Gastronomie

 

Matin tranquille

On July 27, 2010, in Carnet de route, Gastronomie, by Sébastien
0

J’ai prévu de changer de canapé aujourd’hui ; comme je reste quand même 5 jours à Chicago, je préfère déménager, pour pas être trop envahissant. Je dois donc retrouver Dawn en fin d’après midi chez elle, de l’autre côté de Chicago. Le réveil se fait tranquillement. Je me connecte sur mon ordinateur, en attendant que […]

J’ai prévu de changer de canapé aujourd’hui ; comme je reste quand même 5 jours à Chicago, je préfère déménager, pour pas être trop envahissant. Je dois donc retrouver Dawn en fin d’après midi chez elle, de l’autre côté de Chicago.

Le réveil se fait tranquillement. Je me connecte sur mon ordinateur, en attendant que Neal ouvre les yeux. J’ai toujours pas mal de choses à faire, de travaux en retard ; je m’en occupe donc. J’ai d’ailleurs le même programme que la veille : bien travailler en début de journée, et jouer les touristes ensuite. Neal me parle d’un café très sympa, où je me plairait sûrement. Il est onze heures du matin, l’autoroute est saturée, bloquée. En fait, ça se ressent un peu partout en ville. J’ai le même sentiment dans toutes les grandes villes que je traverse. Il y a trop de voitures, il n’y a plus de place. New York, Vancouver, Toronto, Chicago, toutes ces villes débordent. Montréal est à deux doigts également. Dans ce contexte, j’ai toujours du mal à comprendre pourquoi les gens ne réagissent pas ; pourquoi ils ne se passent rien ; aucun changement d’attitude, aucun vrai projet qui se tient à long terme…

Le café où m’envoie Neal est en effet super agréable. Le genre de petit café où tout les étudiants se retrouvent avec leur ordinateur. Je me joins donc à eux joyeusement. Au menu aujourd’hui : une grosse salade variée avec du poulet. J’ai des envies de crudités, de légèreté. De choses faciles à digérer.

Comme prévu, je passe le début d’après midi à rattraper mes projets en retard. J’aime ce petit rythme reposant et pourtant productif.

Quand j’estime avoir fait ma part pour la journée, je pars marcher un peu dans le quartier, avant de retourner au « Pourquoi Pas ? » pour rejoindre Dawn.

 

Dawn Lee Moon

On July 28, 2010, in Carnet de route, Gastronomie, Photos, by Sébastien
0

Je retrouve Dawn en fin d’après midi. Dawn est une artiste accomplie : peinture, design, cuisine… et musique. Il se trouve que ce soir elle donne un petit concert. Elle joue de la guitare, du piano et chante. Accompagnée d’un bassiste et d’un batteur. Beau petit programme en perspective. Je n’ai pas eut le temps […]

Je retrouve Dawn en fin d’après midi. Dawn est une artiste accomplie : peinture, design, cuisine… et musique. Il se trouve que ce soir elle donne un petit concert. Elle joue de la guitare, du piano et chante. Accompagnée d’un bassiste et d’un batteur. Beau petit programme en perspective.

Je n’ai pas eut le temps d’écouter ce qu’elle fait, mais étant assez ouvert côté musique, je ne suis pas vraiment inquiet. Elle joue dans un petit restaurant, où on retrouve deux amis à elle. Je discute un peu avec eux pendant que Dawn s’installe. J’en profite pour prendre une bière, et commander des frites. Celles-ci sont surprenantes. Très bonnes, mais très nourrissantes, et un peu sucrées. Ça me prend un moment avant de comprendre qu’il s’agit de patates douces et non pas de patates « normales » ! Quoi qu’il en soit, c’est délicieux. Quand à la bière -d’une microbrasserie locale- c’est une très agréable découverte à nouveau. Décidément un voyage plein de surprises dans un domaine pas du tout prévu ! Au moment de payer, pour pouvoir passer dans la salle où à lieu le spectacle, les deux amis de Dawn me prennent de vitesse. Je me sens très bête, alors que je viens de me faire offrir une bière et une frites par des quasi-inconnus. Pour eux, ça semble tout naturel ; j’ai presque l’impression qu’ils sont surpris de me voir les remercier.

Puisque la première bière était particulièrement bonne et -de façon totalement imprévue- gratuite-je me permets d’en commander une autre, installé confortablement, pour écouter la musique. J’avais raison de ne pas m’inquiéter. Dwan a une très belle voix, la musique est douce…. ça fait du bien. J’aime.

Je n’avais pas réalisé que la carte était si intéressante, ni qu’il serait possible de manger en écoutant la musique. Avoir su, je ne me serais pas arrêté aux frites ; en même temps, elles étaient quand même délicieuses ; je ne regrette pas trop. Et puis j’ai dis à Dawn que je prendrais des photos ce soir. C’est la moindre des choses il me semble ! Elle chante en anglais, en chinois et même en français. C’est d’ailleurs la première fois qu’un artiste parle de moi avant d’interpréter une chanson, disant qu’il y a au moins une personne dans la salle qui pourra comprendre les paroles. Je suis flatté ; mais je devrais m’excuser plus tard, en l’expliquant que malheureusement, je n’ai rien compris. Une chance qu’elle ne le prend pas trop mal !

 

Aux petits soins de Sébastien

On July 29, 2010, in Carnet de route, Gastronomie, by Sébastien
0

Et puis ensuite, et bien je peux aller finaliser l’urgence reçue la veille. Pour cela, je m’en vais dans une chocolaterie, dûment recommandée par Dawn. « Let them eat chocolate ». Miam ! Tout un programme ! La vendeuse est charmante, et je peux pas m’empêcher d’avoir un immense sourire quand elle me demande si […]

Et puis ensuite, et bien je peux aller finaliser l’urgence reçue la veille. Pour cela, je m’en vais dans une chocolaterie, dûment recommandée par Dawn. « Let them eat chocolate ». Miam ! Tout un programme ! La vendeuse est charmante, et je peux pas m’empêcher d’avoir un immense sourire quand elle me demande si je veux de la crème fouettée sur mon chocolat chaud. Le brownies, quand à lui, est excellent ! Les conditions sont parfaites pour bien travailler. Par contre, le projet me prendra un peu plus de temps que prévu ; ça sera une bonne excuse, par contre, pour commander un panini rôtis de boeuf et fromage bleu. Bonne occasion également pour découvrir qu’ils vendent du beurre de cacahouètes bananes et chocolat. Pas le choix d’acheter un truc pareil. Je le testerais plus tard, c’est mortel. J’adore ! Si vous voulez tuer quelqu’un qui fait du cholestérole ou bien du diabète, donnez lui en deux petits cuillères. Il mourra des deux quasi instantanément, dans d’intenses souffrances. Souffrances précédées d’un intense moment de bonheur et de joie au niveau gustatif !

 

Gastronomie Japonnaise

On July 29, 2010, in Carnet de route, Gastronomie, Photos, by Sébastien
0

Pourtant, à peine rentrés dans le restaurant, le sujet dérivera. Nous sommes trois grands amateurs de nourriture, dans un temple de la gastronomie. Nous passerons donc quasiment toute la soirée à parler nourriture. Jusqu’au moment où je demande à Dawn si je peux rester une soirée de plus. Pas de problèmes pour elle, mais elle […]

Pourtant, à peine rentrés dans le restaurant, le sujet dérivera. Nous sommes trois grands amateurs de nourriture, dans un temple de la gastronomie. Nous passerons donc quasiment toute la soirée à parler nourriture. Jusqu’au moment où je demande à Dawn si je peux rester une soirée de plus. Pas de problèmes pour elle, mais elle avait un souper de planifié avec ses amis. Je peux, évidemment, me joindre à eux. J’accepte à la condition que je puisse moi aussi faire à manger. Elle a bien compris que j’aimais ça cuisiner, et elle accepte de me déléguer une partie du repas. La quelle ? Elle est comme moi ; pour le moment, elle n’a pas la moindre idée de ce qu’elle fera le lendemain. Elle se décidera à la dernière minute. Parfait, j’irais faire les courses avec elle, comme ça on pourra se décider à la dernière minute, ensemble. Ça sera mieux pour équilibrer tout ça.

Le repas est particulièrement excellent. Si j’aime, en général, la nourriture asiatique, et en moins général, la nourriture japonaise (qui, il est vraiment, se présente très souvent sous forme de sushis), j’ai l’occasion de découvrir plein de plats différents, et des goûts vraiment intéressants. Un vrai régal, donc. Y compris ces bébés crabes fris, qui m’inquiète un tout petit peu quand je les vois apparaître. Moi, la nourriture qui ressemble à quelque chose de vivant, ça m’inquiète toujours un peu. Mais en fait, ça va. Ça craque sous la dent, mais c’est pas si pire. C’est même plutôt bon. Le repas se fera donc dans la joie et la bonne humeur. Pour diminuer un peu le prix de l’ensemble (parce qu’il est vrai que la haute gastronomie japonaise à un certains pris) on décide d’aller prendre une glace en dessert.

 

Où l’on parle encore de nourriture

On July 30, 2010, in Carnet de route, Gastronomie, Photos, by Sébastien
0

Je me réveille pas trop tard ce matin. Tant mieux, vu que je veux aller en ville faire ce que je n’ai finalement pas pu faire la veille. Essentiellement me promener, aller faire un tour au Millenium Park pour écouter un peu de musique, et aller faire un tour au sommet de la Sears/Willis Tower. […]

Je me réveille pas trop tard ce matin. Tant mieux, vu que je veux aller en ville faire ce que je n’ai finalement pas pu faire la veille. Essentiellement me promener, aller faire un tour au Millenium Park pour écouter un peu de musique, et aller faire un tour au sommet de la Sears/Willis Tower. Il faut que je sois rentré vers 4-5 heure pour aller faire courses avec Dawn. On a reparlé un peu du repas la veille. Ce qui serait sympa, c’est qu’on prépare chacun deux ou trois plats, histoires de faire un repas multi-services. Comme Dawn me dit en rigolant, ce qui devait à la base être un simple repas avec un ami avant d’aller à une soirée se transforme tranquillement pas vite. On a tellement parlé cuisine la veille qu’on a tout les deux la même envie de cuisiner !

Je monte dans le métro, non sans m’être arrêté pour jeter un oeil dans l’épicerie delicatessen allemande ; histoire de prendre des notes, savoir ce que je peux éventuellement trouver pour ce soir. Il semblerait que je puisse compter sur un choix varié ; pas vraiment besoin de me poser de limites donc.

 

En quête de Deep Dish Pizza

On July 30, 2010, in Carnet de route, Gastronomie, by Sébastien
0

Si la musique est très bonne, je ne resterais par contre pas très longtemps. Les joies de l’emploi du temps surchargé du touriste. Je marche à nouveau un peu au hasard dans les rues, avec pour objectif de rejoindre la tour. Je me donne une mission en même temps : j’ai faim, et il y […]

Si la musique est très bonne, je ne resterais par contre pas très longtemps. Les joies de l’emploi du temps surchargé du touriste. Je marche à nouveau un peu au hasard dans les rues, avec pour objectif de rejoindre la tour. Je me donne une mission en même temps : j’ai faim, et il y a une spécialité Chicagoanne que je veux absolument essayer. Aux dires de Dawn, ça semble d’ailleurs être la seule (à l’exception des hot-dogs débordants de garniture. La « deep dish pizza ». En gros, c’est une pizza dont la garniture fait au moins deux centimètres d’épaisseur. Overdose assurée de tout plein de choses. C’est prometteur. Il faut donc que j’essaie. Mais je ne trouve rien avant la tour ; ça sera donc pour après.

 

Le souper 9 services

On July 30, 2010, in Gastronomie, Photos, by Sébastien
1

Je commence à être pas mal fixé pour ce que je vais préparer ce soir. Trois plats, assez simples, rapides, bons, et plutôt économiques. Ça me paraît nécessaire dans le contexte. La vie à Chicago coûte cher quand on aime se faire plaisir ! Dawn, de son côté, se retrouve avec 5 plats différents. Nous […]

Je commence à être pas mal fixé pour ce que je vais préparer ce soir. Trois plats, assez simples, rapides, bons, et plutôt économiques. Ça me paraît nécessaire dans le contexte. La vie à Chicago coûte cher quand on aime se faire plaisir ! Dawn, de son côté, se retrouve avec 5 plats différents. Nous ferons donc un repas huit services. Beau programme en perspective !

Dawn sait très bien s’entourer. Ses amis étudient ou travaillent tous dans le domaine de l’art ou du design. Du coup, à table, on parle livre, mise en page, sites internet, typographie. Les discussions sont vraiment sympas. Ça fait bien longtemps, maintenant, que je ne suis plus du tout perdu en anglais, et je peux participer à part entière à la conversation. Comme à chaque fois que j’en prends conscience, je ne peux pas m’empêcher de ressentir une certaine fierté. Parler deux langues, c’est un peu comme avoir deux passeports. Ça donne l’impression d’être vraiment ouvert sur le reste du monde. Sauf que maintenant, ce qui me travaille, c’est d’en ajouter une troisième. Ah ! Maudit espagnol ! Quand est-ce que je commencerais à m’y mettre !

C’est la première fois que je fais un repas en alternance avec un deuxième cuisinier, et j’avoue que c’est une expérience que je renouvellerais volontiers. Outre le fait qu’on se sent souvent moins seul dans la cuisine, on n’est pas non plus obligé d’y être tout le temps : pendant que Dawn prépare un plat, je discute avec les gens, puis on se relaie. On fait chacun nos petites présentations, nos petites assiettes. Deux approches différentes, mais qui se retrouvent très bien autour de la table. On est tous heureux quand le repas se termine. Au menu ?
– Poitrines de poulets grillés, à la mangue et au basilique
– Choux braisés
– Carottes râpées au goberge et mozarella, avec une sauce à base de vinaigre de sushis
– Côtelettes de porc aux pêches et brandy
– Filet de porc grillé avec un nappage chocolat + framboise + balsamique
– Crevettes caramélisées à l’érable et flambées au brandy
– Beefsteak aux tomates et basilique
– Fondant au chocolat et crème glacée à la vanille

Évidemment, le riesling et le Jameson 12 yo qui ont accompagné une partie du repas ont assurément participer à la bonne humeur de la soirée !

 

New Holand et la bière

On July 31, 2010, in Carnet de route, Gastronomie, Photos, by Sébastien
0

Du coup, j’ai besoin d’un peu d’air quand j’arrive à Holand. Belle petite ville, au milieu d’un Michigan sans grand intérêt jusqu’à présent. Sans trop savoir pourquoi, ça me fait penser à Nelson, en Colombie Britannique. Sans doute à cause de ce petit côté bourgeois-bohèmes qui déborde des magasins quand on s’y promène. La brasserie, […]

Du coup, j’ai besoin d’un peu d’air quand j’arrive à Holand. Belle petite ville, au milieu d’un Michigan sans grand intérêt jusqu’à présent. Sans trop savoir pourquoi, ça me fait penser à Nelson, en Colombie Britannique. Sans doute à cause de ce petit côté bourgeois-bohèmes qui déborde des magasins quand on s’y promène.

La brasserie, quand à elle, est magnifique. Mais on est samedi soir, et ça semble être la seule attraction de la région. Ça déborde de partout. Je me serais laissé tenté par un hamburger frites, mais l’attente est un peu trop longue. Je me contenterais d’une bière. La veille, Loni m’avait suggéré la « Dragon ». Quand je vois « Dragon Milk » sur l’ardoise, j’en déduis qu’elle devait parler de ça. Bière noire, extra-forte. Caramélisée et sucrée, amère et intense, un vrai moment de pur bonheur qui me rappelle la « Pêché Mortel » du Dieu du Ciel, avec une intensité de goût un peu moindre. Malheureusement, ils n’en ont plus en bouteille pour emporter. J’en prendrais donc quatre autres, mais avec une certaine tranquillité d’esprit. Ils ont l’air de proposer des bières de très bonnes qualités. Et puis les étiquettes sont belles. La veille, j’avais acheté un pack de 4 bières, brassées à Chicago. Toujours bon à avoir dans mon frigo. Je suis donc rendu à 8 bières différentes. Je pense que je vais dépasser les 30 sans le moindre problème. Le passage de la frontière va être des plus intéressants !

Note : une meilleure qualité d’image vous aurait permis de zoomer sur la photo avec les quilles de bowling, pour voir que la brasserie a gagné le premier prix au concours de « Big Lebrewsky » (« brew » signifiant « brasser »).

 

Salle à manger, avec vue

On August 1, 2010, in Carnet de route, Gastronomie, by Sébastien
0

Je m’offre une petite pause, le temps de manger, avec vue sur le lac, parce qu’autant en profiter, puis la route me ramène tranquillement vers l’autoroute, que je prendrais jusqu’à Mackinac Bridge.

Je m’offre une petite pause, le temps de manger, avec vue sur le lac, parce qu’autant en profiter, puis la route me ramène tranquillement vers l’autoroute, que je prendrais jusqu’à Mackinac Bridge.

 

Pommes de terre, saucisses et fromage

On August 3, 2010, in Carnet de route, Gastronomie, by Sébastien
0

Ce matin, contrairement à la veille, je suis le premier levé, même s’il est déjà 10h30. Comme je suis toujours en retard dans l’écriture de mon carnet de route, ce n’est pas bien grave : j’ai de quoi m’occuper en attendant le réveil des deux musiciens. Il est onze heures quand ils sortent finalement du […]

Ce matin, contrairement à la veille, je suis le premier levé, même s’il est déjà 10h30. Comme je suis toujours en retard dans l’écriture de mon carnet de route, ce n’est pas bien grave : j’ai de quoi m’occuper en attendant le réveil des deux musiciens. Il est onze heures quand ils sortent finalement du lit. La demoiselle s’offre alors pour préparer le petit déjeuner. Difficile de refuser ! Pommes de terre, saucisses, fromage… c’est bon, c’est remplissant, ça fait du bien ! On a parlé, la veille, du plaisir d’échanger sans compter. Je conduis, elle cuisine, il fait la vaisselle. Je fournis l’essence, ils fournissent la nourriture. Ça se fait tout seul, c’est naturel pour tout le monde, et c’est un vrai plaisir.

 
FireStats icon Powered by FireStats