de concurrence. L’idéal reste donc de vous faire un CV à la mode australienne, et de vous promenez un peu partout dans les rues en cherchant les feuilles annonçants « now hiring » et « staff wanted ».

Si vous voulez aller chercher du côté d’internet, quelques petites ressources utiles :

  • - www.seek.com.au : le principal moteur de recherches de travail en Australie. Vous y trouverez également pas mal de conseils (notamment sur comment faire un CV à l’australienne) et la possibilité de vous créez un profil, en espérant qu’un employeur vous contact directement).
  • - www.monster.com.au : là aussi, un site de recherche assez généralisé, qui vous donnera accès à pas mal d’annonces
  • - www.theloop.com.au : celui-ci m’a beaucoup plus intéressé, puisqu’il est plus orienté graphisme, marketing, vidéo, etc… jobs plutôt créatifs donc. Plusieurs modes de recherches, très pratique également pour les pigistes/freelancers.

Pour travailler en Australie, il vous faudra un TFN (Tax File Number). Comme vous le verrez partout, ce numéro n’est pas obligatoire. Par contre, si vous n’en avez pas, vous allez être plus que hyper taxé au niveau impôt sur le revenu. Ça s’obtient en 10 minutes sur internet (cherchez TFN dans votre moteur de recherche préféré). Par contre, il faut être déjà rendu en Australie pour en faire la demande. En obtenir un est gratuit, et le numéro vous suivra toute votre vie. Il vous sera envoyé par la poste, sous une semaine environ. Vous pouvez commencer à travailler même si vous n’avez pas reçu votre TFN, et le donner plus tard à votre employeur.

Si vous voulez travailler à votre compte (travailleur autonome) il vous faudra un ABN (Australian Business Number). Là encore, c’est gratuit et la demande se fait sur internet (http://abr.gov.au). Vous pouvez faire une demande sans avoir reçu votre TFN, mais j’imagine que c’est mieux d’attendre de l’avoir.

Deux grands classiques pour les PVTistes : travailler dans un café, ou dans un bar. Là encore, deux choses à savoir. Pour les australiens, le café fait parti de la culture. Il en existe de nombreux types différents, et vous avez donc intérêt à parfaitement maîtriser l’art de faire le café. Si ça n’entre pas dans vos compétences, vous trouverez très facilement des formations comme « barista ». Généralement sur une ou deux journées. Comptez une centaine de dollars. On vous apprendra à utiliser la machine à café au mieux pour rendre vos clients heureux.

Pour avoir le droit de vendre, ou de servir de l’alcool, vous avez besoin du RSA : Responsible Service of Alcohol. Il s’agit d’une formation qui dure 6 heures, et qui coûte une centaine de dollars également. On vous apprendra les différentes lois qui régissent le service de l’alcool. Ne vous inquiétez pas : c’est juste une formalité. Même si vous ne parlez pas très bien anglais, vous pourrez obtenir la certification sans problème. Vous n’apprendrez pas grand chose, même si c’est quand même assez intéressant d’un point de vue culturel (le rapport des australiens à l’alcool). Des formations, il y en a tout les jours, aux quatre coins de Sydney. Pas besoin, à priori, de réservez six mois à l’avance. Je n’ai eut aucun problème à en trouver une avec 12 heures de préavis. Une fois la formation terminée, on vous donne un certificat temporaire, à présenter à votre employeur. Ce certificat est valide deux mois. Avant son expiration, il vous faudra aller dans un bureau de poste pour vous faire faire une carte certifiée. Celle-ci est valide 5 ans et est gratuite (inclue dans les frais que vous payez pour passer le RSA). Il en coûte 30$ si vous la perdez.

 

Internet et le téléphone

Ça aussi, ça rentrera très probablement dans vos priorités. Parce que pour trouver un appartement et un travail, avoir au moins un numéro de téléphone, ça peut être pratique. Même si, à priori, pour avoir un numéro de téléphone, il vous faudra une adresse.

Deux options évidentes pour le téléphone : ligne fixe, ou portable ? La plupart des voyageurs ayant déjà un portable, la décision se prendra probablement d’elle même. Il suffira de changer de carte SIM pour pouvoir utiliser votre téléphone ici. Soit en mode prépayé, soit avec un abonnement mensuel. C’est à vous de voir. Pour la ligne fixe, sachez qu’il utilise plusieurs opérateurs différents, mais qu’en règle générale, il vous en coutera 30$ par mois, avec des frais d’activation de 60$ si vous ne prenez pas un contrat de deux ans.

Côté internet, les options sont un peu plus nombreuses, et ça dépend de l’utilisation que vous en faites. Si vous êtes ravis avec votre téléphone et/ou votre tablette, vous n’aurez qu’à trouver un plan qui vous convienne. Par contre, pour tout ce qui est installation fixe (si vous voulez internet à l’intérieur de votre appart, via fibre optique, adsl, adsl2, etc…) vous vous heurterez au même problème que pour le téléphone : des frais d’activations d’environ 70$ si vous ne prenez pas de contrats de deux ans. Si ça vous intéresse, il est possible d’opter pour une option « naked adsl ». On vous envoie l’ADSL, mais pas de ligne de téléphone. Sauf que les tarifs sont relativement aberrants, et l’option pas forcément intéressante.

J’ai cherché un bon moment parmi toutes les options avant de finalement trouver une solution qui me plaise qui consiste à m’essayer à l’accès internet mobile : un modem wifi-4G, sur lequel il est possible de brancher jusqu’à 5 périphériques (ordinateur, tablette, téléphone, etc…) en même temps. L’avantage, c’est qu’il n’y a pas de frais d’activation. Dépendant des fournisseurs, le modem vous coûtera dans les 70-80$. À moins que vous ne preniez un plan d’une année, au quel cas il devient gratuit. Le gros avantage de cette option c’est que, à moins d’avoir prévu de passer une année à Sydney, votre internet mobile vous accompagnera partout pendant votre voyage. Au niveau des tarifs (rapportés à une année), c’est ce qui m’a paru le plus intéressant, mais aussi le moins contraignant. Le prix dépend évidemment de la quantité de bande passante dont vous avez besoin par mois, et si vous prenez un contrat au mois (même quantité à tout les mois) ou une option avec recharge.

Pour le moment, le 4G n’est disponible que dans les grandes villes (Sydney, Adelaide, Melbourne, Perth) et uniquement par le biais de Vivid Wireless. Je ne doute pas que le réseau s’étendra rapidement et s’ouvrira aux autres fournisseurs (Telstra, Virgin, Vodafone, Optus, Dodo, iiNet, etc…).

Le site Compare Broadband (http://www.comparebroadband.com.au) offre un outil de comparaison assez intéressant, si vous voulez essayer de vous retrouver dans toutes les offres.

Autre petit détail à prendre en compte : certaines compagnies (la plupart des compagnies en fait) offre une couverture uniquement sur la côte est. Renseignez-vous bien avant d’acheter, pour ne pas avoir à changer de fournisseur si vous décidez de partir dans le bush !

Électricité

Il existe sur Sydney une douzaine de fournisseurs d’électricité. En réalité, vous n’aurez probablement pas à vous poser la question duquel vous allez choisir. Faire appel au même fournisseur que le précédent locataire restera l’option la plus simple. Mais si vous voulez magasinez un peu, allez faire un tour sur Switch Wise (http://www.switchwise.com.au) qui vous présentera les différentes options qui s’offrent à vous.

Petite particularité : au moment de l’ouverture de votre contrat, on vous demandera quelle part d’énergie verte vous voulez utiliser. Vous aurez le choix entre 0, 10, 25, 50, 75 et 100%. Plus vous voudrez être vert, plus il vous en coûtera… Par exemple, pour 10% d’électricité d’origine verte, votre facture sera majorée de 15$ par mois. Oui oui, c’est un prix fixe, pas proportionnel. Cherchez l’erreur.

Aussi, une caution de 350$ vous sera demandée si jamais vous ne liez pas un compte bancaire (prélèvement automatique) à votre compte d’électricité. Les factures sont habituellement aux trois mois.

Autres factures

Vous serez peut être aussi amené à payer pour l’eau et pour le gaz. Les deux étant inclus dans le prix de notre loyer, par contre, je ne peux pas vraiment en dire plus pour le moment.

Compte en banque

Sans doute un peu moins urgent dans un premier temps, ça reste quand même extrêmement important à un moment. Un employeur, par exemple, demandera à vous payer par virement bancaire, les chèques lui entraînant des frais. Les compagnies d’électricité vous demanderont aussi de lier un compte à votre facture, ou de bien vouloir payer une caution de 350$. Et puis bon, un compte en banque, c’est toujours utile ! Une première recherche vous informera que l’Australie compte 4 banques principales :

  • - ANZ
  • - Westpac
  • - Commonwealth
  • - Nab

À partir de là, c’est pas mal blanc bonnet et bonnet blanc. Ils offrent à peu prêt les mêmes services, et sont présents partout en Australie. Westpac à un mini avantage sur ses concurrents : un accord avec BNP Paribas, qui vous exonère de frais en cas de retrait aux guichets Westpac. Attention : on ne parle bien ici que de retraits. Il y a des frais sur les autres opérations (virements) interbanque.

Voilà… en principe, avec ça, vous devriez être bon pour survivre et vous occuper les dix premiers jours…

Prendre le bus à Sydney

C’est samedi, c’est la fin de semaine ; les habitants de Sydney vont à la plage. Tout comme les couchsurfers. Alors on s’est dit « et si nous aussi, on allait à la plage, histoire de narguer un peu nos amis à Québec qui sont sous la neige » ?

L’objectif semblait assez raisonnable après tout. Clovelly Beach, là où on aurait pu rejoindre un gars qui allait faire du snorkeling, c’est à peine à 8 kilomètres de chez nous. Un peu trop loin à pied ; et comme on n’a pas encore de roller ou de vélo, il ne nous restait que les transports en commun. Dont le principe est on ne peut plus simple. Et je vais de ce pas vous l’expliquer (en général, l’aspirine est dans la salle de bain ; c’est mieux de la préparer avant).

Jusqu’à présent, on avait eut à ne prendre que le train. Le train, c’est relativement simple : vous dîtes d’où vous partez, vous dîtes où vous allez, et on vous dit combien ça coûte. Question de distance. Vous avez des tickets aller simple, des tickets aller-retour, des passes quotidiennes, hebdomadaires, etc… le prix est en fonction de la distance, calculée en nombre de zone. C’est un classique, on était à Paris y a pas si longtemps, tout va bien.

Là où ça a commencé à se compliquer, c’est que pour aller à la plage, d’après le site internet des transports de Sydney, le plus simple c’est de prendre le train, puis le bus. Facile. Un train. Un bus. On est rendu. Oui, mais combien ça coûte ? Le site de la STM (Montréal) vous le dira. Même celui de la RATP (Paris) alors que le plan est complexe. Sydney, par contre, je pense que l’ingénieur qui avait prévu de programmer l’algorithme de calcul des prix s’est suicidé après 8 mois de travail.

  • D’abord, sachez que les correspondances sont interdites entre les trains et les bus. Ça, ça m’a quand même pris 5 minutes à trouver sur le site internet. C’était prévisible, mais je voulais être sûr quand même.
  • Si il y a des tarifs spéciaux pour les allers retours en train, il n’y en a pas en bus. Aller simple en train (courte distance) : 3.20$. Aller retour : 4,40$. À condition que vous revenez hors heure de pointe. Sinon, c’est plein tarifs le retour. En bus, par contre : aller simple : 2$, aller retour : 4 $.

Dans ma tête, le calcul paraissait simple : 4,40$ de train, 4$ de bus : 8,40$. Pour 7 kilomètres, environ 30 minutes.

Et si on essayait d’optimiser un peu ça ? Par exemple, au lieu de faire train + bus, on pourrait faire bus + bus. Avec un peu de chance, la correspondance est autorisée avec les bus… Cinq minutes plus tard, j’ai finalement réussi à trouver la réponse. Non, la correspondance n’est pas non plus autorisée sur les bus. En fait, la correspondance n’est jamais autorisée. Au moins, c’est simple.

Bon, mais il restait encore une option moins cher : 2 bus aller, 2 bus retour, ça revenait à 8$. Ça commençait à se préciser.

Jusqu’à ce que quand même, je me décide à vérifier autre chose. Parce que les bus aussi ont des zones. En fait, là encore, vous payez un bus en fonction du nombre de zones que vous traversez entre le point de départ et l’arrivée. Et là, forcément, ça se complique. Parce que les stations de trains, elles sont toujours à la même place. Mais un bus, on peut monter dedans n’importe où ou presque. D’après le site internet, « une zone de bus correspond environ à 1,6 kilomètres ». Facile donc : une fois à bord, je n’ai qu’à mesurer la vitesse moyenne du bus, chronométrer, et savoir combien de zones je vais traverser. Je suis bon en math, mes chances de survie avec la méthode ne sont pas nul. Mais pour le touriste qui malheureusement a voulu faire une carrière littéraire ?

Le littéraire, lui, il sait lire. Alors il profite du site internet. Il lit ; il cherche. Il regarde. Je finis par trouver l’information. Pour savoir le nombre de zones traversées, consulter le plan de la ligne d’autobus correspondant. Bon, ça prend un petit moment à trouver quelle ligne il me faut. D’abord, il faut trouver dans quel secteur vous allez, et télécharger la carte de secteur pour repérer votre bus.

east-map.jpg

Pour l’occasion, je reconnais être un peu mauvaise langue. En effet, j’avais déjà trouvé grâce à l’outil de calcul de déplacement quel bus je devais prendre. N’empêche, j’ai quand même eut besoin de me retrouver dans cette carte, quand j’ai voulu prendre l’option bus + bus.

Ceci fait, j’ai fini par trouver qu’il fallait que je consulte la ligne 360. Après un petit moment à chercher à nouveau, j’ai finalement trouvé.

360.jpg

Bon, au moins c’est plus clair. Et là, miracle. Le long de la ligne du 360, j’ai vu ces petits numéros. On part de la section 4, on va jusqu’à la section 7. C’est facile, c’est une question d’intervalle. Moi j’ai fait les études mathématiques. De 4 à 5 ça fait une section, de 5 à 6 ça fait deux sections, de 6 à 7 ça fait trois sections. Il nous faut donc un ticket trois sections.

Je tomberais un peu plus tard par hasard sur un mode d’emploi qui me dit « exemple : vous partez de 6, vous allez à 8, ça fait : 6-7-8 = trois sections ». Bon, eux ils ont pas compris le principe des intervalles. Sauf que là, évidemment, vue la distance parcourue, on ne parle plus de billets à 2$, mais de billets à 3,30$.

Donc, si on résume, pour savoir combien va vous coûter le transport, c’est très simple :

  • utiliser le calculateur de déplacement, pour trouver un itinéraire qui vous convient
  • si vous avez un déplacement en train, regardez sur le site du train le tarif pour aller de la station 1 à la station 2
  • si vous avez des déplacements en bus, notez pour chaque ligne où vous embarquez, et où vous débarquez, ainsi que le numéro de la ligne
  • télécharger le plan de chacune des lignes de bus correspondantes
  • repérez sur chaque ligne votre point de départ et d’arrivée. Comptez le nombre de zones traversez. Consultez le tableau des tarifs correspondants.

Ça, franchement, si ça vous donne pas envie d’utiliser les transports en commun après ça ! Ça va que j’ai pas grand chose à faire, qu’on est samedi après midi, et que je sais à peu prêt me retrouver sur des sites internets mal conçus qui vous font rebondir sur trois quatre pages différentes quand vous cherchez une information.

Conclusion ? 4,40$ d’aller retour en train + 6,60$ d’aller retour en bus. 11$ pour aller faire du snorkeling ? On va passer notre tour. Non, à la place, on va plutôt aller profiter du jardin botanique, qui est à 20 minutes à pied d’ici, et qui est gratuit !

Et le plus tôt possible, je vais m’acheter des rollers.

Et puis tout n’est pas perdu. Demain, on rejoint des couchsurfers pour aller faire un bbq à la plage. Mais là, on y va en ferry !

Bali pratique 3/3 : le marchandage

Bali est un pays où tout les prix se discutent. Et même si jamais il pouvait vous arrivez d’oublier, on va vous le rappeler : « c’est le prix que je vous propose ; mais vous, vous demandez moins maintenant ». Marchander un prix, ça n’a jamais été vraiment mon truc. Surtout quand, à la base, les prix sont déjà pas chers. Mes débuts ont donc été un peu aléatoire et peu fructueux. Je savais pas trop comment faire, ni quoi dire. J’y allais donc un peu au hasard. Pas évident non plus de négocier le prix de quelque chose dont vous ne connaissez pas la valeur. Du coup, notre premier achat a été un fiasco total, et notre vendeuse a du bien rigoler ; comme avec tout les touristes qui passaient chez elle. Parce qu’un sarong, tout le monde vous dira qu’il faut absolument en acheter un, mais on ne vous dit pas combien vous allez le payer. Alors comme je suis quelqu’un de bien, sachez qu’un sarong ça peut se trouver dans les 30,000 roupies quand vous vous éloignez de Sanur/Jimbaran/Kuta. Pour le reste, vous verrez rapidement les prix qu’on vous propose, et comment ça peut évoluer.

Après un moment, je me suis rendu compte que négocier juste pour payer moins cher ne m’intéressait pas. Mon but était de décider quel prix je voulais payer, et essayer de l’atteindre. J’ai vu des gens négocier de façon très agressive. Dire un prix sans sourire, refuser d’en changer, et faire baisser les prix ou partir. Cette approche ne me plait pas. Considérant que ce que l’on achetait était déjà pas cher, j’ai préféré l’approche où je visais un prix, mais où j’étais prêt à quand même payer un peu plus. En faisant tout ça avec le sourire, j’ai eut des bons résultats, et des échanges des plus agréables.

Les vendeurs utilisent régulièrement l’expression « for luck » (pour la chance) : après que vous ayez dit votre prix, ils vont le remonter un tout petit peu, en ajoutant « for luck ». Le petit billet supplémentaire est supposé leur porter chance, et ils l’apprécient énormément. N’hésitez pas à leur donner ! Je me suis moi même mis à le faire sur le tard : après avoir négocié un prix, donner juste un peu plus en leur disant que c’est pour leur porter chance ; on vous remerciera d’un sourire à vous faire craquer ! Après une négociation un peu longue au cours de laquelle j’ai réussi à forcer une dernière fois la vendeuse à baisser son prix, je lui ai finalement donner le dernier prix qu’elle demandait plutôt que celui que j’avais obtenu. Je pense qu’il est vraiment important de ne jamais oublier que deux euros, si pour nous ça n’est rien, pour eux c’est un repas complet.

Négocier, avec un peu de temps, devient une forme d’échange agréable si vous le fait avec le sourire et en respectant la personne en face. C’est l’une des formes d’interaction les plus présente. Mon seul regret ? Ne pas avoir appris les chiffres en indonésiens. Je pense que ça aurait rendu les échanges encore plus sympa !

Bali pratique 2/3 : les gens

J’ai eut un peu de mal lors des premiers contacts avec les balinais. Je les ai tout de suite trouvé extrêmement souriants, sympathiques, agréables… et toujours avec quelque chose à vendre ensuite ; c’est venu assez rapidement altérer la vision que j’en avais. C’est bien d’être souriant et sympathique, mais si c’est dans le seul but de vendre quelque chose…

Et puis finalement, on s’y habitue tranquillement. On se rend compte que c’est naturel pour eux d’être comme ça. Beaucoup ont des choses à vous proposer, en effet, mais ils ne se déguisent pas en vendeur souriant. Ils sont, en effet, naturellement souriant. Les services à proposer, les objets à vendre, ne sont que secondaires, et même si vous n’achetez rien, le sourire restera.

Nos échanges avec les balinais ont malheureusement été limités. Nous n’avons pas eut le temps/patience/courage/motivation pour apprendre l’indonésien, et si beaucoup parle anglais, ça reste un anglais assez basique et utilitaire. Tout comme l’aurait été notre indonésien vu le peu de temps dont on disposait. La barrière linguistique, du coup, a quand même limité les échanges ; pas de grandes discussions philosophiques, ou de sujets un peu poussés. Juste des discussions « pratiques » ce qui est quand même un peu dommage.

Le sourire reste un élément prépondérant des échanges avec les gens. On nous l’a dit à un moment : « les gens vont peut être vous regarder bizarrement dans les endroits moins touristiques ; souriez leur, ils verront que vous êtes de la famille, ils vous souriront en retour, et vous serez les bienvenus ». Ça a été vérifier. Les sourires ont toujours trouvé réponse. Une réponse sincère, chaleureuse, et accueillante. Les balinais sont définitivement accueillants. Que ce soit dans les hôtels ou les restaurants, on vous réservera (à quelques rares exceptions) un accueil chaleureux. Si vous répondez avec enthousiasme et sourire, la réaction en face ne sera que plus sympathique. Plus j’ai souri aux gens, plus l’interaction était agréable. Et puis sourire, ça fait tellement du bien après tout.

Un autre trait commun, c’est une honnêteté assez omni présente. À part une mauvaise expérience à la consigne de l’aéroport de Bali, que je déconseille du coup fortement, nous n’avons eut aucun problème. Le coup du bateau sur Gili Trawangan n’était pas une escroquerie mais un malentendu. Et une mauvaise anticipation de ma part. Nous avons toujours eut ce que l’on nous a promis (cascades magnifiques, hôtels pas chers…). Évidemment, ça ne veut pas dire de ne pas faire attention. Je pense que les balinais pratiquent plus ou moins volontairement le mensonge par omission. Mais si quelque chose est dit, en général, c’est vrai.

Bali pratique 1/3 : la conduite

Je n’ai conduit que 570 kilomètres en 10 jours. C’est à la fois peu, et beaucoup, si l’on considère qu’on a fait le tour de la moitié de l’île. Malgré les commentaires négatifs de certains voyageurs, je trouve que la voiture est un excellent moyen de transport, y compris à Bali. Par contre, il est vrai que cela demande une certaine préparation. Surtout psychologique.

  • Avant tout, il faut quand même savoir que les balinais ne sont pas plus suicidaires que les autres habitants de la planète. Ils conduisent de façon un peu imprévisible, mais on finit par s’y faire. Le scooter qui déboite juste devant vous ne veut pas mettre fin à ses jours. C’est sa façon de faire et, en règle générale, ils ont l’air de savoir ce qu’ils font.
  • Pour avoir le droit de conduire à Bali, il faut passer le code. Ça se passe dans un poste de police. Si jamais vous avez raté l’examen, vous pouvez quand même l’obtenir pour une petite somme d’argent. Autant dire qu’il n’y a pas de code de la route à Bali. Quelques panneaux, mais ils sont bien rares. Ils vont vous indiquer -parfois- la limite de vitesse, un sens unique, ou l’autorisation de tourner à gauche aux feux rouges. Ce que vous verrez le plus souvent, c’est des pancartes/signes/barricades « hati hati ». Ça veut dire « attention ». À vous de devinez à quoi il faut faire attention. En général, c’est un énorme trou sur le milieu/bord de la route
  • La route, justement, est un espace public. À ce titre, il appartient à tout le monde, et vous pourrez y trouver toute sorte de chose. On pourrait classer ça de la façon suivante : 70% d’obstacles mobiles, 30% d’obstacles immobiles. Dans ces choses qui se déplacent, on peut trouver des scooters (60%), des voitures (20%), des vélos (5%), des piétons (5%), des carrioles tirées par des chevaux (5%), des animaux (5%). Parfois dans le bon sens, parfois à contre sens. Côté immobile, vous aurez le droit à des gens assis sur le bord/milieu de la route (40%), des tas de sables/cailloux/terre (30%), des pancartes « hati hati » (15%), des véhicules qui manoeuvrent (10%), des trous (5%). Bref, partez du principe que vous ne saurez jamais trop ce qui va apparaître, et que le meilleur endroit pour un Balinais pour s’arrêter discuter, c’est en plein dans un virage.
  • Il y a toujours plus lent que vous. Alors surtout, ne soyez pas pressés, soyez zen, et prenez votre temps. Comptez une vitesse moyenne dans les 30 à 35 kilomètres heures maximum. Et ne vous compliquez pas trop la vie à essayer de doubler. Quand vous allez enfin avoir une zone sécuritaire, le véhicule devant vous va lui aussi vouloir faire un dépassement d’un autre véhicule encore plus lent.
  • À Bali, il est important d’avoir en permanence une main sur le volant, une sur le levier de vitesse, une sur le clignotant et une sur le klaxonne. Une main sur la manette pour faire des appels de phares peut aussi être une bonne idée. Il est aussi important de toujours avoir un oeil devant et un oeil derrière. Vous serez en permanence doublés par des véhicules (en général des scooters) qui se moquent bien que vous ayez mis vous même votre clignotant à droite pour faire un dépassement.
  • Sur la route, ça klaxonne beaucoup, et c’est une bonne habitude à prendre. En scooter, klaxonner me faisait un peu l’effet d’un sonar de dauphin. Le son du klaxonne du scooter me permettait de me situer dans la masse de véhicule. En voiture, klaxonner permet de prévenir que vous changez de file (le clignotant est généralement ignoré) ou que vous vous apprêtez à effectuer un dépassement (les rétroviseurs sont généralement ignorés).

Voilà pour un petit résumé pratique. Conduire à Bali reste très souvent stressant et demande beaucoup de concentration, surtout en zone urbaine. Dans les endroits plus isolés, il y a moins de véhicules, et moins de gens sur la route, c’est quand même plus agréable. Même si la conduite à Bali n’est pas impossible, je conseillerais quand même :

  • Ne pas louer une voiture en arrivant. Au moins les trois ou quatre premiers jours, faites vous transportez. Les bemo et les taxis ne sont vraiment pas chers. Ça vous permettra de vous habituez, et d’observer comment ça fonctionne.
  • Pour conduire à Bali, il faut être sûr de ce que vous faites : ne pas hésitez à s’engager sur une route avec beaucoup de trafic ; personne ne s’arrêtera pour vous laisser une chance. Ne pas non plus avoir peur de forcer un peu un passage, ou de doubler un peu serré. La conduite est assez nerveuse, même en même temps, le chauffeur doit rester tout le temps parfaitement calme.
  • J’ai beau être un grand amateur de boîte à vitesses automatique, pour l’occasion, je déconseille plus que fortement. De toutes façons, je ne pense pas que l’on puisse en trouver.

Enfin, n’oubliez pas que vous n’êtes pas chez vous. Vous êtes un touriste, et vous êtes riches. Alors forcément, en cas d’accident, vous serez en tord et on vous demandera de débourser de l’argent. Ça aussi, ça fait partie du jeu. Gardez le en tête ; si vous n’êtes pas prêt à accepter de payer alors que vous êtes aucune responsable, peut être que vous êtes mieux d’éviter de conduire, pour éviter les mauvais souvenirs.

FireStats icon Powered by FireStats